Société

Blablacar : comment ils nous ont volé le covoiturage

On ne présente plus le site de covoiturage Blablacar. Adopté à la fois par les jeunes précaires, les travailleurs dynamiques et les bobos écolos, la « start-up innovante » a l’économie collaborative florissante et enjouée. Avec dix millions de membres, 95 % de parts de marché et des trophées en veux-tu en voilà, l’entreprise novatrice et progressiste a réussi le pari de la « croissance verte », nouvelle lubie de notre gôche écolo-libérale. Ces « écotartufes », comme on les moque pas si gentiment au canard « La Décroissance », applaudissent à tout rompre : vive l’économie du partage, le lien social, l’écologie ! Derrière Blablacar pourtant, un fonds d’investissement pas du tout solidaire et prêt à tout pour faire raquer un peu plus l’utilisateur, des règles sécuritaires contraignantes qui ne laissent plus aucune place à la confiance entre les membres et des conducteurs qui, eux-mêmes, ont fait foin de l’esprit communautaire de base de la structure pour mieux renouer avec le tout-profit. Au royaume de l’économie collaborative de Blablacar, l’argent est resté roi.

Tout part d’un covoiturage raté. Paris, début janvier. Je dois rentrer à Brest, les trains sont hors de prix (un jour viendra où il faudra m’expliquer pourquoi la SNCF nous fait autant raquer, surtout en période de vacances scolaires), une seule solution : le covoiturage. Puis, ça tombe bien, j’aime bien faire de nouvelles rencontres, tisser du vrai lien social comme on dit, et tous les autres covoiturages que j’ai faits se sont super bien passés.

Capture

SNCF, mon Amour. Prix d’un billet Brest-Paris le jour du début des vacances de printemps en zone A (durée moyenne du trajet de 4H40, parce que le train ne roule pas à grande vitesse sur tout le trajet). Tu la sens poindre, l’arnaque ?

Je suis la première arrivée au point de rencontre. Quand le conducteur débarque, dans une spacieuse Renault Laguna, je prends le parti de m’installer à l’arrière, me disant que la voiture est assez grande pour que chacun des trois autres voyageurs prévus pour ce trajet puisse être à l’aise. Première (mauvaise) surprise : un passager débarqué d’on ne sait où se greffe au voyage. Nous serons donc cinq.

Pire, les deux à côté de moi reviennent du ski. Plaisir de la neige, joie de la doudoune. Tout à coup, la voiture ne me semble plus aussi spacieuse. Paris – Brest, 5 heures 30 de route, ça va être long. Plan foireux incoming. Après deux heures de trajet, premier arrêt. Ouf, le gang des doudounes s’en va ! Je vais retrouver mon petit confort ! Ah bah non, dix minutes plus tard : nouvel arrêt, deux autres personnes nous rejoignent. Puis un autre arrêt, une heure plus tard, la personne devant s’en va, très vite remplacée par un autre. Et ainsi de suite jusqu’à l’arrivée (avec trois quarts d’heure de retard, avec tous ces détours et arrêts) ! Ce n’est pas du covoiturage, c’est le jeu des chaises musicales ! Et avec les sommes récoltées, le conducteur s’est vu rembourser le carburant, l’assurance, l’usure des pneus et ses emplettes de Noël ! Arrivée chez moi, je suis passablement énervée et assez dégoûtée. C’est peut-être naïf au possible mais il me semblait que l’esprit du covoiturage, c’était justement un trajet à moindre coût pour tout le monde, le partage et tout le toutim.

covoiturage-lilylafronde-le-covoit-c-formidable

 

Fuir la SNCF, coûte que coûte

Pourtant, Blablacar, à la base, c’est plutôt une idée sympa. Créé il y a cinq six ans, d’abord sous le nom de covoiturage.fr, le site propose de mettre gratuitement en contact des personnes voulant se rendre tel jour à telle heure d’un point A à un point B. Très honnêtement, je l’ai découvert sur le tard. Assez fatiguée d’avoir l’impression de me faire escroquer à chaque fois que je compostais mon billet SNCF, j’ai commencé à voyager en covoiturage, et même à déménager ainsi (il suffit de payer les trois places d’un très grand véhicule et bim : un déménagement Montpellier – Paris pour moins de 200 euros, tu peux pas test) ! Mon trajet est réglé à l’avance, le conducteur payé seulement s’il rentre un code que je dois lui communiquer : pour le reste, on s’arrange entre nous, entre la taille des bagages et la présence de Clio (mon chat), les arrêts pause-pipi et le choix de la musique. Au moment du paiement, même avec la commission que prend le site (une somme qui me semble à première vue légitime et que j’attribue aux frais de fonctionnement), le trajet me coûte bien moins cher que le billet de train en seconde classe, avec bébés qui hurlent au début du wagon et la petite vieille côté fenêtre qui va aux toilettes tous les quarts d’heure.

Puis, au fur et à mesure que mes convictions politiques se développaient, j’avais non seulement en tête l’argument économique, mais aussi deux autres arguments de poids : l’écologique (un trajet, plusieurs personnes, une seule voiture : c’est bête comme chou quand même), et le social (à l’heure où l’individualisme prime, où le ministre de l’Économie Emmanuel Macron veut que mon premier souhait soit celui d’être milliardaire, c’est un joli pied-de-nez à la société du tout-consumérisme, non, que de faire des économies en parlant avec des vrais gens, avec lesquels on arrive toujours à se trouver foule de points communs ?). Sur le papier, tout allait bien. Sur le papier…

Blablacar, l’histoire d’une trahison

Après ce covoiturage de l’enfer, j’ai commencé à me poser des questions. Et comme d’habitude quand je me pose des questions, je vais demander les réponses à Google. Qui m’a montré que d’autres gens se posaient encore plus de questions que moi.

À la base donc, en 2007-2008, Blablacar s’appelle covoiturage.fr. La France rentre en pleine crise économique, le prix du carburant explose. Quoi de mieux, en temps de crise, que de renouer avec l’économie collaborative, le sens du partage, l’entraide ? Covoiturage.fr est alors un moyen de se déplacer à moindre coût, le site est gratuit et basé sur la confiance. Ce qui est plutôt une excellente chose si l’on considère que certains profitent (et encouragent) les divisions pour mieux régner (mais c’est un autre débat). Le système, si on en croit les vieux de la vieille en matière de covoiturage, fonctionnait bien. Mieux, il se faisait connaître. Mais malheureusement, pour beaucoup et notamment pour son fondateur, Frédéric Mazzella, développement rime souvent avec gros sous. Pourquoi proposer un service gratuit quand on peut en proposer un payant ?

gandalf

Blablacar, quand je veux échanger mon numéro discretos sans payer la commission.

C’est ainsi qu’a été décidée la mise en place de cette petite commission, qui désormais augmente selon la longueur du trajet et selon le moment de la réservation. Censée sécuriser davantage le site (la confiance, c’est pour les pauvres), elle promet aux utilisateurs une vérification des numéros de téléphone. Une sécurisation qui a de quoi glacer le sang puisqu’elle empêche désormais le conducteur et le voyageur de se communiquer directement leurs numéros de téléphone (et donc de pouvoir s’arranger entre eux, sans avoir à payer la fameuse commission) : les « questions publiques » sont étroitement surveillées, il est rappelé aux utilisateurs de ne pas « divulguer leur numéro » et la modération veille. Le « petit » montant que j’attribuais à la couverture des frais de fonctionnement peut ainsi très vite monter (à plus de quatre euros le numéro de téléphone, j’ai quand même l’impression qu’on se fout de ma gueule, moi, surtout si le collègue de covoiturage l’a payé moins cher au motif débile qu’il a réservé le trajet avant).

[MAJ : Je viens de découvrir que si on réservait les trois sièges d’une voiture, on payait TROIS FOIS la commission ! Alors là, de fait, leur justification sécuritaire lolilol ne TIENT PLUS UNE SECONDE ! 15 euros de commission pour trois sièges réservés dans une Paris-Quimper ! Qui dit mieux ? ]

En misant tout sur la « sécurité », Blablacar me permet, une fois n’est pas coutume, de citer Benjamin Franklin : « Un peuple prêt à sacrifier un peu de liberté pour un peu de sécurité ne mérite ni l’une ni l’autre, et finit par perdre les deux. » Et effectivement, si l’utilisateur de Blablacar n’a plus aucune liberté de parole et d’échange avec les autres utilisateurs, ce n’est pas pour autant que sa sécurité est assurée. Le premier exemple m’a été donné par un ami. Il s’est amusé à organiser des faux voyages pour ne pas les effectuer le Jour J (oui, c’est vilain). Que peut Blablacar contre ça ? Absolument rien. Les voyageurs bernés pourront inscrire une mauvaise note sur le profil du menteur, ce dernier ne recevra évidemment aucun paiement mais les voyageurs auront été dupés, en toute impunité, et bons pour une attente de deux heures sur le parking du centre commercial le plus proche. Contre les annulations intempestives, Blablacar, de son propre aveu, est impuissant :

« Il n’y a pas de pénalités pour l’annulation d’un trajet, et le motif que vous choisirez au moment de la validation de votre annulation n’est pas publié. Cependant, afin de garantir la fiabilité des annonces et protéger les passagers d’annulations intempestives, BlaBlaCar  se réserve le droit de suspendre votre possibilité de publier des annonces avec réservation en ligne si vous annulez trop souvent. »

Évidemment (et encore heureux), presque personne ne s’amuse à inventer de faux trajets. En revanche, la fraude reste toujours possible, ne serait-ce qu’en communiquant un faux code au conducteur (qui empêche le paiement). En réalité, loin de garantir une quelconque sécurité aux utilisateurs, le passage au payant de Blablacar n’a été qu’un moyen de multiplier son chiffre d’affaires, en nous faisant payer le prix fort pour… des coordonnées qu’on échangeait gratuitement.

À bas la start-up, redécouvrir le covoiturage

Capture

Le visage jeune (et multilingue) de l’entreprise française, mais avec des postes qu’on sait pas trop c’est quoi. Frédéric Mazzella, CEO ; Francis Nappez, CTO ; Nicolas Brusson, COO. Perso, moi, c’est plus GOT.

Du côté de la start-up (c’est le mot en novlangue pour dire « jeune pousse, futur géant et bulles spéculatives une fois entrée en bourse, dure loi de l’innovation » comme le souligne le bouquin Jamais sans ma novlangue : le décodeur de poche, de Frédéric Matthieu), l’esprit de partage et de communauté a laissé place à l’arrivée des fonds d’investissement au capital de l’entreprise.

Comprendre : désormais, c’est le fonds d’investissement ISAI, dédié au marché de l’innovation sur Internet, qui est l’actionnaire majoritaire de Blablacar (après une levée de fonds d’un petit million d’euros). Et qui dit « fonds d’investissement » espère « retour sur investissement ». Crache la thune, prolo.

Et avec plus de dix millions de membres, une croissance de 200% par an et 95% de part de marché selon les statistiques données par le site, autant dire que Blablacar se met bien. Il se met très, très bien même, en témoignent ses récents rachats de Carpooling, son principal concurrent en Europe, et deRides, une start-up mexicaine. Le tout, comble de l’ironie, en se faisant passer pour la jeune entreprise dynamique, collaborative, basée sur le partage, les poneys et les paillettes. Les médias adorent, les trophées pleuvent.

Capture

Face au géant Blablacar, certains ont déjà pris l’initiative d’autres sites, aujourd’hui trop peu connus et trop peu visités. On citera, en guise d’exemples, Covoiturage-libre, le site du covoiturage libre et gratuit, Laroueverte.com, Allostop.net… Reste à voir si multiplier les offres est judicieux, la division n’ayant jamais fait la force. Encore une fois, et comme dans beaucoup de domaines, tout reste à (ré)inventer. Mais une chose est sûre, ce que le Net fait en quelques mois ou années, il peut le défaire aussi vite. La longévité de Blablacar n’a donc rien d’assuré.

 Nos Desserts :

Témoignages :

Ces commentaires de personnes habituées de Blablacar m’ont paru très pertinents. Je vous les fais partager :

« Bonjour,

Depuis 2013, je fais la navette toutes les semaines entre Mulhouse et Paris (pour voir ma femme et mes enfants) en postant mes trajets sur blablacar. En l’espace de 3 ans, j’ai transporté 350 passagers sur 90000 Km et je peux dire que j’ai une certaine « expérience » de ce site. En lisant l’article de Ludivine, cela m’a bien fait sourire car cela sent le vécu et j’adhère totalement à l’article. Je ne commenterai pas les inepties de Sibiril (sans intérêt).

Honnêtement, j’ai vu une dégradation lente de l’esprit de covoiturage en l’espace de ces 3 ans (les premiers trajets étaient géniaux) et dans ceux actuels plane un stress permanent (pour moi qui suit conducteur) L’argent a perverti énormément le covoiturage (on me saque quand j’ai 5 minutes de retard au point de RDV) et cela arrive fréquemment qu’on ne me donne pas ce fameux code pour être payé, m’obligeant à attendre 7 jours pour avoir une notification m’informant que de l’argent est prêt à être virer sur mon compte bancaire. Si je ne fais rien, il sera automatiquement viré au bout de 15 jours … Pendant ce temps là, le site fait fructifier l’argent. Heureusement, il y a des passagers très sympa et c’est une des raisons pour laquelle je continuerai. J’ai essayé à de maintes reprises les autres sites, mais je n’ai quasiment jamais été contacté et j’en ai déduit que seul Blablacar est viable (pour l’instant). Je baisse volontairement mes tarifs par rapports à mes concurrents tout en ne prenant que 3 passagers maximum dans mon monospace (un devant et deux derrière), en offrant de l’eau, des barres de céréales, etc … Bref, je fais le maximum et moi qui avait une conduite approximative et douteuse avant de faire le covoiturage, je me force à avoir une conduite quasi parfaite (ne pas broncher quand un crétin colle à un mètre derrière sur l’autoroute, respecter toutes les limites de vitesses, passer les vitesses doucement, anticiper les rond-points 600 mètres avant en rétrogradant pour améliorer le confort des passagers, éviter d’accélérer brutalement pour piler, etc ..).

Mais cela ne suffit pas: il suffit que je tombe dans un bouchon durant le trajet pour que les passagers me tiennent pour responsable du retard car … ils ont payé. Il y a une semaine à peine, des travaux bloquaient une rue qui menait au point de RDV d’un passager et j’ai eu du mal à les contourner (perte de 15 minutes). La passagère derrière commençait à se décomposer car je prenais du retard sur le trajet … Bref, sympa le facteur de stress ! Quelques jours plus tard, elle qui mettait des notes correctes (il y a un système d’évaluation mutuel sur ce site), me laisse une évaluation moins bonne que les autres conducteurs et j’ai bien compris qu’elle ne m’avait pas pardonné ce retard de 25 minutes (j’ai eu des bouchons également à l’arrivée de Paris un vendredi soir …).

Ainsi, le covoiturage version 1.0 (celui avant la version payante du site) était certes approximatif (il y avait des désistements énervants) mais l’ambiance était super chouette et on faisait des rencontres incroyables (globe trotteurs, passagers avec des personnalités étonnantes, vrais fous rires etc ..). Maintenant, la version 2.0 est celle de « j’ai payé donc j’ai le droit » manifestement sans saveur car basée sur une basique et terne relation pécuniaire. Néanmoins, je continue toujours mes covoiturages hebdomadaires en rêvant de la version 3.0 qui ressemblerait finalement à la première mouture qui était plus sincère, authentique, pleine de bonnes surprises.

Bien cordialement,
François »

Catégories :Société

107 réponses »

  1. Bonjour Ludivine,
    Est-ce que le travail est une valeur importante pour toi ? Ça l’est pour moi. 300 personnes exercent une activité professionnelle chez Blablacar. Je suis curieux de savoir ce que faisait ces 300 personnes avant. On peut aussi dire : ça représente 100 entreprises de 3 salariés ou 3 entreprises de 100 salariés. Je trouve ça plus que correcte dans cette période très morose en terme d’emploi.

    Mon frère habite Brest et vient régulièrement sur Paris. Il a 5 beaux enfants et je suis content qu’il puisse amortir ses aller-retour et « se faire de la gratte » qui va directement dans les vêtements de ses enfants (il n’a pas de mégane :-). Il utilise blablacar mais je vais lui soumettre les autres sites de covoiturage que tu as cité. En tant que grand utilisateur du « service », je verrai bien ce qu’il en pense.
    Quand au développement de l’entreprise Blablacar, on pourrait penser que M. Mazzella n’ait plus besoin de travailler. Et pourtant, il travaille encore. Je penses qu’il travaille encore car il croit en SON entreprise (Et oui, ISAI, comme les autres fonds d’investissement, n’ont pas le contrôle de la société. Il reste majoritaire – plus de 51% de l’entreprise lui appartient encore -). C’est lui qui décide de se développer sur les 5 continents, grâce à l’argent de ces fonds d’investissements. Pouvoir faire ce qu’on veut grâce à l’argent des autres, j’aime bien le concept !

