Culture

Marius Jacob, voleur et anarchiste

Dans une biographie enlevée qui tient parfois du roman noir, publiée par les éditions De Nada, Jean-Marc Delpech revient sur la vie d’un personnage fascinant et haut en couleurs : Marius Jacob, cambrioleur et libertaire, écrivain et bagnard.

voleur-et-anarchisteMouvement insistant sur l’horizontalité dans les processus de décision et d’organisation collective, méfiant à l’égard des chefs et de leurs dérives autoritaires, l’anarchisme n’en a pas moins toujours connu et reconnu des héros et autres figures charismatiques. Les théoriciens, bien sûr, comme Proudhon, Bakounine, Kropotkine et Reclus, ou dans une moindre mesure Errico Malatesta et Emma Goldman. Des militants révolutionnaires de première importance, comme Nestor Makhno ou Buenaventura Durruti. Mais il a également engendré un certain de nombre de personnages qui, à défaut d’une œuvre écrite d’importance ou d’une participation active à un grand moment historique (Commune, révolution d’Octobre, guerre d’Espagne, etc.), l’ont marqué de leur empreinte par leur charisme, l’éclat de leurs actions et la passion avec laquelle ils ont défendu l’étendard de la liberté dans leur vie. Marius Jacob fut de ceux-là.

Anarchiste illégaliste

Né à Marseille en 1879, il grandit dans un milieu modeste. Très jeune, à l’âge de 12 ans, il devient mousse dans la marine ; il connaîtra de nombreux navires en tous genres et s’embarquera même un temps sur un vaisseau de pirates. À mille lieux des récits de voyages exotiques et pittoresques qui encombrent alors les rayons des librairies (déjà !), c’est avec une certaine amertume qu’il renonce finalement à la navigation en 1896 : « J’ai vu le monde et il n’était pas beau », dira-t-il par la suite. De retour à Marseille, sans doute nourri par les mille scènes de violence et d’exploitation qu’il a observé sur les côtes africaines, asiatiques ou océaniennes, il commence à fréquenter les milieux libertaires, et ce dans le contexte difficile des lois scélérates. Celles-ci ont été promulguées en 1894, en réaction à deux décennies d’attentats et d’assassinats politiques perpétrés par des militants anarchistes adeptes de la doctrine de la propagande par le fait. Une nouvelle pratique se propage néanmoins peu à peu, moins violente, moins spectaculaire, mais tout aussi illégale : la “reprise individuelle”.

Marius_Jacob

Portait de Marius Jacob

Voici comment Jacob lui-même la présente dans un texte intitulé Pourquoi j’ai cambriolé : « Le vol, c’est la restitution, la reprise de possession. Plutôt que d’être cloîtré dans une usine, comme dans un bagne, plutôt que de mendier ce à quoi j’avais droit, j’ai préféré m’insurger et combattre pied à pied mes ennemis en faisant la guerre aux riches, en attaquant leurs biens. Certes, je conçois que vous auriez préféré que je me soumisse à vos lois ; qu’ouvrier docile avachi j’eusse créé des richesses en échange d’un salaire dérisoire et, lorsque le corps usé et le cerveau abêti, je m’en fusse crever au coin d’une rue. Alors vous ne m’appelleriez pas “bandit cynique” mais “honnête ouvrier”. »

Et peu importe les risques : « La prison… le bagne… l’échafaud ! Dira-t-on. Mais que sont ces perspectives en comparaison d’une vie d’abruti, faite de toutes les souffrances ? Le mineur qui dispute son pain aux entrailles de la Terre, ne voyant jamais luire le soleil, peut périr d’un instant à l’autre, victime d’une explosion ; le couvreur qui pérégrine sur les toitures peut faire une chute et se réduire en miettes ; le marin connaît tous les jours son départ, mais il ignore s’il reviendra au port. Bon nombre d’autres ouvriers contractent des maladies fatales dans l’exercice de leur métier, s’épuisent, s’empoisonnent, se tuent à créer pour vous. »

« La prison… le bagne… l’échafaud ! Dira-t-on. Mais que sont ces perspectives en comparaison d’une vie d’abruti, faite de toutes les souffrances ? »

