Fiction

[Micro-fictions] En venir aux mains

Se faire couper les deux mains sera désormais remboursé intégralement. Dans le cadre du combat contre la covid-19, le ministre des Solidarités et de la Santé a enrichi le dispositif de lutte contre la pandémie. Bien que statistiquement moins contaminant que l’aérosolisation, la transmission directe par les mains représenterait encore un facteur important de l’explosion des cas. Or, selon la dernière étude du 2I2S (Incubateur d’Initiatives Sanitaires et Sociales) les mains représentent actuellement moins de 16% des contacts sociaux ou professionnel, contre 76% pour les yeux et 8% pour le mouvement général du corps.

Réactif, le gouvernement a débloqué une enveloppe de deux-cent millions d’euros destinée à la prise en charge immédiate des opérations de chirurgie. Combinée à l’apnée intermittente, autre instrument de prévention de la maladie visant à freiner la contamination par gouttelettes aéroportées par le blocage répété de la respiration toutes les deux minutes durant plusieurs secondes, cette mesure choc devrait conduire à une baisse de 20% des cas sur les deux prochains mois, selon le Directeur Général de la Protection Sanitaire.

Bien entendu, la mesure suscite des oppositions farouches : le leader du Trait-d’Union-Centre-Uni taclant l’initiative gouvernementale : « Que fait-on des unibrassistes qui n’ont qu’une main à faire couper et devront visiblement, d’après les dires du Gouvernement, payer l’opération au même prix que les autres ? Encore une fois, il s’agit de renflouer les caisses par le truchement de la lutte contre le virus » estime le Député.

Les critiques ne s’arrêtent pas au camp politique. Plusieurs journaux ont dénoncé les conséquences  d’une telle solution, pointant les difficultés quotidiennes induites par ces mesures de protection. Le ministre a balayé railleries et interrogations en rappelant sa ligne directrice : stopper la propagation du virus : « Il ne s’agit plus de réfléchir au confort quotidien mais de se projeter dans un monde bien plus vaste, plus solidaire, qui est celui du réel, et où se mène actuellement une grande bataille. Je comprends ceux qui se posent des questions, se demandent comment ils feront pour conduire ou travailler sans mains, mais la vraie responsabilité, c’est d’affronter les problèmes les plus urgents : sauver des vies en empêchant des gens sains de potentiellement pouvoir être infectés un jour ».

Et de conclure sur le projet d’avenir du Gouvernement : « Au XXIe siècle, en Europe, il n’est plus acceptable de pouvoir tomber malade sans que nous l’ayons programmé ».

Catégories :Fiction

1 réponse »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s