    Souhaitons lui bonne change dans ce développement à l’internationnal. Qu’il puisse proposer des emplois en Inde, au Mexique et en France. Et qu’il fasse plaisir à ses enfants avec l’argent qui lui reste (s’il en a).

    Pour finir, un petit lien rapidement trouvé sur ce monsieur :
    http://tempsreel.nouvelobs.com/economie/20150918.OBS6082/blablacar-musicien-stratege-patriote-10-choses-a-savoir-sur-frederic-mazzella.html

    Amicalement

    Laurent

    • Blablacar ne créé pas d’emploi à proprement parlé. Mais génère un échange de ressources financières entre les passagers.
      Si vous avez 300 personnes qui travaillent chez blablacar vous en avez au moins autant qui ont perdus le leur dans un domaine affilié au transport des personnes désormais en covoiturage.

      Les entreprises qui créé vraiment de l’emploi sont ceux qui créé de la richesse qui finance ces emplois, et blablacar n’en produit pas.

      L’argument de la création d’emploi est trop souvent utilisé à tord.

    • Bonsoir Sibiril,

      Le covoiturage, c’est de l’entre aide. L’aide à la personne, c’est du social. Le social ça ne paie pas!
      Pourquoi? Parce que c’est un sacerdoce d’aider les autres!

      Les commissions sont bien trop élevées, 2 millions de trajets de plus de 350km par mois, à 3€ au bas mot, c’est 6 millions d’euro par mois. C’est au moins 3 fois trop! je suis dans le BTP, et avec 300 personnes on fait à peine 12 millions part ans.

      Je suis désolé mais l’argent spéculatif pourri le système, et en plus vous ne faite pas mieux que la SNCF avec vos commissions qui ne sont pas les mêmes pour tous les passagers d’une même voiture. vous rejoignez les rangs des tarifs à la con.

      De plus les tarifs devrait être d’égressif en fonction du nombre de personne dans le véhicule, mais ça c’est trop dur pour vous à développer (ce qui prouve que vous êtes mauvais, soit dit en passants) et surtout pas assez rentable.

      Je suis une fervent utilisateur de blablacouille et pour mes trajets réguliers je garde les numéros déjà acquis. C’est toujours ça de gagné, et pour les autres je baisse les prix pour que le passagers paye à peu près le prix conseillé.

      Et les beaux discours de Frédéric Mazzella font un peu gerber quand il fait le fier d’avoir détrôner le premier site de covoit Allemand, là tu ne nous parles plus des gens qui se sont retrouvé sans emploi! et ne nous faites pas croire qu’ils ont tous étés repris par Blablacouille!

      En bref, Je vous demande juste d’être plus raisonnable sur vos commissions.

      Sincères salutations,
      Jérôme

      • Juste une petite question Jerry : vous bossez dans le social, au quotidien – et je ne vous parle pas d’aller à la soupe populaire une fois par mois pour soulager votre conscience ? C’est votre boulot ? Non ?
        Alors, fermez-la, parce que moi, oui ! Et heureusement qu’on est payé, et heureusement que le social, ça se paye !!
        Parce que vu le boulot qu’on fait, si on n’était pas, ça serait de l’abus !!
        Déjà qu’on est payé une misère… si en plus, il fallait que ce soit un sacerdoce et qu’on vive d’amour et d’eau fraîche…
        Alors, l’argument du social qui ne se paie pas, vous vous le gardez s’il vous plaît !

        Pour le reste, je ne rentrerai pas dans le débat.

      • Bonjour Bonsoir JB,
        Je déplore que le social ne paye pas. C’est une constatation, pas une attaque en vers le social. Ma conjointe travail dans le social et ce n’est pas facile tour les jours, petite paie et très grosse déprime le soir. Je ne travail effectivement pas dans le social et pour cause, ça ne paye pas. Par contre je la console et réconforte. C’est sa mon social à moi. Et ça ne paye pas en monnaie.

        En suite, pour les gens qui travail dans le social se devrait être et rester un sacerdoce pour être efficace et avoir un bon relationnel et non pas un bon rendement. Le rendement c’est ce qui tue le social bien fait.
        Les bonnes personnes qui œuvre dans le social sont humble et ne se plaigne pas de leur revenu car il font œuvre de charité.
        Mais je vois à votre message, que pour vous travailler dans le social, c’est gagner de l’argent pour vivre. je trouve ça triste.

        Mais, le sujet n’est pas là, le fait est, que la direction de BlaBlacar abuse sur le taux des commissions et qu’il ne devais pas être variable.

        Perso, je fais du covoiturage pour aider les autres en m’aidant un peu. Pas pour faire de l’argent et me rembourser mon trajet.

    • BLABLACAR 350 personnes pour 20 millions d’utilisateurs
      SNCF 150.000 personnes !!!! pour 11 millions de voyageurs uniques par mois
      Impossible de comparer ces 2 chiffres mais tout de même, ne vous demandez pas pourquoi les billets SNCF sont si chers.
      Enfin, quant aux fondateurs de BLABLACAR, je doute qu’ils aient créé cette plate-forme de covoiturage sans imaginer un jour en faire un business. Je n’y crois pas un seul instant. Tout créateur de start-up espère un jour faire fructifier ses idées. D’ailleurs, beaucoup de chauffeurs BLABLACAR en font également un business. Mais si ça ne convient pas, alors il existe les bus MACRON à quelques euros par voyage (J’ai vu 3 euros pour un Paris-Lyon). Il ne faut pas demander combien sont payés les chauffeurs et je ne parle même pas de leur conditions d’embauche. Je connais autour de mois quelques travailleurs précaires qui utilisent ces bus pour voyager sans se poser aucune question, il profitent d’un système qui exploite des salariés. Coluche disait « ce sont les crocodiles qui vont à la maroquinerie ».

      La masse salariale du comité exécutif de la SNCF est passé de 4,8 millions d’euros à 6 millions d’euros de 2012 à 2013. Ils sont simplement dirigeants et pas fondateurs. Bon, allez ! Je préfère que les fondateurs de BLABLACAR gagnent le fruit de leurs idées, c’est tout de même moins choquant.
      Rappelez-vous la FNAC, il me semble qu’à l’origine s’était de vendre moins cher, Max Théret et André Essel sont passés de la gauche communiste à une gauche très libérale et ont revendu leurs actions avec j’imagine une certaine plus value, en millions d’euros ….

      Je n’ai pas d’exemple à donner de réussite de services commerciaux dont les créateurs ne se sont pas enrichis, tant qu’on ne l’est pas (riche), on déverse nos idées de partage dans les commentaires, quand on le devient (riche), on se détourne de ces idées, on garde son magot, on donne à quelques oeuvres caritatives, ça permet de se racheter.

      Moi, je suis indépendant non salarié depuis toujours, je déteste l’idée d’être salarié, parce que comme disait MARX « le salariat est au cœur du système d’exploitation capitaliste car le salarié – réduit à une force de travail marchandisée (travail vivant) – est soumis à la dictature de l’entreprise et du capital (travail mort) sans pouvoir décider de l’usage de la plus-value créée par son travail ».

      Si on ne veut pas nourrir ces riches géniales personnes, n’utilisez pas leurs services, ne devenez pas leurs salariés.

    • Bonjour, et merci pour cet article.
      Je suis conductrice, et j’ai eu l’idée de « compenser » à ma mesure les frais que paient les passagers. J’offre le pique-nique. On fait ce qu’on peut 😉
      Voilà, c’est tout.
      Hélène

    • « Et qu’il fasse plaisir à ses enfants avec l’argent qui lui reste (s’il en a). »

      Ho mon dieu, le pauvre… On l’a obligé en plus…
      Faisons un blablathon au plus vite !!

      jouer sur la corde sur social et du covoiturage et ne pas afficher le prix des frais, je trouve cela plus que limite…
      Toute prestations se payent certes, mais on affiche cela en première page, pas au fin d’une FAQ.

      Leur but n’est ni plus, ni moins de se faire un maximum d’argent et non de promouvoir le covoiturage et de protéger la planète comme ils le prétendent…
      C’est juste leurs communications qui me fait gerber..

  2. Bonjour,

    Depuis 2013, je fais la navette toutes les semaines entre Mulhouse et Paris (pour voir ma femme et mes enfants) en postant mes trajets sur blablacar. En l’espace de 3 ans, j’ai transporté 350 passagers sur 90000 Km et je peux dire que j’ai une certaine « expérience » de ce site. En lisant l’article de Ludivine, cela m’a bien fait sourire car cela sent le vécu et j’adhère totalement à l’article. Je ne commenterai pas les inepties de Sibiril (sans intérêt).

    Honnêtement, j’ai vu une dégradation lente de l’esprit de covoiturage en l’espace de ces 3 ans (les premiers trajets étaient géniaux) et dans ceux actuels plane un stress permanent (pour moi qui suit conducteur) L’argent a perverti énormément le covoiturage (on me saque quand j’ai 5 minutes de retard au point de RDV) et cela arrive fréquemment qu’on ne me donne pas ce fameux code pour être payé, m’obligeant à attendre 7 jours pour avoir une notification m’informant que de l’argent est prêt à être virer sur mon compte bancaire. Si je ne fais rien, il sera automatiquement viré au bout de 15 jours … Pendant ce temps là, le site fait fructifier l’argent. Heureusement, il y a des passagers très sympa et c’est une des raisons pour laquelle je continuerai. J’ai essayé à de maintes reprises les autres sites, mais je n’ai quasiment jamais été contacté et j’en ai déduit que seul Blablacar est viable (pour l’instant). Je baisse volontairement mes tarifs par rapports à mes concurrents tout en ne prenant que 3 passagers maximum dans mon monospace (un devant et deux derrière), en offrant de l’eau, des barres de céréales, etc … Bref, je fais le maximum et moi qui avait une conduite approximative et douteuse avant de faire le covoiturage, je me force à avoir une conduite quasi parfaite (ne pas broncher quand un crétin colle à un mètre derrière sur l’autoroute, respecter toutes les limites de vitesses, passer les vitesses doucement, anticiper les rond-points 600 mètres avant en rétrogradant pour améliorer le confort des passagers, éviter d’accélérer brutalement pour piler, etc ..).

    Mais cela ne suffit pas: il suffit que je tombe dans un bouchon durant le trajet pour que les passagers me tiennent pour responsable du retard car … ils ont payé. Il y a une semaine à peine, des travaux bloquaient une rue qui menait au point de RDV d’un passager et j’ai eu du mal à les contourner (perte de 15 minutes). La passagère derrière commençait à se décomposer car je prenais du retard sur le trajet … Bref, sympa le facteur de stress ! Quelques jours plus tard, elle qui mettait des notes correctes (il y a un système d’évaluation mutuel sur ce site), me laisse une évaluation moins bonne que les autres conducteurs et j’ai bien compris qu’elle ne m’avait pas pardonné ce retard de 25 minutes (j’ai eu des bouchons également à l’arrivée de Paris un vendredi soir …).

    Ainsi, le covoiturage version 1.0 (celui avant la version payante du site) était certes approximatif (il y avait des désistements énervants) mais l’ambiance était super chouette et on faisait des rencontres incroyables (globe trotteurs, passagers avec des personnalités étonnantes, vrais fous rires etc ..). Maintenant, la version 2.0 est celle de « j’ai payé donc j’ai le droit » manifestement sans saveur car basée sur une basique et terne relation pécuniaire. Néanmoins, je continue toujours mes covoiturages hebdomadaires en rêvant de la version 3.0 qui ressemblerait finalement à la première mouture qui était plus sincère, authentique, pleine de bonnes surprises.

    Bien cordialement,
    François

    • Bonjour Bonsoir JB,
      Je déplore que le social ne paye pas. C’est une constatation, pas une attaque en vers le social. Ma conjointe travail dans le social et ce n’est pas facile tour les jours, petite paie et très grosse déprime le soir. Je ne travail effectivement pas dans le social et pour cause, ça ne paye pas. Par contre je la console et réconforte. C’est sa mon social à moi. Et ça ne paye pas en monnaie.

      En suite, pour les gens qui travail dans le social se devrait être et rester un sacerdoce pour être efficace et avoir un bon relationnel et non pas un bon rendement. Le rendement c’est ce qui tue le social bien fait.
      Les bonnes personnes qui œuvre dans le social sont humble et ne se plaigne pas de leur revenu car il font œuvre de charité.
      Mais je vois à votre message, que pour vous travailler dans le social, c’est gagner de l’argent pour vivre. je trouve ça triste.

      Mais, le sujet n’est pas là, le fait est, que la direction de BlaBlacar abuse sur le taux des commissions et qu’il ne devais pas être variable.

      Perso, je fais du covoiturage pour aider les autres en m’aidant un peu. Pas pour faire de l’argent et me rembourser mon trajet.

    • Bonjour François,
      je crois avoir trouvé une sorte de version 1.0 sans les défauts de la 2.0 mais qui n’est pas encore la 3.0 puisqu’on n’a pas accès au profil utilisateur. C’est le site Go-voiturage.com Il n’y a plus de notes et que les gens peuvent se parler entre eux avant de se décider : modèle de voiture, âge, centres d’intérêts… Je pense que ce site, qui est sans commission et sans inscription peut évoluer vers un site version 3.0 du covoiturage… ?

  3. Bravo Ludivine pour ton témoignage et avis, suis entièrement d’accord. Ne dévoile pas les bonnes adresses ici car les vautours ou autres donneurs de morale funèbre guettent, envoie les nous par mails privés stp.

    Bravo ludi, enfin des gens comme moi, ouf!

    et si on montait une appli breizhconvoiturage interdit aux vautours…?

    ah ah ah moi je vais faire du convoiturage en bateau, il n’y aura pas de destination pourrie par les micros particules et le reste, trop bien.

  4. Donc en fait, à la lecture de votre article on se rend compte que son titre est mensonger.
    BlablaCar n’a rien volé, il est toujours possible de prendre un covoiturage sans passer par leur plateforme.
    A vous lire ils étaient sensés investir pour mettre en place l’infrastructure mais sans en tirer de bénéfices ?
    Et puis parler de « trahison » c’est calomnieux également. Lorsque vous bénéficiez d’un service, en l’occurrence une plateforme de mise en relation, il est normal de le payer sinon c’est vous le voleur non ?
    Vous imaginez une agence immobilière qui publierai les numéros de téléphone des vendeurs ?

  5. Bonjour à tous,

    Je découvre aujourd’hui même l’existence du comptoir et sa vocation affichée de partage désintéressé entre citoyens (je regrette quand même un peu qu’il affiche une orientation politique, car pour moi le partage ne devrait avoir ni parti ni penchant particulier, mais bon!);
    Si l’on craint frileusement de se faire voler un bien ou une idée, on la garde bien cachée pour soi seul et l’on attend le moment propice pour la valoriser pour son propre profit. Ou donc est le partage? Il faut en finir avec l’égoïsme attaché à ce consumérisme actuel qui n’ est qu’un cancer entré dans sa phase terminale.
    Mais trêve de balivernes! Pour fêter mon arrivée au zinc, tournée générale! Voici une idée à partager et à faire partager dans le cadre du sujet qui nous occupe ici: le covoiturage.
    Imaginons donc un monde meilleur ou nul n’aurait besoin de Smart-bigorneau ou d’application géo-localisante a usage purement commercial…Je m’explique, c’est très simple:
    Vous utilisez une voiture (française et non diesel de préférence ou électrique…) pour vos déplacements quotidiens? Avant de partir, installez un simple panonceau bien lisible derrière votre pare-brise indiquant juste votre destination (et pour les amateurs de technologie avancée un journal défilant mono-ligne à led programmable branché sur l’allume-cigare – excellent pour ceux qui veulent s’arrêter de fumer!), et roulez jeunesse…
    Imaginons que seulement 10% des conducteurs solitaires procèdent ainsi, imaginez la richesse de l’offre de covoiturage accessible par tout à chacun!
    Il suffirait d’attendre la bonne destination sur le bord de la route (oui, je sais… quand même pas dans le désert!)…
    Je roule pas mal autour de chez moi sur de petites distances pour mon boulot ou mes besoins privés et vers des destinations qui intéressent beaucoup de gens au même moment que moi, pourquoi ne pas en faire profiter mes congénères?
    Mon intention est d’acheter dès maintenant un simple petit appareil portatif programmable en 12v et de l’installer derrière mon pare-brise (pour une meilleure lecture de nuit et à partir de 50 à 60 Euros sur le net). Et bien sûr, pas de rémunération tarifée ou commissionnée par je ne sais quelle start-up, il faut savoir ce que l’on veut… Non! Seulement une petite tirelire et à votre bon coeur M’sieur-Dam!

