Politique

L’hypothèse “Front national” : le simulacre pour combler le vide

Cette élection présidentielle est un pourvoyeur de récits inespéré. L’ultime récit, celui du second tour, évoque deux France : celle “d’en haut” et celle “d’en bas” , celle des mondialistes et celle des “perdants de la mondialisation”, celle du centre et celle de la périphérie … Un combat parfait en apparence entre discours caricaturaux et caricaturés : ouverture versus repli, Europe versus nation, liberté versus protection … Et si les deux candidats qualifiés pour le second tour n’étaient pas si différents ? Et si nous avions affaire finalement à deux mouvements postmodernes traduisant le même détraquage du système social et politique français ? A deux startups triviales et politiquement inconsistantes ? Au vide des discours d’Emmanuel Macron, aux incantations sans contenu, répond le simulacre du Front national.

Il est si tentant d’opposer les deux. De se dire que les Français peuvent enfin choisir entre deux mouvements mis à nu. D’un côté, le parti de l’impossible, de l’inconcevable, de la colère. De l’autre, le parti du réel, de l’action, de la raison. Le premier révèle son élasticité, sa souplesse et son étendue. Le second se contente d’un emballage minimaliste : après la rhétorique sécuritaire “sarkozyste” et les slogans dirigistes “hollandistes”, Emmanuel Macron réussit l’improbable exploit de faire frémir avec un filet d’eau tiède. Un emballement médiatique quasi-inédit au service d’une novlangue creuse tentant de faire passer le statu quo le plus évident pour une enthousiasmante “alternance”. L’ironie de cette élection est peut-être précisément là : le nouveau visage et les nouvelles méthodes (à distance des partis) sont mis au service des institutions et des idées déjà en place.

Face au vide, le Front national propose le simulacre. Pour contrer celui qui veut faire de la France une entreprise (une startup) et en devenir le “manager”, Marine Le Pen dispose de sa propre startup. Pas seulement l’entreprise lucrative qui tire profit du système de remboursements publics (affaire du micro-parti Jeanne), mais celle qui a conquis les marchés symboliques des idées politiques. Si on osait une métaphore freudienne, on dirait que le FN est, bien plus qu’un simple parti politique, le surmoi détraqué de la France. Le symbole d’une histoire intériorisée, souvent mal digérée. Il ne suffit pas de dire que le FN “récupère” ce et ceux que l’on a délaissés. Le FN n’est pas seulement le fruit du mécontentement engendré par le “système” politique. Il est aussi le reflet du “système” lui-même.

Nous avons affaire à une série de malentendus. Et ce sont ces malentendus qui justifient l’usage de l’adjectif “postmoderne”. Le FN est un mouvement postmoderne, tout comme le mouvement qu’il affronte aujourd’hui, car il n’offre rien de politiquement consistant. Il abrite tout et son contraire. Il n’est d’ailleurs pas là pour offrir une réponse idéologique cohérente : il est là pour agréger les mécontents. Quand le mouvement d’en face, mené par le digne héritier de Tony Blair, gomme le clivage gauche-droite au profit du clivage “ce qui marche”-“ce qui ne marche pas”, le FN le gomme au profit de l’opposition “patriote”-“non-patriote”. Dans les deux cas, il  ne s’agit pas seulement de se situer, mais de se mettre en valeur dans une publicité permanente. Deux réflexes post-politiques car l’adversaire identifié est soit un idiot (qui opte pour “ce qui ne marche pas”), soit un traître (qui tourne le dos aux siens). Ce point commun n’est pas négligeable. Le mouvement d’Emmanuel Macron et celui de Marine Le Pen entretiennent deux illusions sur la politique : le premier prétend détenir le monopole de l’efficacité et le second celui de l’intérêt national. Or, les deux ne préexistent pas au discours mais sont façonnés par lui.

Postmoderne, post-politique, le Front national est aussi post-religieux. Il l’est à deux égards : non seulement il est implanté dans des régions solidement et précocement déchristianisées (les régions qui ont fait la Révolution française, comme l’explique très bien Emmanuel Todd), mais il est aussi porteur d’un discours areligieux, voire antireligieux. Plutôt que les traditions et la famille, le parti de Marine Le Pen a décidé de se saisir de la laïcité, de la liberté individuelle et de l’égalité hommes-femmes contre l’intégrisme, et plus précisément contre la visibilité de l’islam en France. Il est souvent question d’un FN qui impose ses thèmes à la classe politique, mais c’est en réalité le FN qui fait preuve d’une déconcertante capacité d’adaptation. D’ailleurs, il devient presque impossible de lui identifier une “filiation” politique (un parti qui prétend défendre l’histoire de France en se débarrassant de sa propre histoire) : là où les partis politiques ont pris l’habitude d’exhiber un passé glorieux (de Gaulle pour la droite, Jaurès ou le Front populaire pour la gauche), le FN préfère brouiller les pistes. Ce parti si attaché à l’identité et à l’enracinement semble avoir trahi toutes ses composantes initiales (qu’elles fussent poujadistes, pétainistes ou néo-nazies) au profit d’habits neufs dictés par le contexte. De ce point de vue, le FN s’est soumis.

