Politique

Survivre à Marlène Schiappa

Comment peut-on être Marlène Schiappa ? Dieu existe-t-il, qui met sur nos routes des personnages urticants ? Quel conseiller à chapeau pointu a pu croire une seconde qu’il était en quoi que ce soit stratégique de placer sur le devant de la scène pareil énergumène ?

Allons : une méduse vibratile qui émet des sons stridents, et forts, voilà pour le charisme. Elle eût pu être brillante, certes, comme l’était John Merrick… mais point. Dans sa bouche ou sous sa plume (sur Twitter, entendons-nous), une farandole d’âneries. Au hasard : volant au secours de son Jésus, qui en substance venait de déclarer que les pauvres coûtaient « un pognon de dingue », on se souvient de Schiappa Marlène invoquant Marx et « l’émancipation des travailleurs sera l’œuvre des travailleurs eux-mêmes »,voulant prouver par là que le « Capital » bien compris se résumait en fait à un « aide-toi et le ciel t’aidera » de bon aloi. Hilarité générale. Une adolescente un peu lente n’aurait sans doute pas fait mieux en reconnaissant dans une pub de Rire et chansons « la » voix de Bruce Willis. Puis, linge sale lavé en public, rappel à l’ordre de Schiappa père. Tout le monde n’a pas eu la chance d’avoir une grande fille macroniste.

On peut passer sur le reste, et surtout ne rien dire des désolants « Monologues du vagin », qui déjà nous donnent des migraines – et des envies de Corée du Nord. Taire également l’hypocrite second degré des prestations « beauté » (!) de la créature. Oublier, bien-sûr, sa pâle conception du féminisme. Passer sur le reste, donc, car il est à l’avenant : Schiappa Marlène est une suite mathématique de bourdes et d’imbécillités. Un alliage, si l’on veut, entre la déléguée de sixième à appareil dentaire et Bouboule s’essayant à la roue au milieu du gymnase.

Alors… pourquoi ? Du personnage, contrefichons-nous, oui, mais pourquoi diable l’avoir choisi, en pleine crise insurrectionnelle, pour, comme on dit là-haut, « parler aux Français » ? Pire ! l’envoyer à cet effet chez Hanouna Cyril (dont on a dit, déjà, le plus grand bien) ? Nos seigneurs auraient donc de nous une idée telle qu’ils ne verraient pour nous causer qu’une demeurée légère et un marchand de shampoing ? Cela participe en vérité de deux croyances, deux hallucinations : 1) que Schiappa Marlène est une personne moderne, à l’aise dans son siècle, 2) qu’Hanouna Cyril incarne le peuple. Tout cela du même tonneau, exactement, que Giscard jadis jouant de l’accordéon chez l’autochtone.

À tout bien considérer toutefois, ce cirque est peut-être une bonne nouvelle. Le Pouvoir ne sait pas, ou plus, endormir ses sujets. Jacques Chirac, qu’on ne voudrait tout de même pas prendre pour un grand philanthrope, avait tranquillement enfumé les chaumières avec la victoire de l’équipe de France de football en 1998. Sarkozy avec ses « racailles », Hollande grâce au charlisme. Macron aurait pu, il n’a pas su. Sa team (car c’est le mot) essaye, elle brandit de sa besace artifices et sucres d’orge, mais tout reste sans effet. Le bateau sombre. Schiappa et Hanouna, c’est alors un peu, en désespoir de cause, la vieille flotte envoyée à l’attaque par des amiraux terrifiés.

C’est entendu qu’il n’y aura pas de Macron victorieux, triomphant, acclamé par une foule ivre d’amour qu’Hanouna aura su charmer, que Schiappa aura su convaincre ; Hanouna n’aura pas suffi, Schiappa aura tiré contre son camp, et la foule, peut-être, est moins bête que certains l’espèrent. Elle n’est plausiblement pas, confère Romain Goupil (et Adolf Hitler, soit dit en passant), ce méchant animal pressé d’acclamer le plus fort et de marcher au pas.

Autre bonne nouvelle, plus palpable : quand c’en sera fait du Macronisme, Marlène Schiappa s’enfoncera dans le sable et disparaîtra pour de bon. Un peu comme le regrettable Manuel Valls, lui aussi forgé en ces matières jetables dont on fait de plus en plus les vedettes politiques. Il n’est pas de trop petit plaisir, goûtons déjà celui-là.

Nos Desserts :

Catégories :Politique

6 réponses »

  1. Marlène Schiappa est un enfer pour le cerveau. Une tempête de niaiseries et d’arrogance qui n’en finit jamais. Jamais on a été si pressé que quelqu’un la ferme avant même d’avoir ouvert la bouche. Même pas sur qu’elle se rende compte de son imbécillité sinon elle aurait plus de mal à vivre avec elle même.

  2. Vous accusez Macron de mépris et de condescendance et c’est vous qui etes meprisants et condescendants,o combien, alors qu’on aimerait un peu d »objectivite et de respect.Tout commence par la : on attaque les idées,les mesures, pas les gens, jamais les gens.

  3. NB : Cet article est, c’est entendu, peu aimable et moyennement sérieux. Il ne prétend pas figurer dans les Actes de la recherche en sciences sociales, ni à l’agrégation de lettres classiques. Il n’est cependant pas absolument gratuit :

    1) Le fond du propos passe au dessus de MS, qui sert d’exemple pour montrer que le pouvoir maîtrise mal sa communication -dont il est pourtant réputé expert.

    2) Eu égard à tout ce que ces gens salissent et détruisent, c’est peu faire que de rire un peu d’eux. Cela participe même d’une certaine tradition.

    3) Le taux de poufiassité de l’article aurait été moindre s’il avait été question d’Alain Jupé ou d’Angela Merkel. Mais qui marche sur une plage aura du sable dans ses chaussures…

  4. Vivement que le gouvernement de sa majesté Macron 1 parte avec tous sa cour il fait une campagne électorale avec notre argent et deplus il nous enfumé!!

  5. Un article sur Marlène Schiappa qui en suit un sur Simone Weil, c’est toute la décadence morale du 21e siècle résumée en deux articles. D’une génie on est passé à une cagole.

  6. Non, mais c’est qu’ils demandent le respect en plus !
    Non contents de pouvoir étaler leurs airs ravis en toute incongruité
    Ils veulent le respect
    Au nom des droits humains, bien entendu.
    Les droits au respect ont ceci d’incroyable
    Ils placent les bourreaux et les victimes sur le même plan éthique
    Quand on à plus le sens de l’éthique
    Il vaudrait mieux ne pas le cacher derrière des commentaires
    On connaît le respect des bourreaux pour leurs victimes

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s