    Voila une idée que personne ne me volera! Elle est gratuite! Servez-vous si vous la trouvez bonne et faites la partager à d’autres, ça peut même vous servir à l’avenir, et sait-on jamais, peut-être même à ma planète …
    Et sinon que ça ne vous empêche pas de me dire que vous me trouvez stupide ou naif, j’adore les discours scientifiques qui ont trait aux rapports entre les hommes, ça renforce mes propres convictions!
    … Et au pire, mon idée permettra peut-être de mettre en contact des gens réellement désintéressés? Y en aurait il autant que cela ici?

    PS. Les plus constructifs d’entre vous, ayant quelques connaissances juridiques, pourront utilement me rassurer sur l’état actuel des libertés dans notre beau pays, en m’indiquant si notre abondante législation permet la mise à exécution de mon génial concept, sans risque d' »embastillement » ou autre poursuites pénales pour mise en danger de l’équilibre des marchés commerciaux internationnaux (ce qui ne manquerait d’ailleurs pas de me stimuler grave!)

    Bonne lecture à tous!

    • Bonjour Torpedo,

      Belle idée, mais je n’en vois pas bien le fonctionnement. Le passager éventuel scrute les voitures, sur le bord de la route, jusqu’à voir une pancarte de sa destination derrière un pare-brise, et fait signe au conducteur que sont trajet l’intéresse afin que celui-ci pile ?
      Honnêtement, je préfère encore la démarche inverse : que le passager tienne lui-même une pancarte indiquant sa direction, ainsi le conducteur peut mieux anticiper. On pourrait appeler ça… l’auto-stop 😀

      Puisque vous semblez amateur de technologie, on peut même envisager ce genre d’équipement http://ecx.images-amazon.com/images/I/41NAElsGkNL._SX342_.jpg 🙂

      Je crois que je tiens un fameux concept là !

    • Hem, ton intention est bonne mais à jeter définitivement aux oubliettes. Carpooling est justement la plateforme allemande que Blablacar a racheté.

  6. J’ai été une des premières déçu/es du passage au payant, mais avec du recul il semble que ç’ait été la stratégie du Mazella aux dents longues depuis le début: proposer un service gratuit pour s’assurer le monopole => faire en sorte de rendre se service indispensable pour un majeure partie des « clients » => passer payant. Ce serait pas le premier à le faire, Carpooling s’y était essayé quelques années avant, mais avait dû faire marche arrière, faute d’un monopole suffisant…et y avait laissé au passage quelques « parts de marché » absorbées alors par le tout jeune covoiturage.fr
    Pour ce qui est de la question de la multiplication des sites alternatifs et de savoir si c’est judicieux, le meilleur moyen de rassembler les forces serait peut-être un métamoteur de recherche de covoiturages, qui sélectionnerait les annonces sur covoiturage-libre et autres déçu du système blablacar.

  7. merci pour cet article ça fait du bien de ne pas entendre toujours le même son de cloche.

    Covoitureuse essentiellement passagère depuis 6 ans. j’ai connu le blablacar gratuit sympa ultra pratique et aussi les autres sites existants. il faut avouer, les autres étaient moins bien tenus, moins facile d’accès, beaucoup de bug. alors naturellement tout le monde s’est tourné vers blablacar. une fois en situation de monopole. BAM!!!, c’est devenu payant!!
    plus le choix de retourner sur les anciennes plateformes, elles font figures de sites fantômes.

    ainsi j’ai vu des trajets super sympa où on découvre des personnes fantastiques, où le conducteur divisait le prix au centime près avec limite la facture de carburant à l’appui et des trajets à 3 à l’arrière d’une clio sans que le conducteur ne m’adresse la parole de tout le voyage sauf pour me dire au début: « y a plus de place dans le coffre va falloir garder vos sacs sur les genoux » et à la fin « vous me donnez le code ».

    Et si on parlait du prix. Pour rentrer chez moi je fais 500km par week end. Je payais entre 20 et 26€ l’aller-retour. en 2010. Une fois le site devenu payant, son intérêt est vite devenu le prix des voyages vu qu’il prend une commission. Plus le trajet est élevé, plus il touche… il incite donc les conducteurs à pratiquer des tarifs un peu plus élevé que ce qui se pratiquait naturellement.
    Désormais, pour le même trajet, je paie entre 30 et 36€. L’argument premier avait été l’augmentation du carburant. Pourquoi pas. Mais depuis quelques mois, il est au même niveau qu’en 2010.alors les 25% d’augmentation comment on les justifie?
    En plus il faut ajouter les frais du site environ 3€ sur un aller. Ce qui fait en tout un aller-retour entre 36 et 42€ alors qu’en 2010 il fallait compter entre 20 et 26€….
    Merci Blablacar, cette fantastique startup qui a permis d’augmenter les prix du covoiturage de 75% !!!!!!!!!!!!!!
    Vous allez me dire que c’est toujours mieux que la SNCF. C’est vrai. Est-ce une raison ? est ce une avancée?

    Le site incite clairement à remplir au maximum les voitures et avec un tarif élevé. Pour preuve taper le trajet Rennes – Nantes sur Mappy. Il estimera que pour 106km vous allez consommer 9€50 (gazoil à 1.10€/l- consommation que je trouve élevée d’ailleurs…) et juste à côté vous voyez une pub Blablacar vous indiquant que vous pouvez gagner 21€ !!! C’est normal de récupérer 12€ sur un trajet que de toute façon vous auriez fait ? récupérer les 10€ du trajet en lui même pourquoi, le conducteur prend donc a sa charge uniquement l usure du véhicule. mais 12€ de plus pour un trajet d’une heure. c’est plus que le SMIC horaire. faut pas s’étonner qu’il y ai des abus…

    De plus en plus je me retrouve agglutinée à 2 inconnus à l’arrière de petite voiture pour « sponsoriser » le week end de 2 amis qui vont voir des potes.
    Eux ils sont tranquilles devant ils ont de la place, ils discutent ensemble en nous ignorant ou presque. Et nous comme des cons on est coincé derrière et on paie non seulement leur trajet mais aussi leur soirée alcoolisée…

    Bref dans la mesure du possible je reprends des covoitureurs avec qui j’ai déjà covoituré. Ça permet de les contacter directement sans avoir à payer la commission. J’ai plus de 60 numéros de covoitureurs dans mon répertoire. A 3€ le numéro, c’est précieux, je les garde !!

      • Je plussoi, je n’utilise se cite que depuis 4 ans et j’ai remarqué les mêmes choses, il est de plus en plus rare de rencontrer de gens qui ont l’esprit covoit, le vrais.

    • Je suis un usager régulier de Blablacar en tant que passager et conducteur depuis 2011. Une grande partie de ce que tu dis et de ce que dis l’article est vrai. Après je pense qu’il ne faut pas tout mettre sur le dos de Blablacar : l’ambiance dans la voiture dépend énormément de comment le conducteur gère l’annonce, les réservations et le trajet. Notamment, se mettre d’accord sur les horaires, les points de rendez-vous, les bagages, tout ça c’est au conducteur de le faire, pas Blablacar. Il est probable que si le conducteur avait un minimum prévenu un retard probable à cause de bouchons à Paris le vendredi soir (qui sont ultra prévisibles), sa passagère n’aurait pas été aussi dure. Et puis bon, je ne sais pas quelle note et quel commentaire elle a mis, mais si c’est un « bien » au lieu d’excellent ou d’extraordinaire, rien de dramatique. En tous cas de tous les profils et trajets que j’ai vu, on fait très facilement la différence entre un bon covoitureur et un mauvais avec le système des avis.
      Concernant la commission, je la trouve également beaucoup trop chère, et elle ne devrait pas être proportionnelle au prix du trajet (ils n’ont que des frais fixes) ni au nombre de places mais au nombre de réservations.. Attention, il est inexact de dire que cela dépend du moment de réservation. Je le pensais aussi, mais cette page du site montre que non : https://www.blablacar.fr/faq/question/a-quoi-correspondent-les-frais-preleves-sur-chaque-reservation.
      NB : Je viens de faire le test, la plupart des places Rennes-Nantes un vendredi soir sont à moins de 7 euros, pour un trajet qui coute 13€ selon Viamichelin. C’est un peu cher, pas autant que ce que tu avances quand même. Blablacar pourrait plafonner les prix, mais c’est quand même avant tout aux conducteurs de se responsabiliser. Le site recommande de calculer le prix en fonction des frais sans bénéfices (voir infos pratiques / prix).
      Je trouve également totalement anormal que le conducteur puisse annuler sans pénalité… J’espère que quelqu’un se saisira de tous ces défauts pour lancer son propre site et griller Blablacar ! Peut-être y a-t-il également moyen de faire pression sur Blablacar qui, comme toutes les entreprises de service au public, font très attention à leur image. Un bon article dans 60 millions de consommateurs, une plainte à l’autorité de la concurrence sur la position monoplistique de Blablacar, il pourrait y avoir plein de leviers… A bon entendeur !

  8. Lancé, début décembre 2015 un site de covoiturage gratuit. Donc c’est une nouvelle génération de covoiturage sans frais pour les usagers. Pas de commission
    Pas de demande de carte bancaire, Paiement direct du passager au conducteur
    Sans engagement, Service d’envoi de SMS confirmation
    L’objectif est de créer un réseau solidaire et écologique. A bientôt sur http://www.myecocar.fr
    Zéro Blabla Zéro frais

  9. Bonjour,
    Je suis d’accord avec les éléments objectifs de stratégie et de profits mais ce n’est sûrement pas la seule multinationale que nous engrais sons au quotidien.
    Mais passons, je voulais surtout contester le fameux « esprit perdu ». Je suis inscrite sur blablacar depuis 2008 et je n’ai vu AUCUN changement dans l’état d’esprit. J’ai du faire en tant que passagère et conductrice plus d’une centaine de trajet et avant et après le système payant, les mêmes choses se retrouvent. Des conducteurs faisaient déjà des bénéfices car les prix étaient moins encadrés que maintenant et je passe toujours d’excellents moments avec ce système.
    Enfin, de mon côté j’ai toujours tenté « d’assurer » en terme de ponctualité, de convivialité et de conduite. Pas plus ni moins qu’avant.
    Ok par contre pour les aberrations tarifaires mais personnellement je suis très satisfaite de ce site et je ne voudrais pas revenir à l’ancien système qui ne garantissait pas plus l’actuel -avec en revanche plus de temps, de prises de tête de coups de fils pour trouver le bon trajet et moins de sécurité- un esprit social et solidaire.

    • AUCUN changement ? Et ben, c’est la première fois que je l’entends (ou plutôt que je le lis).
      De même, je fais du covoiturage depuis presque 6 ans et mon 1er voyage était extraordinaire, aussi exceptionnel que peuvent l’être les rencontres en auto-stop.
      Aujourd’hui, un trajet sur 3 que je faisais (je n’en fais plus parce que j’ai décidé de boycotter Blablacar, je me contente des autres sites et du stop) était bofs, où les discussions sont banales et frileuses. 1 sur 3 étaient agréables, où les discussions sont intéressantes et le temps passe assez vite.
      Certes, une partie des trajets reste appréciable mais ils ne le sont plus aussi bien qu’ils pouvaient l’être. La version « non sécurisée » (en passant, vouloir plus de sécurité pour moins de liberté est une erreur grave – cf l’État d’urgence et compagnie) était plus dans les extrêmes, où parfois c’était des coups foireux, et parfois des voyages extraordinaires. Aujourd’hui, les trajets sont plutôt monotones et presque toujours sans surprise. Au moins on se basait un minimum sur la confiance, ce qui est la base pour des bonnes relations sociales.
      Maintenant, je ne peux m’empêcher d’être parasité par l’argent, encore et toujours. J’en ai juste marre de penser à l’argent que je vais dépenser. Si je fais du covoiturage, c’est pas juste pour payer moins cher (à la limite, je m’en fiche, si je veux pas payer, je fais du stop).

      Le covoiturage, c’est sensé être :
      – s’appeler (et se faire confiance) et se donner rdv (et donc une certaine assurance d’arriver à l’heure),
      – se rencontrer,
      – passer un bon moment ensemble (bon après ça, ça dépend surtout du conducteur et des covoitureurs)
      – participer au frais d’essence et se dire au revoir (et peut-être à la prochaine ?)

      Avec Blablacar aujourd’hui, j’ai l’impression que c’est :
      – se prendre la tête avec le système de réservation (carte bancaire, toussa) et se faire taxer abusivement par le site :

      On ne peut pas contacter efficacement plusieurs conducteurs pour prendre celui qui convient le mieux (déjà celui qui convient tout court, c’est pas mal). On en choisit un et c’est au ptit bonheur la chance pour que ça se passe bien. Si on se rend compte au téléphone que ça va peut-être pas le faire, c’est pas possible de simplement annuler oralement, faut faire des manip’ sur le site. Et si c’est moins de 24h avant l’heure de départ, on se fait sucrer la moitié du prix du voyage.
      Or pour moi, un des avantages du covoiturage était aussi d’avoir une « roue de secours » (c’est l’cas de l’dire) au cas où j’avais un pépin dans mon plan.
      En plus, on est obligé de payer par carte bancaire, c’est très énervant. Et encore, ma banque propose un système de carte virtuelle qui garantit de ne pas se faire créditer plus de la somme choisie et de ne pas à devoir donner le numéro de sa carte bancaire, mais elles ne le font pas toutes.
      Quant à l’argument « oui mais si une personne réserve et qu’elle annule au dernier moment, c’est un manque à gagner pour le conducteur » (j’ai déjà entendu ça). Hé oh ?!? C’est du covoiturage, pas faire le taxi ! Le conducteur fait le trajet de toutes manières, il est pas là pour gagner de l’argent.
      S’il trouve des covoitureurs tant mieux, sinon il fait son trajet seul comme d’hab. Si une personne annule 2h avant l’heure du départ, c’est pas dramatique. Les imprévus font partie de la vie, ça sert à rien d’en avoir peur.
      Pour moi c’est un bon exemple concret de la perversion que peut provoquer l’argent.

      – Attendre la confirmation du conducteur pour avoir son numéro (c’est pour moi le plus gros problème, ne pas pouvoir se contacter directement est à mon avis une aberration pour du covoiturage).

      – Enfin pouvoir appeler la personne pour convenir des détails.

      – Se rencontrer.

      – Espérer passer un bon moment (mais comme je l’ai dit, ça dépend pas tellement du site ; cependant, aujourd’hui on tombe plus facilement sur des conducteurs inintéressants et inintéressés)

      – Payer (enfin, envoyer le code pour payer) un prix fixe souvent bien trop élevé pour du simple covoiturage :
      par exemple, pour Rennes -> Brest (un trajet que j’ai très souvent fait), c’était au début entre 5 et 12 € suivant le nombre de personne (oui, au début le site faisait des prix régressifs par rapport au nombre de passager !) sans se faire taxer. La moyenne était entre 8 et 10 €.
      Aujourd’hui, sans la taxe, les prix sont entre 10 et 21 € par passager. En comptant la taxe, c’est entre 12 et 25 € environ. La moyenne étant ~13 €, soit 15.60 € après taxe. Les prix pour ce trajet ont donc été multiplié par 2 environ en 5 ans à peu près. Ça me parait énorme.

      Pour comparer, je peux payer mon TER Rennes -> Brest à 15 € grâce à la région Bretagne depuis 3 ans (valable pour tous les moins de 26 ans – je prends mon exemple en toute conscience que je ne suis pas la généralité).
      Le train m’emmène à la gare de Brest (qui est pas loin de chez moi) en 2h20, les covoiturages en 2h30 en moyenne et pas toujours près de chez moi.
      Je peux vous dire que quand j’ai pas le temps où que la météo ne me permet pas de faire du stop, pour moi le choix est vite fait, je prends le TER (l’achat du ticket avec la carte Korrigo et ma carte bancaire me prend 2mn sur place).
      Quand je peux, je fais du stop. Et là c’est gratuit. Et en Bretagne, j’ai souvent des discussions super intéressantes (j’ai pas souvent l’occasion d’en faire ailleurs mais c’est à peu près pareil).