Il semble désormais tenir à tout ce qu’il n’a jamais contribué à façonner. Il semble désormais vouloir défendre tout ce qui s’est construit contre lui et contre les idées de ses fondateurs (désormais oubliés). Les acquis sociaux, la souveraineté nationale, l’égalité hommes-femmes, la laïcité sont autant de thèmes devenus séduisants pour une nouvelle génération de “frontistes” à la fois opportuniste et nourrie par les autres formations politiques. Au-delà de la sempiternelle référence à la conversion tardive à l’antilibéralisme en économie, rappelons que le FN de Jean-Marie Le Pen était résolument européen à ses débuts. Ce dernier n’hésitait pas à défendre, en 1974, une politique étrangère, militaire et monétaire communes. La civilisation européenne plutôt que la souveraineté nationale. Une préférence répandue dans les milieux dits “identitaires” de l’extrême droite. Il est facile de répondre à l’argument historique : pourquoi un parti européen, antigaulliste, ultra-libéral hier ne peut-il pas être souverainiste, gaulliste et antilibéral aujourd’hui ? Les partis ont le droit d’évoluer, de s’adapter au contexte. Mais les interrogations sur les choix idéologiques du parti de Marine Le Pen demeurent.

Il n’y pas qu’un seul Front national. Il y en a trois. Il n’est ni le premier ni le dernier parti politique à pâtir de contradictions internes, mais celles-ci sont ici révélatrices des limites de l’inconsistance idéologique. Le premier Front national est le FN historique, sudiste, conservateur, identitaire et euro-compatible. C’est un FN qui n’a pas peur de se réclamer de la droite. C’est un FN qui ne craint pas la subversion sociétale (clairement opposé au mariage homosexuel, par exemple) mais qui demeure attaché au conformisme économique (pas de sortie de l’euro). C’est un FN dont les principaux adversaires ne sont ni l’OTAN ni l’UE, mais l’islam et l’immigration. Le deuxième FN, mené par Florian Philippot, est résolument souverainiste. On le retrouve plutôt au nord et à l’est du pays. C’est le FN qui aime se référer au général de Gaulle et qui considère les institutions européennes, la monnaie unique et les traités de libre-échange comme des cibles privilégiées. Enfin, le troisième FN, moins identifiable géographiquement, est celui dont la priorité est la défense d’un mode de vie français contre les conservatismes venant d’ailleurs (notamment l’islam). Un FN jouisseur et gay-friendly. Assez proche du modèle néerlandais du Parti pour la liberté de Geert Wilders.

Aussi étrange que cela puisse paraître, le FN le moins respectable dans le discours des commentateurs et des adversaires est le FN gaulliste et souverainiste. Pas quand il s’agit des hommes puisque Florian Philippot est un élément-clé dans la stratégie de “dédiabolisation” du parti. Mais au niveau des idées. À gauche comme à droite, à chaque fois qu’il est question de la dangerosité du FN, on ne parle plus de racisme ou de xénophobie, mais de l’Union européenne et de l’euro. Comme si le discours frontiste sur l’islam (la volonté d’interdire le voile islamique, par exemple) et sur l’immigration était devenu autrement plus concevable que le risque économique lié à une sortie de l’Union européenne. Le FN est ainsi encouragé à privilégier la ligne identitaire et euro-compatible, à cibler l’islam plutôt que l’euro afin de gagner en respectabilité.