Fort de ses convictions, il va alors se former à l’art du cambriolage et participer pendant de nombreuses années à divers groupes de “malfaiteurs” libertaires, le dernier et le plus durable d’entre eux s’appelant les Travailleurs de la nuit. Ensemble, ils sillonnent la France, avec quelques incursions en Italie et en Espagne, peut-être même en Afrique du Nord, de villas bourgeoises en Églises, multipliant les vols dans l’anonymat et la clandestinité. Fidèles à leurs principes, ils remettent 10 % de leurs gains à des organisations et des publications libertaires. « Certaines professions jugées socialement utiles sont exclues du corpus des victimes : les écrivains, les professeurs, les médecins, etc. », précise le biographe. C’est ainsi qu’un jour, l’écrivain Pierre Loti, alors très célèbre, échappe de peu à un cambriolage lorsque les Travailleurs réalisent que la demeure où ils viennent de pénétrer est la sienne !

Le bagne et le retour à la liberté

Animé d’un anticléricalisme violent – « la prêtraille ne prêche le renoncement que pour mieux s’approprier les richesses, elle ne promet les délices d’un monde futur que pour mieux s’approprier celui-ci » – il justifie ses nombreuses attaques aux biens de l’Église par la volonté de mettre les curés « en accord avec leurs principes » : « Car enfin que leur ai-je fait, sinon m’efforcer de les mettre d’accord avec leurs principes. Voilà de pauvres brebis égarées, me suis-je dit, qui se sont laissées corrompre par les idées de cupidité qui pervertissent ce monde. Il me suffira de quelques saignées dans leurs richesses pour les mettre dans la bonne voie en leur démontrant le peu de stabilité des trésors terrestres. »

Cayenne, le dortoir du pénitencier

La carrière de cambrioleur de Marius Jacob et de ses acolytes prend fin brutalement en 1903, à Pont-Rémy, dans la Somme. Alors qu’ils ont été repérés en pleine action dans une maison et qu’ils sont poursuivis par la police, l’un des Travailleurs abat un agent d’un coup de revolver. C’est l’arrestation, et deux ans plus tard, un procès à Amiens, que Jacob met à profit pour exposer ses convictions auprès d’un large public, et au terme duquel il est condamné aux travaux forcés à perpétuité. Il est envoyé en Guyane, au bagne, institution punitive centrale de la IIIe République. Les conditions de vie y sont très dures, le taux de mortalité extrêmement élevé (tout ses compagnons y meurent d’ailleurs les uns après les autres). Après plus de vingt ans de réclusion et de nombreuses tentatives d’évasion avortées, il obtient, grâce aux nombreuses campagnes menées par sa mère, une grâce présidentielle. Sa peine est commuée en cinq ans d’emprisonnement à purger en métropole, où, heureux hasard, il côtoie pendant plus d’un an trois des grandes figures de la révolution espagnole à venir, alors incarcérées en France : Buenaventura Durruti, Francisco Ascaso et Gregorio Jover.

« Apprécier le plaisir qu’il y a de partir en bonne santé, en faisant la nique à toutes les infirmités qui guettent la vieillesse. Elles sont toutes là, réunies ces salopes, prêtes à me dévorer. Très peu pour moi. J’ai vécu, je puis mourir. »

À sa sortie de prison, il enchaîne divers métiers avant de se marier et de devenir forain, vivant tour à tour dans l’Yonne et dans l’Indre, non sans faire un séjour dans l’Espagne libertaire de 1936. En 1954, au terme d’une existence intense et romanesque, Marius Jacob exprime une dernière fois son amour pour la liberté, il organise sa dernière évasion. Se sentant guetté par la maladie, il décide de se suicider à l’aide d’une piqûre de morphine, pour « apprécier le plaisir qu’il y a de partir en bonne santé, en faisant la nique à toutes les infirmités qui guettent la vieillesse. Elles sont toutes là, réunies ces salopes, prêtes à me dévorer. Très peu pour moi. J’ai vécu, je puis mourir ».

Nos Desserts :

Catégories :Culture

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s