      PS : Je fais ma critique un peu énervée en passant, mais ne le prend pas pour toi, Claire 😉

  10. Bonjour, je trouve que la première histoire du covoiturage Brest Paris avec des skieurs etc…. Est super drôle, c’est un bon squetch dommage que vous en fassiez un peu trop et que de ce fait votre histoire perd toute crédibilité. Il est facile de critiquer blablacar parcequ’il prennent une petite commission sur les trajets. Mais cette critique vient uniquement du fait que vous êtes jaloux car eux ont réussi alors que votre vie est misérable. Je tiens juste à rappeler qu’il ne faut pas oublier QUI à été les premiers à demander à blablacar de faire un site payant avec virement bancaire. Souvenez vous comment c’était avant. On était serré comme pas possible dans la voiture,(aujourd’hui vous avez l’option pas plus de 2) et le chauffeur ne se faisait jamais payé. Et vas y que le passager a que 10€ sur lui au lieu des 20 comme prévu, et un autre qui a pas de monnaie. Et vas y que tu te tapes 10km de plus pour trouver un distributeur. On déposait les passagers n’importe où comme ça nous arrangeait nous et non eux. Sans compter les lapins posé par les passagers comme les chauffeurs. Et allez que tout le monde rageait sur le site parce-que rien allait. Aujourd’hui, blablacar met en place un système payant afin d’être sur et certain que l’on soit payé. Et qu’on ne soit plus *enmerdé* Et allez ça râle encore… En attendant peut être que vous payez une com mais c’est vous qui l’avez voulu. Et honnêtement vu la sécurité du payement, et d’arriver au point de destination prevu ( car oubliez pas que blablacar nous offre aussi l’assurance et le taxi en cas de panne) je trouve que la com est vraiment pas cher payé pour ce service. Quand aux chauffeurs qui râlent d’avoir des passagers insupportable à vous de les questionner via message avant de les accepter. Et puis si il y a des passagers *con* blablacar n’y est pour rien. Seul l’homme est responsable de sa connerie et ça ne changera jamais. Mais en tant que con continuez à raler et vous plaindre c’est ce que vous faites de mieux.

    • Ne met pas tout le monde dans le même sac. Je n’ai jamais souhaité ce système.
      « Un peuple qui sacrifie un peu de liberté pour un peu de sécurité ne mérite ni l’un, ni l’autre, et finis par perdre les deux ».

  11. Pour les conducteurs, publiez vos annonces Blablacar sur blablacar.de, la plateforme allemande est restée gratuite! Vos trajets apparaîtront tout de même sur la plateforme française, et les passagers pourront vous contacter directement. Je le fais depuis quelque temps maintenant, et je suis bien content de ne pas contribuer ainsi à l’enrichissement démesuré de cette « start-up » soit-disant éthique et solidaire (hahaha!)

  12. J’ai eu une panne sur ma voiture c’est pour cela que j’ai réservé un covoiturage sur blablacar pour 1 semaines après
    Ma voiture étant réparé je n’ai plus besoin de faire ce trajet en covoiturage .le lendemain de la réservation j’annule
    Et la surprise , la commission qui est déjà une fortune pour le trajet, n’est pas remboursé
    Je trouve cela scandaleux de la part de blablacar de pas rembourser c’est frais
    Ils se font un double bénéfice sur le trajet
    J’espère bien obtenir le remboursement

  13. Le fait de mettre le site payant au bout d’un certain moment après avoir été connu se pratique presque partout sur internet. Certes les tarifs aujourd’hui sont de plus en plus élevés, mais ça ne dépasse pas la TVA sur les trajets en train ou autre services.
    Les créateurs du site ont quand même bossés des années et miser sur leur projet sans aucune rémunération, si on les critique dans ce cas, on peut critiquer tout créateur de site web qui est devenu mondialement connu : facebook, … c’est pas parce que les sites sont gratuits qu’ils ne rapportent pas d’argent, indirectement tout les sites que vous visitez, ça leur fait gagner de l’argent par la pub, et la pub vous la payer par votre consommation chez les grandes marques …

    Si vous voulez pas payer, faite donc de l’autostop. Malgré l’augmentation du prix on est encore loin de celui du train.
    Par contre pour des grandes lignes vous avez toujours le Ouigo pour 10 € ! Et maintenant le ouibus à 9€.
    SNCF a même son site de covoiturage pour faire concurrence, mais bon eux aussi veulent le monopole de tout, surtout de tout le transport ! Alors vers quoi se tourner ? Si on arrêtais de bouger aussi dans tous les sens on aurait pas besoin de covoiturage 😀
    Alors pour contrer SNCF, blablacar n’est pas si mal… c’est le seul qui y est arrivé.

    • « Les créateurs du site ont quand même bossés des années et miser sur leur projet sans aucune rémunération, si on les critique dans ce cas, on peut critiquer tout créateur de site web qui est devenu mondialement connu : facebook »
      Justement, critiquons ce système pourri basé sur la publicité et la collecte de données.
      D’ailleurs, on devrait tous consommer le moins possible chez les grandes marques.

      « Si vous voulez pas payer, faite donc de l’autostop. »
      Ça tombe bien, j’en fais régulièrement.
      Sauf que le but du covoiturage n’est pas de ne rien payer, j’espère que personne n’est dans cet état d’esprit. Les premières fois que j’ai entendu parler de covoiturage, c’était s’organiser entre parents d’élèves pour faire chacun son tour le trajet entre un lieu commun et l’internat (donc d’une certaine manière, on partage les dépenses). Et y avait pas un seul centime qui circulait. Ça, c’était quelque chose d’humain, de social. Et c’est ce que devrait être le covoiturage : que les covoitureurs se partage l’essence ou pas, on veut quelque chose d’humain et non perverti par l’argent.

      « Malgré l’augmentation du prix on est encore loin de celui du train. »
      C’est un faux argument. Les prix du train dépendent de la SNCF et sont à mon avis pour beaucoup très abusifs. Et c’est pas une raison pour faire payer plus les passagers de sorte à ce qu’au fil des trajets, le conducteur se fasse même rembourser les réparations de sa voiture. Il devrait y avoir une limite, sauf que le site pousse à monter un peu les prix.
      Le covoiturage, à la base, c’est se partager le prix de l’essence, conducteur compris. POINT.
      Blablacar c’est pas ça. C’est « populariser » le taxi, si j’ose dire.

      « Si on arrêtais de bouger aussi dans tous les sens on aurait pas besoin de covoiturage. »
      J’imagine que tu dis ça pour plaisanter mais c’est pas tout à fait faux ^^ Je pense que beaucoup trop de gens utilisent leur voiture seul.

      « Alors pour contrer SNCF, blablacar n’est pas si mal. »
      Et comment il y est arrivé ? En monopolisant le covoiturage avec des principes capitalistes pas mieux que la SNCF. C’est super pour contrer la SNCF.

    • « D’ailleurs, on devrait tous consommer le moins possible chez les grandes marques. »
      Tu as raison et je devrai l’appliquer aussi au transport. Il est cependant plus compliqué d’avoir un covoiturage sur d’autre site du fait du manque de médiatisation. C’est malheureusement toujours celui qui a le plus d’argent qui fait le plus de pub pour obtenir plus de part du marché.

      « Et c’est pas une raison pour faire payer plus les passagers de sorte à ce qu’au fil des trajets, le conducteur se fasse même rembourser les réparations de sa voiture »
      Franchement, quand une personne remplis sa voiture de 3 passagers (ce que blablacar préconise par ailleurs car souvent il n’y a pas 5 vrai places assises) pour un trajet Lyon-paris que je fais régulièrement, souvent si je vais avec une amie je paye bien plus chère en essence et péage que via blablacar malgré les frais. Car si on considère que le prix devrait diminuer avec le nombre de passager (ce que j’ai lu sur un autre commentaire), il devrait aussi augmenter quand on est seul ce qui n’est pas le cas, c’est un prix moyen.
      Donc oui si une personne à une voiture 7 places c’est tout bénéf. J’ai cependant cependant que blablacar faisais la chasse à ceux qui se servent du site comme une plateforme pour taxi.
      Mais bref si on calcul pour une voiture classique « 4 places » et que les 3 passagers payent environ 27 € hors taxe Lyon-Paris, sachant que le trajet coûte en moyenne 35€ de péage et environ autant d’essence, soit 70 €, les 3 passagers payent en effet la totalité du carburant mais le chauffeur doit quand même acheter son véhicule et l’entretenir. Le coût d’un véhicule moyen était de 28 cts le kilomètre, cela fait pour ce trajet 140 € (500 km x 0.28) frais de péage et essence incluse. On est encore loin de payer toutes les réparations du véhicule. Il reste au chauffeur se part de 140 – 27×3 soit 59 €, montant bien supérieur à la participation des passagers. Il reste même de la marge pour un 5 ième passager. Passager qui économise l’achat et l’assurance d’une voiture.

      « C’est un faux argument. Les prix du train dépendent de la SNCF et sont à mon avis pour beaucoup très abusifs »
      Je suis d’accord avec vous malheureusement le coût d’entretien de la SNCF est en augmentation quand ils se rendent compte que leur rail ne sont plus tout jeune et le prix est élevé pas étonnant vu le coût des installations et l’augmentation du coût de la vie et de leur salaire. Les péages aussi sont abusifs, alors le mieux est d’arrêter de se déplacer toutes les 5 minutes pour courir à droite à gauche
      TRANSITION

      « J’imagine que tu dis ça pour plaisanter mais c’est pas tout à fait faux ^^ Je pense que beaucoup trop de gens utilisent leur voiture seul. »
      Et bien oui et non, car depuis Internet et lorsque les gens remarquent qu’ils peuvent voyager moins chère, tout le monde en profite pour faire encore plus de trajet et rencontrer du monde qu’il n’aurait jamais connu sans internet (ami à distance, déménagement) alors c’est un peu difficile de comparé par rapport au siècle dernier, mais avant les gens n’avait pas ce besoin de faire du Lyon-paris tous les jours pour le boulot ou du Paris-Alpes pour aller skier. Le monde à changer et ce n’est pas forcément pour le mieux. la société à créer ce besoin de bouger pour « s’évader du stress du boulot », pour aller au boulot, etc…

      En tout cas merci pour ton commentaire, je vais essayer de trouver d’autre plateforme de covoiturage mentionné ici même et voir si on peut trouver une alternative a blablacar.

      Et pour finir
      « Justement, critiquons ce système pourri basé sur la publicité et la collecte de données. »
      j’utilise justement un bloqueur de pub pour ne pas participer sur ces sites à la rémunération de la pub (qui indirectement diminue notre pouvoir d’achat)

      • On est d’accord sur tous les points 🙂

        « Petite » précision : je considère qu’en aucun cas, l’usure de la voiture et ses réparations devraient être comptés dans le prix d’un voyage. Tu DOIS faire ce trajet, tu ne le fais pas uniquement pour faire du covoiturage. Donc de toute façon tu payeras ton voyage en essence etc…
        Et comme le covoiturage est sensé être une entraide, pas un remboursement, je considère que c’est au conducteur de payer tous les frais autres qu’essence/péages.

        Certes, sur les autres sites il y a moins de trajets. C’est pour cette raison qu’on a besoin de faire notre propre « publicité » en se passant le lien et en changeant de site. Cependant, il ne faut pas qu’on adopte tous le même site, pour éviter un nouveau monopole. Ou alors on va tous sur plusieurs sites différents. Ou un site par région, je sais pas ^^

  14. Bon article, qui donne une idée aux néophytes de ce qu’est le covoiturage aujourd’hui. On sent malgré tout que l’expérience de l’auteur est limitée. Vivant entre le France te l’Allemagne depuis plusieurs années, j’ai connu et accompagné malgré moi le développement de Blablacar. Je regrette aussi une forme de liberté et la perte de l’esprit initial, mais les choses ne sont pas aussi simples.

    Tout d’abord, la base du système sécurisé fut malheureusement indispensable au développement du covoiturage en France. Je m’explique : quand Blablacar était encore gratuit (et avait un autre nom que j’ai oublié), je l’utilisais en parallèle du site Allemand Mitfahrgelegenheit. Ce dernier, libre également (et racheté par Blablacar, ce qui démontre effectivement la volonté d’hégémonie des investisseurs), manquait d’usagers pour les trajets que je faisais, mais fonctionnais avec l’esprit allemand. Nos voisins n’ayant pas attendu le développement d’Internet et la crise pour pratiquer le covoiturage, quand un germanophone réservait une place dans ma voiture, il n’y avait jamais de problème ; en revanche quand un francophone réservais une place (le plus souvent par le biais de l’ancien Blablabcar), une fois sur deux il ne venait pas, ne prévenait pas et se mettait sur messagerie pour éviter de répondre à l’appel que je passais en arrivant au point de rdv. J’ai ainsi plusieurs fois effectué des détours pour aller chercher des passagers fantômes. Le système de précairement et d’évaluation (sur le principe de celui d’eBay) a réglé tout cela, et assure une sécurité aux passagers également : un utilisateur régulier aura tout intérêt à avoir de bonnes notes si il ne veut pas que les covoitureurs boudent ses futurs trajets. Sans développer, cela a aussi mis fin à l’utilisation du site par des conducteurs, munit de mini-vans à 9 places, qui faisaient cela pour le profit, ce qui est discutable mais sort du principe du covoiturage.

    Quand au profit supposé des conducteurs, avec simple calcul de coût kilométrique d’une voiture et des prix moyens pratiqués sur Blablacar, on se rend compte u’il faut trois à cinq passagers (en fonction de la gamme de la voiture, d’un achat neuf ou d’occasion, etc..) pour que la somme perçue par le conducteur couvre ses frais. Sachant qu’il conduit pendant tout le trajet et qu’il a la charge de sa voiture en permanence, pas seulement lors du trajet (il faut bien la garer, l’emmener aux vidanges et réparations, etc…), il me semble que l’on est loin du compte. Ce point est d’ailleurs assez sensible car, à l’heure du tout gratuit, il revient régulièrement lors des discussions pendant le trajet et, à cause de calcul simplistes de certains utilisateurs, le conducteur peut vite se sentir dans la peau du profiteur !

    Je suis en revanche tout à fait d’accord sur le fait qu’il faut assurer un confort décent pour tout le monde, et que deux seulement sur la banquette arrière devrait être une condition sinequanon ! C’est d’ailleurs maintenant un point que le conducteur peut préciser soir son annonce. Les tarifs ont aussi bien diminués, ce qui m’a semblé normal au début, puisque je suis passer d’une moyenne d’1 passager par trajet à 3 presque constamment (donc voiture remplie) et qu’en quelque sorte la commission de Blablacar supportée par les passagers l’étaient ainsi en quelque sorte par les conducteurs. Je comprend moins les baisses actuelles, qui me semblent venir d’un effet de concurrence sortant du principe de partage.

    Voilà, il n’en reste pas moins que je peste contre la commission démesurée de Blablacar (plus de 12% !), qui est alignée sur celle d’AirBnb avec lequel on peut faire beaucoup de parallèle. Et oui, l’esprit de convivialité et de rencontre initial se perd en chemin dans ce monde capitaliste ou le profit est roi. Mais chacun en est responsable, et avec plus de civisme, d’envie de partage et de respect, nous pourrions effectivement nous passer d’un système sécurisé. Il y a encore du chemin, surtout quand on voit les tendances actuelles, ou ce n’est pas la liberté et la solidarité qui prévalent mais bien la sécurité. Une histoire de choix. Pour ma part j’approuve la citation de Benjamin Franklin !

    • Je me répond moi-même 🙂 plutôt je me complète. Il me manquait un mot pour finir : ce qui prévaut aujourd’hui est la sécurité et l’individualisme. D’ailleurs à la réflexion quelques points me gênent dans cet article. Un parti pris évident et un manque d’objectivité (je pourrais développer, l’histoire de l’ami laissant de fausses annonces par exemple, alors que le système d’avis, malheureusement indispensable – la preuve par les agissements de cet ami ! – est là pour gérer cela) et un point de vue… pas tant dans le partage ! Je ne comprend pas, mis à part le fait de partager la banquette arrière à trois, ce qui gêne l’auteur dans le covoiturage à multiples arrêts qu’elle a effectué. Les « gains » du conducteur ? Mais plusieur portions de trajets ne « rapportent » pas plus qu’une réservation sur l’ensemble du trajet. Cela force effectivement à rallonger le voyage, et donc avant tout au conducteur à passer plus de temps au volant. Mais n’est-ce pas cela le système de partage dont l’auteur semble nostalgique ? Accepter de perdre un peu de son confort au profit de la communauté ? En clair, au lieu de se plaindre d’un allongement de son trajet, ne pourrait-on pas plutôt voir l’opportunité offerte aux autres passagers de partager la voiture ? C’est exactement ce qu’il me semble manquer aujourd’hui, l’esprit de communauté.