Mais le FN offre aussi cette respectabilité à ses adversaires. Il leur donne un contenu (“antifasciste”), une mission (“républicaine”), une profondeur à peu de frais. Il les “blanchit”, à défaut de blanchir le pays. Le duel actuel avec Emmanuel Macron est de ce point de vue révélateur. La présence de Le Pen au second tour transforme un vote Macron synonyme d’adhésion au statu quo néolibéral et européen en sauvetage de la démocratie. Les injonctions se multiplient, adressées notamment aux électeurs “insoumis” de Jean-Luc Mélenchon. Nous ne sommes pas loin du “flash totalitaire” évoqué par Emmanuel Todd après les attentats de janvier 2015 : tout le monde était cordialement invité à être “Charlie”. Ce rituel de soumission exigé au nom de la démocratie est cocasse à plus d’un titre. D’abord, parce que la démocratie est précisément le contraire de l’unanimisme. Parce que trahir le réel en accordant une fausse majorité écrasante, comme certains le souhaitent, c’est précisément trivialiser la démocratie prétendument défendue. Parce que l’affirmation selon laquelle l’abstention ou le vote blanc sont une contribution indirecte à la réussite éventuelle du Front national relève de la novlangue la plus terrifiante. Ensuite, parce qu’il est grossier et ironique de reprocher à certains électeurs de Mélenchon d’établir une équivalence entre Macron et Le Pen après leur avoir fait subir mille et un rapprochements entre Mélenchon et Le Pen. Enfin, et c’est le point le plus important, parce que ceux qui prétendent aujourd’hui défendre la démocratie contre la “peste brune” s’accommodent parfaitement d’institutions (notamment européennes) peu démocratiques aux pratiques récentes anti-démocratiques.

Nos Desserts :

4 réponses »

  1. Brillante et éclairante analyse du FN (mais quid du macronisme ?). Au dernier paragraphe tout dérape, plus rien ne tient. Passons sur néo-libéral (qui oublie le volet social, Macron est beaucoup plus social-libéral). Personne ne demande aux insoumis d’adhérer au néo-libéralisme, ce n’est pas la question du 2nd tour. L’appel à voter Macron n’est pas non plus synonyme d’unanimisme – c’est oublier qu’il y a quelqu’un en face. Que le vote blanc ou l’abstention puissent faire élire Marine Le Pen ne relève pas de la novlangue, mais de l’arithmétique. La phrase qui commence par « il est grossier et ironique… « n’a pas de sens si on la regarde de près. Enfin la dernière phrase est choquante : on peut ne pas aimer l’Europe, mais la comparer au fascisme… Moralité : visiblement l’auteur réserve son intelligence et sa finesse d’analyse au FN, alors que pour Macron la haine et le plaquage idéologique lui semblent suffisants. 2 poids 2 mesures.

    • Social-libéralisme, néo-libéralisme… Pourquoi ne pas parler de libéralisme tout court ? Macron est un pur libéral. L’aumône et la charité, autrement dit l’aspect « social » de son programme, s’accommodent très bien du libéralisme – ils en sont même le pendant nécessaire afin de le rendre moins abrasif pour le rectum. Il n’y a qu’à voir les responsables et penseurs libéraux qui soutiennent Macron depuis le triomphe de Fillon aux primaires (libéral économiquement mais pas sociétalement ce qui ne peut que déplaire à Libé, au Monde à l’Obs ou à l’Express). Et puis l’arithmétique a bon dos : si tous les électeurs de Méluche s’étaient abstenus de voter pour lui, Macron aurait tout de même été élu. Je vous laisse faire ce joyeux calcul. Je remarque au passage que l’excuse du vote antifasciste fonctionne de moins en moins bien et je m’en réjouis un peu.

  2. Très bon article. Je pourrais tout de même rajouter que le caractère antilibéral du FN reste un masque, se trouve en réalité un parti dont les propositions avancées n’avantageraient très largement une société de riches, de rentiers, notamment en voulant éviter la force syndicale. Evidemment, l’histoire du FN n’ayant rien à voir avec celle de la lutte syndicale et de la rue, elle pencherait toujours plutôt de l’autre côté de la « lutte des classes ».

    Toutefois, tel un « poisson dans l’eau » comme vous dites, le FN a très bien su s’adapter à ces tendances et à réussir à se morfondre dans un mécontentement général du néolibéralisme en proposant quelques vagues mesures (retraîte à 60 ans, retrait de la loi travail) pour qu’il n’en faille pas moins à la médiacratie libérale d’affirmer que le FN et « l’extrême gauche » ou le socialisme, c’est la même chose.

  3. Et dans cette présidentielle tout le monde se contrefiche des enfants qui seront fabriqués comme des artefacts, réifiés, niés comme sujets avant même de naitre.
    Ce sera la honte des français de 2017 devant l’histoire.
    En 2012 beaucoup se sont fait surprendre par le mariage homo, n’avaient pas réfléchi à ses conséquences mais là on ne pourra pas dire qu’on ne savait pas.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s