    • Bonsoir,
      Tout d’abord merci d’avoir lu l’article et de l’avoir commenté.
      Pour répondre rapidement, la nécessité de la sécurisation n’avait rien d’obligatoire, en témoignent le nombre de commentaires ci-dessous qui disent que eux, s’en passaient très bien. Je ne crois pas en « l’esprit allemand » ni en « l’esprit français ». Je ne suis pas certaine que ça ait mis fin à l’utilisation de mini vans, vu que justement, dans le trajet que je décris, un covoitureur n’était pas inscrit à la base sur le trajet de départ. La seule hypothèse plausible est donc un deuxième compte créé par le conducteur. D’ailleurs, tout au long de votre commentaire, vous insistez beaucoup sur le principe de notation. Celle-ci n’est valable que lorsqu’on garde le même compte. Mais un compte se crée aussi facilement qu’une nouvelle adresse mail, sans poursuite ou mauvaise réputation derrière.

      Je mets le conducteur dans la peau du profiteur dans mon exemple et ce, contrairement à ce que vous dites dans votre 2e com, car plusieurs courts trajets rapportent bien plus que seulement trois longs. Il ne s’agit pas de renier son confort personnel, là. Il s’agit d’accuser un retard conséquent parce que le conducteur profite de la situation. Il conduit ? Il est fatigué ? La belle affaire ! C’est entièrement sa faute. Faire un trajet en covoiturage c’est un partage, pas une accumulation. S’il est fatigué à la fin, à cause de trop nombreux trajets, c’est justement parce qu’il n’est plus dans cet esprit de partage, mais dans celui de rentabilité et de tout-profit. On n’est donc pas dans l’esprit de communauté, de mise en commun : rien n’a été décidé en commun (les trajets multiples n’apparaissent pas : en tant que passagère, je ne vois « que » trois autres passagers. Je ne suis pas informée que je vais arriver avec 45 minutes de retard, je ne suis pas consultée.

      Enfin, pour avoir encore covoituré dernièrement, une jeune fille me confiait qu’un conducteur est arrivé passablement éméché, dans l’impossibilité de conduire. Elle a donc dû assurer elle-même le voyage. Evidemment, elle a refusé de payer. Quand l’égoïsme rejoint l’irresponsabilité…

      • Bonsoir Ludivine,

        Je me relis et j’ai peut-être été un peu dur !

        Vivant entre la France, l’Allemagne, la Begique et les Pays-Bas, je peux vous assurer qu’il y a de fortes différences de mentalités ! J’ai quelques anecdotes d’incompréhensions et de choc des cultures liés au covoiturage.

        Je peux vous assurer que découper un trajet en plusieurs tronçons n’apporte pas plus au conducteur. Faites une simulation et vous verrez.

        Effectivement, si le conducteur utilisais plusieurs compte, il n’étais pas honnête dès le départ et je comprend votre colère. Mais vous lui reprochez un manque d’empathie en en témoignent aucune à son égard ! Oui, conduire fatigue, et certains passagers deviennent de plus exigeant et se comportent comme des clients (comme le décrit le 1er commentaire que vous citez), oubliant que dans le covoiturage il y a la notion communautaire qui induit beaucoup d’aléatoire. Je pourrais vous racontez la fois où j’ai suivi, de mon plein gré, la voiture de gendarme qui venait d’emmener un passager étranger qui voyageait sans papier ! Ce qui nous a valu une bonne heure et demi de retard… mais de repartir avec lui !

        Quand au profit, une voiture à un coût de reviens d’au moins 0,25€ par km. Faites le calcul avec les défraiement qu’apporte le covoiturage, et expliquez-moi ou est le profit. Ce point m’énerve particulièrement. Chacune regarde son voisin en pensant que celui-ci profites de lui, et en voulant avant payer le moins cher possible. Les choses ont un coût, comme les trains dont a la charge la SNCF que vous traiter de voleur. On pourrait bien sûr discuter d’un moyen différent de repartir ces coûts, mais traiter les autres de voleur dès que l’on a à l’être la main au porte-feuille c’est peut-être un peu exagéré, non ?!

    • Bonjour,
      Quand vous parlez de la prise en charge des frais, je pense que vous ne comprenez pas le principe du co voiturage. Il ne s agit pas de rembourser intergralement le cout du voyage comme si le conducteur avait fait ce trajet que pour les passagers et qu il devait par consequent etre totalement remboursé du trajet et de tous les elements indirect (vidange, stationnement…)
      Il s agit d un conducteur qui decide de se rendre a un endroit. Quoi qu’il arrive il y aura un cout pour se trajet. Qu il remplisse ou non sa voiture il ira.
      En revanche si des passagers font eux aussi ce trajet il est logique de diviser le cout du carburant et peage.
      Or ce que je reproche au site c justement de faire grimper les prix au point qu ils dépassent largement les coûts directs carburant peage.
      A titre personnel je fais le trajet tous les week end. Quand je prends ma voiture ce trajet me coute 13 euros de carburant. quand je prends un covoiturage ca me coute entre 15 et 20euros (sans les frais du site +3€) a moi toute seule je rembourse plus que le carburant. Et je ne suis jamais seule passagère.
      D ou cette sensation d etre la vache a lait du conducteur. Qui defait s enrichi. Sur un trajet qu il aurait de toute facon effectué.
      Je pense qu on comprend tres mal cette notion de partage et qu elle derive desormais plus sur une question de rentabilité ou meme d enrichissement.
      La semaine dernière mon covoitureur a pris 3 passagers a 15 euros chacun et nous a avoué que c t une voiture de fonction et que le carburant etait pris en charge par sa société. … ca se passe de commentaire.
      Bonne soirée

      • Bonsoir Jen,

        Oui, il y sûrement des profiteurs comme partout. Sur les longs trajets que j’effectue (entre la France, la Belgique, les PaysBas et l’Allemagne) les prix ont au contraire chutés. Avec 3 passagers, en tenant compte du coût kilométrique minimum d’une voiture (le péage et l’essence ne sont pas tout), il reste à la charge du conducteur une part plus importante que celle demandée à chaque passager. Si vous ne tenez compte que du carburant et du péage, c’est sûr. Mais ce n’est pas un peu idiot de prendre l’autoroute à pied en portant des bidons d’essence ?! 🙂

        Mais on en revient toujours à une histoire financière… Il semble donc qu’il ne s’agisse que de cela pour la plupart des utilisateurs de covoiturage.

        Et puis oui, le conducteur à décider de se rendre à un point donné avec sa propre voiture. Les passagers qui ont décidés de s’y rendre également (de leur plein gré généralement) profites de l’occasion (et vice-versa bien-sûr). Tout le monde dévrait être content et passer un bon moment ensemble !

      • Bonjour,
        J’ai déjà donné mon avis mais je voudrais juste réagir à quelque chose qui se retrouve très souvent dans les commentaires : le trajet d’un conducteur n’est pas un train ou un bus qui part quelque soit le nombre de trajets. Personnellement, si je n’ai pas de pasagers, je retire mon annonce et je trouve un autre moyen de transport. Donc l’argument qui est « le trajet est effectué de toute façon » n’est pas une vérité constante.

      • Pour répondre à Hugot : oui, ça, ce sont les personnes qui ne pouvaient pas se permettre de faire le trajet avant que le covoiturage ne se développe. Mais ce n’est qu’une petite partie des gens.
        De toute manière, je considère que dans un covoiturage, ce qui doit être partagé est uniquement l’essence et les péages.

    • « Le système de précairement et d’évaluation (sur le principe de celui d’eBay) a réglé tout cela ».
      J’en suis pas convaincu. Ça a ajouté un peu de sécurité mais ça n’empêche pas d’avoir de grosses déceptions.
      Tu cite ensuite Benjamin Franklin, mais tu cautionnes l’utilisation d’une sécurité au mépris d’une liberté qui m’a décidé à arrêter blablacar : on ne peut plus joindre un conducteur directement sans devoir faire une réservation en passant par la carte bancaire. Ça me parait inconcevable de choisir un covoiturage avant même d’avoir pu joindre le conducteur et de s’organiser un minimum.
      Attention, je parle des « grands trajets », comme Brest-Rennes. Pour Brest->Morlaix par exemple, on doit envoyer le message et il est indiqué qu’on aura le numéro du conducteur ensuite (donc j’imagine dans la minute qui suit, mais j’ai jamais eu l’occasion d’essayer).

      Je suis d’accord que le système de notes apporte quelque chose. Mais on peut toujours le contourner en créant un autre compte (certes, du coup on repart avec le statut de novice).

      « A l’heure du tout gratuit ». Pardon ? Excuse-moi mais j’ai pas du tout l’impression d’être dans « l’heure du tout gratuit » xD

      « Les tarifs ont aussi bien diminués ». Je ne sais pas de quels trajets tu parle. En tout cas pas de ceux que j’ai pratiqué, où j’ai observé l’inverse : les prix ont bels et bien augmentés, jusqu’à doubler, pour certaines annonces.

      « je peste contre la commission démesurée de Blablacar »
      Ça, la commission de Blablacar, y a de quoi critiquer. D’après les tests que je viens de faire, c’est le maximum entre 20% et 1.60 € (en tout cas sur tous les trajets Brest->Rennes). Autrement dit, 1.60 € pour les trajets de moins de 8 € et 20% les autres.
      Ça devrait être quelque chose comme 1 € quel que soit le prix du trajet. Mais c’est sûr, il s’en mettraient bien moins dans les poches.

      PS : C’est marrant que tu parles d’AirBnB, parce que je viens d’apprendre qu’ils louent des habitats sur des territoires spoliés aux palestiniens, dans des colonies israéliennes en violation avec le droit international.
      http://www.easyvoyage.com/actualite/airbnb-propose-des-locations-en-territoires-occupes-66593
      http://www.france24.com/fr/israel-annonces-airbnb-colonies-territoires-palestiniens

  15. On peut en vouloir à BlablaCar de commissionner les trajets, mais on ne peut pas en vouloir au site d’avoir créé des « conducteurs profiteurs » ou de « passagers clients ». Que je sache BlablaCar laisse au conducteur le choix du prix ! Le site est simplement victime de son succès. Alors on peut regretter l’ancien site gratuit (je l’ai connu) mais aujourd’hui le retour à la gratuité n’empêcherait pas ces comportements.
    Perso, je déteste aussi cette relation client/conducteur. Je suis plutôt du genre à mettre un tarif très bas. Comme ça je m’affranchis des grincheux « au prix où on paye blabla.. ». Surtout que 3 passagers à 20e valent mieux que 2 à 25e, bizness iz bizness 🙂 [2nd degré]

    • Je pense que le site a tout de même poussé à ce genre de comportement. Par exemple en comptant les frais autres qu’essence/péage dans le prix.
      Aux débuts du site, je payais en moyenne 10 € mon trajet Rennes->Brest. Aujourd’hui, je l’aurait payé (parce que je n’en fais plus, ça m’a poussé à refaire du stop) 13 € en moyenne, sans la taxe.
      Un conducteur que j’ai rencontré en covoiturage avait une « solution » : faire payer 10 € hors taxe à ceux qui réservent via Blablacar, et 7 € pour ceux qui réservent via covoiturage-libre.fr.

  16. Bonjour tout le monde !

    La nuit portant conseil, et puisque c’est un sujet à vif débats, je vais preciser ma pensée, et répondre un peu plus précisément.

    Effectivement Jen, je ne comprend pas bien votre principe du covoiturage qui semble uniquement basé sur le fait de partager les frais de carburant et de péage. De mon point de vue le covoiturage a beaucoup plus d’intérêt :
    déjà cela évite de faire le trajet seul, ce qui est fort appréciable quand ont fait régulièrement les mêmes trajets de 5h, pour parer à la monotonie et aux pertes de concentration (j’ai tendance à parler beaucoup en covoiturage, par que j’aime cela et que cela me maintient dans le moment présent, évitant les moments de déconnection d’un esprit vagabondeur).
    Cela permet de faire des belles rencontres (je me suis fais de nouveaux amis, d’une ancienne galerieste d’art française venue s’installer en Allemagne à un corse, de mère allemande expatriée, attirée par ses origines maternelles), de croiser des profils atypiques, et d’avoir des discussions enrichissantes avec des personnes avec qui j n’aurais pas forcément grand chose à partager dans un autre cadre.
    Cela limite l’impact environnemental de nos déplacements, puisque une voiture avec 4 personnes à bord va polluer juste un peu plus qu’avec son seul conducteur, qu’il y a ainsi moins de voitures sur les routes qui s’abîment ainsi moins, que cela limite la pollution sonore, etc… Mon récent changement de voiture m’a amené à une grande réflexion ; je ne voulais plus de diesel (l’angoisse en voyant le nuage de fumée noire au démarrage de ma vieille R19 !), et je voulais préserver mon dos abîmé. J’ai opté pour une C3 Picasso essence, a priori peu adaptée à mes longs trajets, mais je me suis dis qu’elle serait confortable pour moi comme pour les passagers, et que le covoiturage allait limiter son impact écologique (elle consomme beaucoup mais divisé par 4 personnes…) et financier (cela coûte cher le confort).
    Et évidemment c’est avantageux financièrement. Pour toutes les parties. Personnellement je ne trouve pas scandaleux qu’un conducteur se rembourse ses frais intégralement, puisque celui-ci va tout de même conduire tout le trajet et a la charge permanente de sa voiture (et les soucis qui vont avec), quand les passagers n’ont à se charger de rien. Il me semble que c’est le principe du partage, un échange avantageux pour tout le monde. Et pas seulement pour soi-même…

    Pour parler un peu des différences culturelles auquelles Ludivine dit ne pas croire, où je vais en Allemagne les gens ont l’habitude d’un système d’échange impliquant une contrepartie, qu’elle soit financière ou autre. Au début c’est plutôt déroutant pour un français habitué à une forme de gratuité dans les échanges, du genre je te donne, un autre me rendra. Mais je me suis vite rendu compte que cela avait aussi beaucoup d’avantages, et qu’il existait une forme d’économie parallèle qui n’avait pas eu besoin d’Internet pour exister, et que finalement tout le monde était gagnant. C’est aussi plus clair et amène un equilibre dans la relation, par le biais d’une négociation dont le but est d’arriver à un échange profitable à chacun. On est bien loin des petits compte d’apothicaires que suscite le covoiturage en France, où chacun voit le profit supposé que réalise l’autre partie, se sentant lésé en oubliant finalement les avantages que cela lui apporte ! Je pense que les français se sont lancés à corps perdu dans le covoiturage à cause de la crise financière (d’où les rengaines permanentes sur les prix), et qu’ils n’étaient pas préparé à un système de partage à si grande échelle ! À lire les commentaires ici on a l’impression que le covoiturage c’est l’horreur, un ramassis de profiteurs et d’incivilisés à eviter absolument. Pour ma part, la balance reste très positive, je laisse les grincheux à leur idées (même si elles me touchent malgré tout) et profite (terme qui peut être au combien positif) de tous les avantages que j’ai cité précédemment !

  17. Jerome,
    je comprends bien qu’on se comprends pas!
    vous mélangez l’aspect financier et l’aspect social.
    Quand je parle de ne partager que les frais d’essence et péage ça n’exclut bien sur pas de partager aussi des conversations, du temps et une boite de gâteaux. je n’ai jamais nié ceci. mais je constate une dérive en matière de prix.

    Je fais du covoiturage depuis plus de 6 ans et je vois bien qu’à l’origine on ne remboursait que les frais d’essence et de péage.
    je rappelle qu’il s’agit d’un trajet qui de toute façon aurait été effectué par le conducteur. Ces frais sont donc déjà engagés quoi qu’il arrive. le passager lui arrive juste pour prendre en partie en charge les frais directs.
    vous mettez en avant les charges du conducteurs, notamment le fait qu’il ai à sa charge le véhicule tout le week end. c vrai mais avec ou sans covoitureur il l’aurait eu à sa charge. S’il ne pouvait pas l’assumer il aurait pris un autre moyen de transport ou n’aurait pas fait le trajet.
    Au contraire, le conducteur est conducteur et non passager souvent par confort. Il faut mettre en avant les avantages du conducteur, il choisi l’heure et le lieu de départ, il bénéficie d’un véhicule tout le week end il peut emmener des bagages plus conséquents, des courses,…
    alors que le passager s’organise autour du choix du conducteur, prend un petit bagage, se trouve piéton tout le week end et doit ajouter 2 titres de transports pour se rendre au point de covoiturage. C’est le jeu, il l’a choisi, mais ça explique qu’on ne partage pas les frais de la même manière entre conducteur et passager. que certaines charges doivent rester à la charge du conducteur.

    A titre de comparaison, entre amis, quand on partage un trajet on partage l’essence et les péages. il n’est pas question de me faire une marge pour que mes amis participent à mon assurance auto, à ma vidange, à l’achat de ma future voiture « plus confortable »…. tout simplement parce que eux même doivent prendre en charge leur propre voiture. Être covoitureur passager ne signifie pas nécessairement être piéton toute l’année.

    Enfin je ne nie pas l’utilité du covoiturage, mais je tiens à alerter sur la dérive des tarifs pratiqués par les conducteurs et sur la commission trop élevée de blablacar ces 2 éléments cumulés ont conduit à une augmentation très importante des prix des trajets. Et actuellement ce qui se passe c’est un éloignement du site blablacar en faveur des cars « Macron » qui sont beaucoup moins chers.
    Le covoiturage longue distance va en prendre un coup s’il ne rectifie pas le tir rapidement…

    • Je rajouterai que je partage bien les points de vue de Jérôme et que moi qui fait du covoiturage depuis 8 ans, le prix du trajet que j’effectue régulièrement a également énormément baissé et il faut que j’ai au moins 2 passagers pour que cela revienne à partager uniquement l’essence et le péage.
      En revanche, comme tout est plus facile en terme d’organisation, je ne m’en plains pas… mais de là à dire qu’on fait des profits…

    • A propos des cars : cette concurrence peut probablement amener du bon pour le covoiturage. Puisque si le prix est plus intéressant pour le car, le principal avantage du covoiturage est la rencontre et l’échange. Et une voiture est plus rapide. Et plus souple aussi, on n’osera beaucoup moins arrêter tout un car pour une pause pipi (mais j’imagine qu’il y a des toilettes dans ces cars, il parait qu’il y a même le Wifi).
      Donc les « clients » individualistes vont logiquement plutôt aller vers le car. N’empêche que ça ne résout pas le problème majeur (à mon sens) de Blablacar : ne pas avoir le numéro du conducteur avant une réservation par carte bancaire.

  18. Je suis en partie d’accord avec vous Jen, mais je ne comprend pas pourquoi vous ne voulez prendre en compte dans le coût de revient kilométrique que le carburant et le péage. Il y a l’usure de la voiture (donc achat + entretien) qui est liée au km parcourus, donc à prendre en compte en fonction des km du trajet. Il ne s’agit en rien de payer une future voiture, mais bien le coût de celle qui est utilisée lors du trajet (j’entend uniquement ceux générés par le trajet, ce qui n’interfère pas avec l’éventuelle voiture possédée par un passager), dont le confort profite à tout le monde.

    Je ne vois pas non plus pourquoi vous faites une différence entre le conducteur qui se rendrait forcément a son point de destination, comme si les passagers n’étaient là que pour l’accompagner ! L’un comme l’autre ont un trajet à effectuer, et je ne suis d’ailleurs pas sûr qu’ils le fassent sans cette solution économiquement avantageuse pour tout le monde.

    Les passagers doivent se rendre au point de rdv, le conducteur aussi, et cela le force à effectuer un ou des détours plus ou moins long en fonction de son trajet. En somme chacun doit faire des efforts, ce qui me semble être la base de la vie en collectivité.

    Quand à la hausse des prix, cela semble le cas sur des trajets en France puisque ce point revient dans plusieurs commentaires. Là je ne peux pas juger, mes trajets étant presque exclusivement au départ Paris en direction de nos voisins nordiques (et vice-versa). La participation demandée pour ces trajets a baissée d’environ 25% depuis le passage au service payant (il faut néanmoins y ajouter la commission de Blablacar). Et ils continuent de baisser ! Cela peut s’expliquer par la baisse des coûts du carburants, mais ce n’est qu’une partie des frais et comme les autres continuent d’augmenter je n’y crois pas vraiment. Je pencherai plutôt pour un effet de concurrence, généré par la tendance « business » comme le dit Sire au second degré des conducteurs qui veulent remplir leur voiture, ce qui a pour effet de baisser les prix moyens qui n’ont plus de rapport avec le partage des frais et l’échange initial.

    Pour la commission démesurée de Blablacar je vous rejoin complètement, je trouve normal que leur salariés soient rétribués pour leur travail mais pas pour payer des actionnaires soucieux uniquement de rentabilité ! Et je vais aller jeter un œil sur les sites de partages libres (je n’aime pas la notion de gratuité, qui implique à mon sens que tout est dû à tout un chacun, et favorise cette société gangrénée par la publicité !).

  19. C’est intéressant, le parallèle entre les reproches à l’encontre de la sociéte Blablacar et ceux contre les utilisateurs, conducteurs ou passagers. En fait la société connait sans aucun doute très bien ses clients et évolue en fonction de leur besoins et comportements. Aujourd’hui le marché du covoiturage n’est pas celui d’une recherche de convivialité mais essentiellement celui d’un profit financier ou d’une économie par rapport à un mode de transport concurrent. Par contre le PDG de la société a parfaitement compris (avec son service communication/relation publique) l’intérêt de s’appuyer sur une image « conviviale » et « participative » en grande partie fausse. Remarquez que Blablacar n’a pas du tout les ennuis réglementaires, juridiques, médiatiques etc… d’Uber pour quelque chose de très similaire.

  20. Bonjour,

    Je viens donner mon avis sur mon expérience covoiturage et plus précisément sur l’aspect coût. J’en fais depuis 2013 en tant que conducteur, je n’ai jamais été passager.

    J’effectue toujours le même trajet, une fois par mois en moyenne, qui est Caen Lille. Globalement,
    toutes les personnes avec qui je voyage sur ce trajet sont satisfaites. Caen Lille en train, c’est 4h,
    40 euros minimum, changement de gare à Paris.

    Vous voulez savoir ce qu’il y a dans les coûts d’un covoiturage jusqu’au bout???

    315 voyages Caen Lille représentent 315 x 380 Km = 119700 Km

    120 000 Km et l’entretien? J’ai une voiture de taille moyenne.

    Révisions 20000 Km : 200 euros
    40000 Km : 200 euros
    60000 Km : 300 euros
    80000 Km : 200 euros
    100000 Km : 500 euros (clim)
    2 Pneus à 60 000 Km : 150 euros
    Total : 1550 euros

    120 000 km et le carburant?
    Ma voiture fait du 6 litres au cent à 130Kmh à 4 voyageurs.
    Je vais chez Total Access, le litre est à 1.05 euros en ce moment.
    120 000 / 100 x 6 * 1.05 = 7560 euros

    En péages?
    Caen Lille c’est 31.7 euros en prenant le pont de Normandie.
    315 voyages x 31.7 euros = 9985 euros

    Donc au total: Entretiens + Carburants + Péages = 1550 + 7560 + 9985 = 19095 euros

    Ce qui fait un coût de 19095/315 = 60.61 euros par trajet.

    Le site propose un prix à 25 euros par défaut pour ce trajet par personne.

    315 Trajets x 25 Euros x 3 Passagers = 23625 Euros.

    En conclusion, en covoiturage je gagne 23625 euros, et j’en dépense 19095 euros, sans payer ma place.
    Et il faut compter l’amortissement de la voiture sur 120 000 km de route, qui correspond à 1/3 d’une vie de ce type voiture.
    23625 – 19095 = 4530 euros

    4530 euros dédiés à l’amortissement de 120 000 km ça me parait peu…

    Sinon je trouve que le covoiturage est une bonne expérience avec les personnes qui jouent le jeu, et ne nous voient pas comme un chauffeur de Taxi ou radin/profiteur…. Oui oui, on m’a déjà contacté en me disant je suis votre cliente de covoiturage 🙂

    Il m’arrive très souvent de faire les 4h de routes Caen Lille à discuter, et le temps passe nettement plus vite.

    • Je trouve aberrant de comptabiliser l’entretien et l’amortissement d’une voiture dans le prix du passager. Si tu as une voiture, c’est à toi de t’en occuper mais les passagers n’ont rien à y voir.
      Le but du covoiturage est de payer le prix du trajet (essence/péage), pas les réparations éventuelles ou je ne sais quoi concernant le véhicule.

      • Petite correction (dommage qu’on ne puisse pas modifier ses commentaires) : je voulais dire « Le but du covoiturage est de PARTAGER le prix du trajet ».

      • T’as rien compris

        J’ai volontairement pris un exemple « fictif » sur 120 000km et de 315 voyages, pour comparer le prix proposé par le site, et le coût réel liés aux trajets covoiturés entretiens inclus.

      • Oui en effet, j’ai pas compris l’intérêt.
        Je m’en fiche de savoir ce qu’est le coût réel comparé au prix de Blablacar. Je sais que ça a augmenté de 3 € en moyenne hors taxe en 3 ans sur le trajet Brest->Rennes. Et ça va jusqu’à 21 € alors que ça ne dépassait jamais les 12 €.

        Le covoiturage tel que je le connaissais au départ (avant même Blablacar), c’était plutôt : on va payer tant pour ce trajet, on divise par le nombre de personne, chauffeur compris. Ça fait une sacré différence par rapport à Blablacar.
        Pour un trajet qui coûte 30 €, si t’as 2 passagers, ça me parait normal que chaque passager ne paie que 10 €.

    • « 4530 euros dédiés à l’amortissement de 120 000 km ça me parait peu… »

      Alors oui voilà tout est là ! Car une voiture de taille moyenne coute plus de 3 fois ça ! Et le chance que la voiture fasse 360000 kms est bien maigre. C’est bien la preuve que les conducteurs en sont de leur poche !

      • Encore heureux. Si tu décides d’acheter un véhicule, tu en assumes l’entretien. Vouloir le faire assumer par les passagers sur tes trajets réguliers, je trouve ça malhonnête.

    • Sans compter l’amortissement de la voiture, tu te fais du bénéfice. Te rends-tu compte de ta bêtise ? Le covoiturage c’est pas ça, là on s’approche plus du Taxi qu’autre chose.
      Tu dois faire ce trajet de toute façon, c’est tout simplement injuste de le faire passer dans le prix des passagers.

      La base du covoiturage, c’est autre chose.
      Le covoiturage, c’est profiter qu’une personne doit faire un trajet – et qu’elle aurait de tout façon – pour aller quelque part. Le fait de partager le prix se fait d’un commun accord.
      Le but c’est de partager un bon moment et par la même occasion de partager le prix – et certainement pas se faire rembourser.

      Tu le dis toi-même : on discute et le temps passe beaucoup plus vite. Tu voudrais en plus qu’on rembourse les réparations et l’amortissement du véhicule ?!?

      Là on est loin du covoiturage. J’ai l’impression d’encore écouter une personne qui voit d’abord le fric dans ce qui est, à la base, un principe humain social.

  21. Salut super article, effectivement les frais de Blablacar n’arrête pas d’augmenter, c’est assez pénible ! Sinon je viens de trouver ce site http://www.gomore.fr, les covoiturages y sont sans frais donc pas de commission supplémentaires. A essayer avant la hausse des prix estivales de la SNCF et compagnie !

    • En apparence, ça à l’air beau mais ça sent aussi mauvais que Blablacar. Toujours la même chose : paiement en ligne. Je n’ai pas essayé de m’inscrire parce que j’ai autre chose à faire, mais je vois nulle part qu’il es possible de contacter directement la personne par téléphone ou par mail, ni qu’il est possible de payer directement le/la conducteur/trice en liquide.

      Il propose 25 € de carburant offert aux nouveaux conducteurs/trices. Mais où vont-il chercher cet argent ? Il y a anguille sous roche.

  22. Petite pierre apportée à l’édifice de ce blog, je viens de payer 2.60€ de com pour un trajet à 13€, soit 20%.

    Bizarrement aucun chiffre d’affaire n’est communiqué sur les médias (ou alors que quelqu’un sorte les chiffre merci). Avec plus de 20 millions de membres dans le monde (oui la société a des ambitions internationales), des levées de fonds à 100 millions €, la machine à fric est bel et bien en route et les investisseurs se frottent les mains.
    L’introduction du paiement en ligne a été justifié par blablacar pour remédier au taux élevé d’annonces / ou de résa décommandées au dernier moment. En tant que covoitureur conducteur depuis 7 ans, oui je trouve que c’est plus engageant et que les « erreurs » sont plus rares. Les covoitureurs n’ont pas changé et c’est aussi ce qui me fait continuer à utiliser ce site.

    Cependant je trouve que l’idée originale du covoiturage qui prône les valeurs de partage et de communauté telle que la voient certains sur les commentaires a été pillée et réduite en miette par le capitalisme, et ce qui est grave surtout je trouve c’est de s’en servir pour bénéficier d’une contribution des gens basée sur le volontariat.

    Explications: je reçois un mail cette année me demandant de me prendre en photo avec mes covoitureurs et ma voiture avec un autocollant blablacar dessus et de l’envoyer gentillement à blablacar. Est-ce que par hasard cela ne ressemblerait pas à une campagne de pub « financée » par les membres???
    Donc en résumé, ce site profite actuellement sournoisement de son image d’entreprise néo-écolo-populaire pour se développer et récolter des commissions de plus en plus juteuses ce qui est véritablement scandaleux.

    Covoiturage ne devait-elle pas être une affaire financée plutôt par l’Etat?? Hélas vive le 21eme siècle…

  23. Je n’ai jamais fais de covoiturage payant. Je préfère prendre le train malgré les prix exorbitants. Je préfère que mon argent aille dans les salaires des cheminots, plutôt que dans la poche de ces gosses de riches qui fondent des start-up, qui n’apportent rien à notre économie, et qui profitent de combines légales, pour ne pas payer, ou peu, d’impôts.

  24. En fait, en y réfléchissant bien BlaBla Car n’est ni plus ni moins qu’un un moyen pour le chauffeur de voyager sans frais, tous financé par les passagers, essence, péage etc…

    Un VRAI covoiturage solidaire serait des courses a des prix symboliques genre 10 € pour le principe, laissant place a l’Humain.

    Business is business, arrêtons de nous mentir.

    Cordialement

    • Certes on est d’accord que le prix inclut désormais un peu + que l’essence et les péages. Cependant pour une voiture classique moyenne avec 3 passagers, il reste encore une part pour le chauffeur. Le coût réel d’une voiture est de 0.28 cts le km (prix moyen constaté par l’INSEE pour une voiture type CLIO pour 10000 km effectué par an)

      Donc si on prend 3 passagers à 30€ (prix moyen-haut pour aller de Lyon à Paris, certain prix commence à 20€) qui fait environ 500 km, soit 140 € (500 x 0.28 cts par km), les passagers payent 90 € ce qui fait encore 50 € pour le chauffeur.

      Bon après certain abuse et mettent 3 personnes à l’arrière un peu serré, après, à chacun de faire la part des choses et de regarder avant de réserver un trajet. Et puis s’il y a de la demande, les prix montent, c’est ainsi que va le marcher.

      Personnellement à chaque voyage je calcule tout les trajets possibles, et effectivement depuis peu je m’y retrouve mieux avec la SNCF, entre OUIGO et les billets prem’s, je payent mon aller retour Paris moins chère qu’en covoiturage (et pour seulement 2h de trajet) mais bon voila ça dépend des périodes, le covoiturage reste intéressant pour des trajets mal desservies ou mal ferrées (genre Lyon Bordeaux)

      • Oui mais justement, ce n’est plus dans l’esprit du covoiturage de faire passer dans le prix plus que l’essence et le péage. Le covoiturage, l’argent est sensé être secondaire. Je constate que ça devient prioritaire : la preuve, des personnes comme vous se mettent à faire des calculs.

  25. Roulezmalin et la Roue verte, soit ils sont payants soit il faut s’inscrire et c’est chiant, je trouve. Go-voiturage est sans commission et sans inscription, c’est le seul que j’ai trouvé : il fait 2 000 visites / jour, c’est peu mais si ça augmente, ça peut devenir un bon filon…
    Il y a aussi covoiturage-libre qui commence à être pas mal, très dans l’esprit partage mais il faut aussi s’inscrire… Alors qu’avec go-voiturage, il y a juste à saisir son email, la confirmer et on est mis en relation. Ok, il n’y a pas le profil des gens mais une fois mis en relation, on peut discuter. Je trouve qu’on revient à l’esprit du Stop et de l’entraide et qu’on sort de ce système où le coivoituré se comporte comme un client qui attend sa petit bouteille d’eau et le conducteur qui fait tous le simagrées pour obtenir sa note 5 étoiles 🙂

    • Tu as tout a fait raison, après moi je fais des calculs pour tout je suis comptable. Mais je comprend le problème, c’est que le covoiturage devient financier avant d’être sociale. Après malheureusement c’est la société qui nous rend ainsi, a force de se faire rouler et traiter de vache à lait on fait attention a tout. Donc les conducteurs essayent de se rattraper la où ils peuvent et ils ont trouvés Blablacar qui leur offre sur un plateau.

      • Le problème c’est que vous ne vous feriez pas traiter de vache à lait si vous ne dépassiez pas le cout essence péage.
        celui qui fixe le prix c’est quand même bien le conducteur et pas le passager.
        sur mon trajet qui coute 14€ d’essence (pas de péage) les passagers ont vite fait le calcul.
        (par ailleurs blablacar lui même sur ses questions réponses estime que le cout du trajet ne comprends que le carburant et péage.)
        On est toujours 3 dans la voiture on paie 16€ au moins (les frais n’étant touché que par le site), le conducteur touche 48€. ça créé d’office une relation de consommation.
        on paierait 6€ chacun, le conducteur n’aurait aucun frais d’essence à sa charge et tout le monde serait content…. la satisfaction de tout le monde en fin de compte c facile, il suffit de ne pas avoir les yeux plus gros que le ventre et d’être le plus juste possible 😉

  26. e ne savais pas où écrire mon témoignage!!

    J’aimerais qu’il y’ait un concurrent de Blablacar et ce serait même bien car dès que des entreprises ont le monopole, elles se permettent tout et n’importe quoi!! Et surtout n’importe quoi.
    Le conducteur semble avoir tous les droits!!! Depuis que je suis inscrite sur ce site et que je voyage avec Blablacar en tant que passager ou conductrice, je me suis rendue compte
    de l’envers du décor.
    Le conducteur peut annuler à la dernière minute sans frais!! Le passager doit payer quoiqu’il arrive même si c’est plusieurs jours avant, les frais de réservation.
    Est-ce juste? Non!! Le conducteur et passager devraient avoir les mêmes droits et être égaux
    mais blablacar a trop besoin de conducteurs donc ils sont chouchoutés!
    Certains conducteurs en font même leur business!! A avoir des voitures avec essuie glace cassés ou autre, roulant très lentement (100 sur une autoroute à 130) pour économiser de l’argent.
    Est-ce normal et juste? Non!!
    Une fois j’ai eu une conductrice dont je n’ai eu aucune nouvelle ainsi que le jour même donc je ne connaissais pas le lieu de RV et elle est arrivée avec 25 mn de retard sans avoir donné de nouvelles jusque là.
    J’ai réservé un autre covoiturage puis annulé en l’espace de 5mn car la conductrice de départ est arrivée et j’ai failli payer 50 pour cent de ma réservation!!!
    On réserve et on annule en l’espace de 5mn et on doit payer quelque chose??!!!
    N’est-ce pas aberrant?!!
    Puis j’ai essayé de contacter Blablacar par tous les moyens et je n’ai jamais eu aucune réponse!!!
    On paie des frais de réservation mais on se demande bien pourquoi??!!
    Je préférais le temps où on donnait l’argent direct au conducteur sans frais de réservation.
    Ils gagnent trop d’argent sans raison Blablacar!! Ce n’est même pas justifié!
    Tant que tout va bien, tout va bien mais dès qu’il y’ a un souci, plus personne n’existe!!
    Ma conductrice qui est arrivée avec 25mn de retard un soir tard où je n’avais aucun autre moyen de transport si elle n’était pas venue et au lieu de faire des économies, j’aurais payé très cher une erreur qui ne venait pas de moi!!

    Je ne vous aime pas Blablacar et je vous trouve sans morale, sans humanité, pour exploiter un service entre humains qui devrait être gratuit et juste lié à une solidarité!!
    Vous exploitez la misère du lien social et le manque de moyens financiers des gens afin de vous remplir les poches!! Comme c’est triste!!

    Et on cautionne, on encourage, on amplifie le phénomène de l’individualisme, l’égoïsme, l’avidité!!
    Sur le dos des autres, sous couvert de les aider et de créer du « partage », de la « solidarité » mais quelle imposture! quelle bonne conscience mal placée!

    Bravo au créateur de ce site! Puisse t-il y avoir une justice divine!

    • Pour moi, la solution la plus simple mais pas efficace à court terme : s’investir sur covoiturage-libre.fr. Si on est nombreux à y aller, ils amélioreront le site (parce qu’il est un peu bugué visuellement).

  27. Bonjour,

    Je vie entre le nord et le sud depuis quelques années, blablacar à changé mon quotidien et je vois beaucoup plus souvent mes proches sans parler de mes voyages dans le sud de l’espagne ou pays bas et autres we ski impensable avant …

    Utilisateur intensif depuis 2009 en conducteur exclusivement (sinon train ou avion dans ce cas, j’ai pas envie d’etre passager) voici ce que j’ai à vous dire concernant vos critiques :

    Si cela ne vous convient pas, vous pouvez prendre le train ou l’avion.
    Pour les râleurs au monde des bisounours, vous avez aussi le car macron ou alors votre propre voiture ?!
    Pour les autres, bienvenu à bord et en route en bonne intelligence !!!

    Concernant les prix, il est libre et l’offre/demande fonctionne à fond sur un Montpellier Toulouse par exemple (l’offre y dépasse la demande le we)
    Et jusqu’à preuve du contraire, Montpellier Clermont Ferrand ou Rouen Vierzon : c’est moins cher et plus rapide avec covoit qu’en train et pas d’avion.
    Le car c’est 0 confort et lent, mais pas cher … à vous de choisir.

    A chaque trajet, je m’assure de ne laisser place à aucun malaise pour les passagers … j’ai donc 100% de réussite démontré par 4.6/5 pour 325 avis …

    Je vais détailler ma façon de voir les choses mais pour moi ce n’est que du bon sens et un peu d’intelligence… :

    – Utiliser une voiture adapté au covoiturage, surtout pour les longues distance … dans mon cas un gros et très confortable break suédois, impossible de venir à bout du coffre et banquette arrière XXL 3 places adultes… 5 personnes dans une clio, aux utilisateurs de lire l’annonce correctement ou de poser la question avant le départ si cela pose un problème d’être trois derrière. Et aux passagers de sanctionner le conducteur qui abuse. Le site propose une option pour garantir 2 personnes max à l’arrière.

    – Bien communiquer avant le départ et pendant (ajustement horaire, merci google maps / waze sur smartphone pour la précision), cela rassure les gens et supprime les tensions.

    – Etre ponctuel et organisé, prendre en main le trajet et ne jamais laisser les passagers vous éloigner de votre « plan » initial sauf à maîtriser votre trajet parfaitement.

    – Bien gérer la rédaction de l’annonce avec des lieux de rendez vous précis et intelligent (google maps et votre GPS sont vos amis), donc hors centre ville, terminus de tram ou de métro etc. Bref vous mettre à la place des passagers et ne pas larguer les gens au milieu de rien.

    – Voiture propre (que je dois souvent nettoyer après le voyage, mais cela fait parti du truc)

    – Conduite souple, si vous êtes un nerveux ou un stressé de la route autant prendre le train seul

    – Pas de voiture poubelle, parfaitement entretenue, papier en règle, une assurance digne de ce nom même si maintenant le site couvre les problèmes directement etc

    – Je voyage sur blablabla de préférence quand je suis seul, je suis donc entièrement disponible pour gérer/discuter/échanger/anticiper.

    Il y a toujours des cons, mais avec la grosse majorité je n’ai pas le moindre soucis avec ma façon de faire …

    Et pour les jaloux et grincheux que je vois venir, j’adore la route, j’adore voyager, j’aime conduire et non je gagne pas ma vie avec blablacar. J’ai un job de bureau en semaine 😉

    Bref, vive blablacar et les jaloux dehors

    • C’est bien de parler de ton cas, ça aide à mieux se comprendre.
      Tes principes par rapport au covoiturage sont très honorable et je n’ai à rien à dire.
      Par contre, j’ai l’impression que tu prends ton cas pour une généralité et c’est plutôt égoïste.

      Sur le trajet Brest->Rennes et vice-versa, l’offre/demande est à peu près équilibrée. Ce qui fait que les moins chers sont complets en deux jours après avoir posté l’annonce et si on n’a pas le choix de s’y mettre un ou deux jours avant le départ (ça arrive assez souvent et je vais anticiper un point : ne pas taxer automatiquement les gens de manquer d’organisation, c’est pas très honnête), on paie bien plus cher (payer plus de 13 € sur ce trajet, c’est abusif, il n’y a même pas de péage).

      Si on se plaint, ce n’est pas parce qu’on est jaloux et grincheux, merci d’éviter les insultes – même softs – gratuites.
      As-tu lu les nombreux commentaires ? Il y a beaucoup d’avis assez variés dont certains sont argumentés et basé sur des faits.

      • Désolé mais ayant lu pendant 1 heure les commentaires plus haut, j’avais besoin de réagir après certains messages …
        Égoïste ?
        Si tu veux

        Moi je pense que le covoiturage va s’équilibrer lui même, mais c’est mon avis.

        De quoi justifier l’existence des grosses voitures et des travaux pour les autoroutes.

        J’ajoute que le mode payant / CB sans échange de liquide à bord m’a simplifié la vie et surtout du jour au lendemain je n’ai plus jamais eu d’annulation sauvage … alors qu’avant je vous raconte pas les surprises last minute et le manque de respect avec ceux faisant les morts d’une heure à l’autre ou réservant 2 covoit pour choisir finalement lequel prendre en fonction de l’heure du reveil … comme quoi la carotte et le bâton cela fonctionne parfaitement ! Je me souviens pendant la transition gratuit/payant avoir eu des passagers discutant des prix pour 3 ou 4 … alors que sans covoit pas de déplacement pour eux car train hors de prix ou destination impossible à atteindre sans voiture.

        – Il est certain que des conducteurs ne sont pas réglo (mesquinerie sur le trajet entre autoroute et péage, annulation sans respect, voiture poubelle …)
        – Il est certain que certains passagers sont moins respectueux des autres (être en retard, confondre taxi et covoiturage etc)

        -> C’est pour cela qu’il faut absolument utiliser les avis pour faire le ménage dans les membres, c’est capital !

      • En fait, je n’ai parlé que du prix du trajet parce que je n’ai pas envie de répéter ce que j’ai déjà dit ailleurs. En gros, ce que je déteste dans ce site, c’est la politique capitaliste qu’ils ont fait du covoiturage et la taxe abusive qu’ils se permettent.
        Obliger de payer par carte bancaire, je trouve ça aberrant. Que ce soit au choix du conducteur ne pose pas de problème, mais qu’au moins il y ait le choix.

        Blablacar pose aussi le problème du monopole décomplexé qu’ils font, ils rachètent tant qu’ils peuvent les leaders du site de covoit des autres pays européens et pas que. Bref, ils ne sont pas plus honnêtes et intègres que la SNCF.

        Comme je refuse d’utiliser Blablacar et que les autres sites ne fonctionnent que mal à cause du monopole, je me rabats sur le stop ou le TER (je paie 8 ou 15 € en Bretagne car j’ai -25ans) et je m’en porte très bien.

      • Alex pense nous raconter son amour pour l’esprit du covoiturage, alors qu’il est juste heureux que sa voiture ne lui coûte rien.

      • ————Fraboulet

        Dans ce cas je vous recommande de suspendre l’utilisation de Windows, de google.fr, Facebook, de Gmail, de votre iphone etc et j’en passe. Mais c’est peut être déjà le cas ? Pourquoi ne pas simplement répondre à l’offre et à la demande …

        Si je vous dis que le passage au payant à régler le problème des passagers non fiable vous me parlez de préférer le TER et le STOP pour 3€ de gagné ?

        C’est le « roots style fuk the system » ?!

        Si votre projet de lutte contre le capitalisme vous invite à préférer le STOP et le manque de fiabilité qui va avec, c’est louable de voir tant de dévotion à vos idées. Mais vous avez du remarquer le succès du covoit et de blablacar …l’immense majorité est satisfaite.

        ————Jean S

        Je pense surtout que vous devriez m’exposer en détail votre rapport et la gestion d’un déplacements sur très longue distance et le développement du covoiturage dans votre vie ?

        Car si vous ne faites que Paris Lille un we/2 vous allez avoir du mal à comprendre par rapport à ma situation et à mon rythme ou je dois parcourir chaque année entre 20.000 (une moyenne de 10 A/R de 2000km par an depuis 7 ans) uniquement entre mon lieu de vie/boulot et ma famille. Cela implique une organisation stricte selon moi …

        Et oui je suis très content d’approcher le coût 0€ pour mes trajets bien organisé, que voulez vous ?
        Je dois être un salop de capitaliste haha 🙂
        Et à chaque fois je rend un grand service à 3, 4 et parfois 6 personnes différentes entre la Normandie et le Languedoc en passant par le Centre, la Lozère etc … zone dans laquelle vous pouvez dire adieu aux trajets direct et faible en TGV. Des gens qui voyagent dans les même conditions qu’un taxi le prix en moins …

        Comme cela nous allons voir si nous pouvons nous comprendre.

        ———————————————————-

        Un détail semble échapper aux détracteurs de blablacar : aucun utilisateur n’est obligé d’utiliser le covoiturage de blablacar.
        Vous êtes libre de faire ce que vous voulez

        C’es comme choisir entre google.fr et qwant.com

        Bizarrement dans 99% des cas mes covoit déclarent :

        1) train beaucoup plus chère (et pas juste chipoter pour 3€) et/ou inexistant et/ou avec 1 à 2 correspondance
        2) beaucoup de bagages avec l’option dépose chez vous après concertation, donc vous avez même gagné le taxi !
        3) ma voiture est plus confortable que le TER ainsi que le TGV en seconde

      • Je vais d’abord répondre à cette remarque : « aucun utilisateur n’est obligé d’utiliser le covoiturage de blablacar ». Hem, étant donné qu’ils ont le monopole, si on veut covoiturer, pas évident de faire autrement.

        Quand à Google, FB et cie, il y a des alternatives tout aussi efficaces que j’utilise. Pour Blablacar, c’est pas possible. Aucun site en contient assez d’annonce pour être satisfaisant.

        Si je fais du stop 95 % du temps, c’est parce que pour les trajets réguliers que je fais, ça marche plutôt bien. Parce que je ne pense pas une seconde au fric, parce que je fais régulièrement des rencontres super enrichissantes (ce n’est plus le cas pour moi depuis au moins 4 ans).
        Ce n’est pas une question de grappiller, c’est une question de savoir ce qu’on veut. Et moi je veux pas me prendre la tête avec du fric. Et c’est ce qu’est devenu pour moi Blablacar sur le trajet que je faisais. Les dernières fois que j’ai cherché, j’ai renoncé parce que j’aurais payé le double par rapport à 3 ans avant.

        Sinon, on a compris que tu étais fier de ta voiture, pas besoin de le répéter ^^
        On n’a pas tous l’argent de s’en offrir une confortable (d’ailleurs, je n’ai pas les moyens de simplement m’en acheter et je suis pas prêt de faire un prêt maintenant).

  28. « Ce n’est plus le cas pour moi depuis au moins 4 ans *avec le covoiturage* » Désolé, j’ai oublié de finir ma phrase.
    J’en profite pour corriger ma faute à « Quand » qui ici s’écrit « Quant ».

    Ps : Ne prend pas ma dernière phrase comme une attaque personnelle, je dis ça sur le ton de l’humour 😉

    • Ma voiture de covoiturage est un break diesel moins cher qu’une clio 3 sur le boncoin. Par contre elle n’est pas à la mode !

      Justement l’ancien mode est une prise de tête de fric pour le conducteur.

      Mais comme tu n’as pas de voiture, tu ne peux pas l’imaginer pour le moment.

      Mes covoit sont toujours agréable et j’ai déjà revu certaine covoiturureuse dans de très charmantes conditions par la suite plus d’une fois !

      • Ah mais quand je dis ne pas faire une rencontre enrichissante, je ne dis pas que ça se passe mal.
        Mais qu’en faisant du stop, les rencontres sont vraiment des rencontres (pas toujours évidemment). Dans le covoiturage blablacar, j’ai surtout (pas que mais presque) eu des rencontres superficielles. Peut-être que je n’ai pas eu de chances, mais bref, le stop me va très bien.
        Quand je dis rencontre, je parle de rencontrer une personne : ses intérêts, son humour, sa façon de penser, son expérience etc… gars, fille ou autre.

        Vu comment tu en parlais, ça ne donnait pas l’impression qu’elle était « modeste ». Mais au fond je m’en fiche, c’était débile.

  29. ce qui me choque, c’est que blablacar a suffisamment d’argent pour faire de la publicité à la télévision en prime time ! ils comptent donc sur les gens trop bonne poire por verser. Certes l’idée est géniale et permet à tout le monde de s’y retrouver … mais à eux aussi. Moi je faisais des trajets réguliers paris bruxelles. Ils ont estimé que j’en faisais trop et m’ont supprimé mon compte. De quel droit ? juste celui ‘une société privée capitaliste … A bon entendeur…

  30. Bonjour à tous et permettez-moi de m’incruster,

    Je réagis également à ce billet, au passant très bien écrit. J’ai passé un très bon moment de lecture, je le reconnais et j’en remercie l’auteur pour son point de vue, son analyse, et l’historique de ce « qu’était » Blablacar par le passé.

    Vous l’aurez donc compris, je suis nouvel utilisateur de ce service et je me propose en tant que chauffeur pour des trajets maîtrisé uniquement.
    J’ai commencé pendant les vacances et par un long trajet – Lyon/La Rochelle -, trajet coûteux donc lorsque l’on voyage seul. En train, l’aller-retour est hors de prix. Il faut compter 150 euros le billet aller simple avec pour obligation de correspondre à Paris.

    J’ai 33 ans mais j’ai été frappé par le chômage au mois d’Août. Envisager le co-voiturage m’apportait la solution suivante : réduire mes coûts lors des trajets. D’origine, je ne suis pas à plaindre financière mais ne suis pas « pété de thune » non plus, comme beaucoup je l’espère, je fais attention à ma façon de consommer de manière générale.

    Je ne me cache pas du fait de vouloir récupérer une mise sur mon trajet et pourquoi la totalité des frais avancés de part le service que je rends. Service que je vais d’ailleurs décrire juste après.

    Bref, voilà passé une brève présentation de ma personne et de mon état d’esprit, je passe à la suite.

    Si j’interviens, et ce après avoir lu pas mal de commentaires, c’est notamment pour rebondir sur la position d’Alex, qui ici, me semble juste dans son approche.

    Actuellement, j’effectue beaucoup de trajets Lyon/Toulon. Je ne dépasse pas la maximum du prix conseillé. J’ai une voiture confortable, 5 places et 5 portes. Je ne prends que 3 passagers maximum par souci de confort pour tout le monde.

    – Dans mon annonce, je précise à nouveau l’heure de départ, la pause déjeuner prévue, l’heure d’arrivée mais aussi, la capacité en bagages,

    – Je garantis toujours deux places à l’arrière, et en fonction de mes propres bagages, j’avise si je remplis la voiture totalement (3 passagers) ou si je n’en prends que 2, toujours par souci de confort,

    – Je propose des trajets sur réservation uniquement afin que tout le monde ait un fond de garanti,

    – Je récupère toujours les personnes vers un lieu public facilement identifiable (j’ai une préférence pour les gares),

    – Lorsqu’un passager me demande si je peux le récupérer en chemin plutôt qu’au point de départ d’origine, j’accepte et propose immédiatement le lieu de rendez-vous. Je m’arrange pour regarder sur Google Maps si une enseigne connue est à proximité de la sortie de l’autoroute et communique l’adresse exacte de l’emplacement après avoir vérifié que mon propre GPS la connait bien et si cela convient,

    – Je m’arrange pour n’avoir rien à faire d’important ni avant ni après, afin d’appréhender le trajet mais aussi, pour qu’il se déroule dans les meilleurs conditions pour moi-même et ceux qui partageront ma voiture,

    – Je répons à toutes les questions que l’on me pose publiquement afin de maintenir le taux de 100% de réponse et un gage de fiabilité,

    – J’appelle le matin du départ ou envoie un dernier sms après quelques échanges eus plus tôt,

    – Tout le monde arrive sain et sauf, dans la bonne humeur et après un bon moment de partage et de discussions.

    Là où je veux en venir et où je rejoins donc Alex dans ses propos, c’est dans l’approche qu’un chauffeur peut avoir vis à vis de ses passagers en ce qui concerne le trajet à passer avec eux. Cela demande tout de même de l’organisation et un peu d’aménagement de son propre temps.
    A aucun moment je ne me suis mis dans un état d’esprit à me dire « je propose un trajet et si on me plante à la dernière minute je m’en fiche je pars quoi qu’il arrive ». Ceci n’est clairement pas mon état d’esprit.

    Et c’est ici que, et sans pour autant défendre pleinement le modèle financier de Blablacar, leur système propose au moins une garanti. Parce qu’en tant que chauffeur, je m’investis dans ce trajet de part mes préparatifs en amont, conditionnés par mon engagement
    Tant pis si cela vous parait dingue, mais je fais en sorte de dégager mon coffre si je sais que j’ai 3 passagers avec bagage. Je rends ma voiture propre pour que cela soit confortable et agréable. Lorsque je propose un départ à 11h, je ne me lève pas à 10h pour partir à 10h30.
    En partant seul, je pars quand je veux et peux décider à tout moment de reporter d’une heure mon départ. Lors d’un co-voiturage, cela passerait mal puisque l’on prend un engagement avec des personnes qui comptent vraisemblablement sur notre présence aussi … !

    Je prends donc aussi des dispositions qui demandent du temps. Temps que je pourrai choisir de ne pas prendre ou de reporte si j’implique personne dans mon trajet. Le passager quant à lui n’a qu’à être présent au lieu de rendez-vous et rien d’autre.

    Il y a néanmoins une constatation triste à faire, c’est le manque de confiance que nous pouvons avoir les uns envers les autres. Et Blablacar monnaye cette confiance par leur commission prélevée aux passagers. Commission outrageuse c’est certain et je le déplore tout autant que vous de la même façon que je déplore le monde impitoyable de la finance. Je vous rappelle que je ne fais que chauffeur et n’ait donc pas eu l’occasion d’avoir la visibilité sur cette facette du site.

    Il est vrai que le bas blesse, quand on sait qu’un tel service pourrait être bien plus noble. Mais c’est rêver les amis. Rien de plus. Cela peut exister, par moment, avec quelques personnes ou lors d’un coup de chance. Mais de façon pérenne ? J’en doute.

    Je ne suis pas un défenseur de Blablacar et je pourrai très sûrement coller en terme de personnalité aux alternatives existantes. Mais pour l’instant je préfère ce système qui semble convenir à pas mal de monde et bien souvent, pour moi non plus, les co-voitureurs ne me parlent pas des 3 euros de commission mais plutôt des prix exorbitants du train ….

    Merci de m’avoir lu !
    N.

    • Je suis rassuré de ne pas être le seul à penser qu’un bon conducteur est quelqu’un qui assume des contraintes en plus de devoir être agréable, surtout pour les trajets longue distance.

  31. Hello
    Merci pour ce superbe article que tu as ecrit et publié. Je suis completement en phase avec les pensées que tu as exprimé, maintenant blablacar me degoute autant que la sncf, je commence a fouiner sur facebook il y a enormement de groupes sr plein de destinations. Dommage que peu de gens connaissent. Parlez en!

  32. Bonjour,

    Je reviens sur le forum car le commentaire de drumspirit me laisse perplexe.
    Je ne remets pas en cause la qualité de ses voyages et de son organisation. Mais on sent bien là dans cette explication, la volonté de service au sens prestation de service.
    Or ce qui bloque et fait débat sur le covoiturage c’est d’un côté les puristes qui parlent de partage et les « nouveaux » qui parlent de service.
    A l’origine le covoiturage est basé sur un fondement de partage. Il s’agit donc pour le conducteur que le trajet ne lui coute pas trop cher et en plus que ça arrange quelques piétons.

    Il n’est donc pas question de partager autre chose que le carburant/ péage. C’est d’ailleurs la définition de blablacar (en cherchant bien sur leur site) et des impôts.

    A titre d’exemple sur le partage. Vous décidez avec un ami de gouter un délicieux gâteau d’une très réputé pâtisserie. Il coute un peu cher alors vous partager le prix.
    Celui qui est allé acheter le gâteau, a avancé l’argent, utiliser son propre moyen de transport pour y aller et dépenser son temps pour cela doit il majorer la part de son ami pour prendre en compte tout cela ?
    Non si c’est du partage et pas une prestation. S’ils avaient voulu un service ils auraient fait appel à deliveroo ou un autre…

    Dans le même sens quand vous décidez de passer un week end entre amis sur la côte et que vous partez avec une seule voiture. Vous partagez les frais : vous partagez le carburant et péage.
    A aucun moment il ne vous vient à l’idée d’augmenter la participation de vos amis pour intégrer l’assurance et l’usure du véhicule. (Enfin j’espère).

    C’est donc à mon sens ce qui nous oppose sur ce forum. On ne parle pas de la même chose c’est pour ça qu’on peut s’égosiller un moment sans jamais qu’on ne trouve de terrain d’entente…

    Partage d’un coté / service de l’autre…

    Bonne journée.

  33. Les utilisateurs cherchent du fiable et précis pour un prix abordable voir imbattable avec la possibilité de voyer chargé et d’être déposé à l’endroit idéal

    Ce qui est fiable et précis est plus proche d’une prestation que d’un service

    Alors si il faut parler de prestation pour covoiturer dans de bonnes conditions, il va falloir s’y faire.

    Après ceux qui préfère l’aventure, vous faites du stop

    De toute façon vous êtes livre de faire ce que vous voulez : acheter votre voiture, prendre des billets de TGV, payer le TAXI, faire du stop, voyager à pied … et surtout : utiliser ou pas le site covoiturage.fr

    • Bonjour Jen,

      Là où vous mélangez deux choses :
      – trajets avec inconnus,
      – trajets avec un ami (ou plus).

      Si vous me relisez bien, et je me cite « Et Blablacar monnaye cette confiance par leur commission prélevée aux passagers »

      Avec un ami, la confiance ne se monnaye pas. Votre comparaison prend donc difficilement de la valeur dans cet exemple.
      Le co-voiturage est partage et peu importe l’intermédiaire, qu’il soit existant ou pas, (celui du trajet, du temps, de l’essence/péage), mais aussi un service lorsqu’il y a justement un intermédiaire (celui de conduire d’un point A vers B, celui d’assurer un trajet en toute sécurité, etc). Engagement qui est pris par le conducteur lors de son inscription, comme c’est le cas sur le site Blablacar. Et tout ça pour tout un tas de raison (assurance notamment).

      Si je prends un auto-stoppeur, je ne m’engage que dans la limite des mots qui sortent de ma bouche et ce que je lui promets, je ne signe rien avec un auto-stoppeur n’est-ce pas ? Pareillement, si je conduis un ami pour un weekend et qu’on se partage le trajet, je ne signe rien n’est-ce pas ?
      De la même façon que pour l’exemple avec le gâteau etc, je ne signe pas d’engagement n’est-ce pas ?

      Pour finir, je partage plus facilement et avec beaucoup moins de contraintes quant il s’agit de mes proches qu’avec des inconnus, pas vous ? Ou alors nous ne vivons pas dans le même monde.

      Bonne journée.

  34. Justement le covoiturage impliquait l’idée de confiance. Ça parait un peu farfelu à notre époque mais il existait encore un espace où on faisait confiance, la même confiance qu’on accorde à des proches. On l’accordait l’espace de quelques heures à un inconnu. Et ça marchait très bien. C’était du stop organisé avec défraiement pour que tout le monde s’y retrouve.
    Ne vous étonnez pas que les puristes soient déçus. On avait une belle relation de confiance et on nous a mis un processus lourd et couteux au beau milieu…
    (C’est triste de constater que personne ne veut plus se faire confiance. )

    Par ailleurs concernant la garantie je vous cite aussi : « Et Blablacar monnaye cette confiance par leur commission prélevée aux passagers ».
    En réalité blablacar fait payer au passager pour que le conducteur puisse lui faire confiance.
    Le passager lui n’a aucune garantie sur son trajet. Le conducteur peut le planter à la dernière minute, il ne pourra pas faire jouer l’assurance AXA pour le rapatrier à sa destination et ne percevra pas d’indemnisation…

    Par ailleurs dans votre exemple avec l’autostoppeur vous avez exactement le même engagement pour un passager covoitureur ou ami. Vous avez la même obligation en matière de sécurité avec n’importe quel passager.
    Et en dehors de la sécurité le conducteur fait ce qu’il veut. Vous avez même le droit de changer de route ou d’abandonner votre trajet. Votre ami vous en voudra peut être, votre autostoppeur râlera lui aussi, votre passager covoitureur devra faire avec et se démerder. Pour la simple et bonne raison qu’il n’y a rien qui oblige le conducteur à assurer son trajet. Légalement c’est du partage et pas une prestation mais les conducteurs veulent la garantie de la prestation et pas les contraintes.
    La relation de confiance existe donc toujours mais dans un seul sens.

    Avant le passager devait faire confiance à un inconnu, espérer que ce ne soit pas un tueur en série, espérer qu’il vienne au rdv, qu’il arrive à l’heure, qu’il ne se plante pas 5 fois de route, et espérer qu’il aille jusqu’à destination.

    Le conducteur devait espérer que le passager vienne au point de rdv, soit à l’heure et paie. (et ne soit pas lui non plus un tueur en série)

    Maintenant les contraintes du conducteur sont justes d’espérer que le passager ne soit pas un psychopathe puisque de toute façon, s’il est en retard ou ne vient pas, le conducteur touche tout de même pour son trajet. Par contre, si vous regardez bien les contraintes du passager sont toujours les mêmes. Sauf qu’en plus il n’est plus possible d’annuler même pour des raisons légitimes ni contacter directement le conducteur pour poser des questions (et je suis d’ailleurs étonnées par le nombre de personne qui n’ont pas accès à internet en journée….)

    Dans mon précédent post j’essayais de manière objective de comprendre cette opposition entre les points de vue, je maintiens qu’il y a 2 visions celle du partage et celle du service.
    Actuellement on a quitté le partage pour un système proche du service mais pas totalement résultat les relations sont déséquilibrées entre les conducteurs et les passagers, tout pour créer ce mécontentement.

    C’est triste, on va pourtant au même endroit…

    • Je vais revenir sur votre message car je ne suis pas d’accord :

      « Maintenant les contraintes du conducteur sont justes d’espérer que le passager ne soit pas un psychopathe puisque de toute façon, s’il est en retard ou ne vient pas, le conducteur touche tout de même pour son trajet. »

      FAUX.

      Le conducteur comme le passagers dispose d’un système d’évaluation
      A vous de savoir lire et éventuellement de refuser les profils qui ne sont pas à votre gout
      Le site est très bien fait pour la gestion des avis.

      « Par contre, si vous regardez bien les contraintes du passager sont toujours les mêmes. Sauf qu’en plus il n’est plus possible d’annuler même pour des raisons légitimes ni contacter directement… »

      FAUX.

      Vous pouvez parfaitement annuler et vous avez le numéro du conducteur après la réservation.
      Seulement, si annulation à l’arrache à la dernière minute = facturation histoire de rappeler que ce n’est pas un jeu.
      Si l’annulation est un cas de force majeure (et pas juste une panne de lit par exemple), le passager doit prendre le temps de l’expliquer au conducteur
      Dans mon cas, sur plus de 300 trajets longue distance depuis 2009 : pour les rares annulations à moins de 24H sont uniquement des lapins sans respect et explication (et généralement le coût est assuré par le passagers, il a lu les règles à l’inscription) sauf une fois : la personne me téléphone, j’écoute, je comprend : j’ai remboursé par la suite.

      L’arrivée de la réservation par CB et de la gestion des annulations avant et après 24H est la meilleures évolution du site.
      La sanction financière est globalement la plus efficace pour responsabiliser les gens.

      Si vous n’êtes pas d’accord vous pouvez prendre l’autostop, tgv, avion ou votre propre voiture (ou vous annulez votre déplacement).

      « … le conducteur pour poser des questions (et je suis d’ailleurs étonnées par le nombre de personne qui n’ont pas accès à internet en journée….) »

      Si le conducteur ne dispose pas de Smartphone, c’est bien dommage pour le passager.
      Personnellement, je ne me vois pas m’engager dans un long trajet avec covoiturage sans smartphone digne de ce nom.

      Le combo Smartphone / GPS / Google maps / Application blablacar est le kit de base pour un voyage agréable et bien géré

      • Peut-être que l’arrivée du paiement par CB a apporté quelque chose, mais obliger tout le monde à l’utiliser, c’est pour moi un début de problème.
        Le principe du covoiturage à la base, ce n’est justement de ne pas se prendre la tête. C’est une des raisons pour laquelle j’ai finalement décidé de faire du stop et d’arrêter définitivement Blablacar.

        « Si le conducteur ne dispose pas de Smartphone, c’est bien dommage pour le passager.
        Personnellement, je ne me vois pas m’engager dans un long trajet avec covoiturage sans smartphone digne de ce nom.

        Le combo Smartphone / GPS / Google maps / Application blablacar est le kit de base pour un voyage agréable et bien géré ».

        Ahem, pas tout le monde est dans le beau monde où on a les sous pour s’acheter tout ce matériel. C’est bien gentil mais bon nombre de personnes ne peuvent pas se le permettre.

      • En tout cas, je maintiens qu’il y a un problème de fond au niveau de la confiance. Le covoiturage d’aujourd’hui n’a rien à voir avec celui que j’ai pu pratiquer il y a 7 ans.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s