Politique

Juan Branco : « C’est maintenant au Royaume-Uni de justifier la détention du seul prisonnier politique au sein de l’Europe occidentale »

Juan Branco est l’un des conseillers juridiques de Julian Assange et de Wikileaks. Diplômé notamment de Sciences Po Paris et de l’École normale supérieure, docteur en droit international, il a soutenu la candidature de Jean-Luc Mélenchon et fut candidat de la France insoumise aux élections législatives dans la 12e circonscription de Seine-Saint-Denis. Il est l’auteur d’une critique rigoureuse, issue de sa thèse, de la Cour pénale internationale (CPI) : « L’ordre et le monde » (Fayard, 2016). Le Comptoir l’a interrogé sur sa jeune expérience politique, ainsi que sur ses travaux.

Le Comptoir : Cette première expérience électorale est, j’imagine, aussi enrichissante que décevante. Entre l’abstention et un second tour entre la droite et le mouvement d’Emmanuel Macron, dans une circonscription qu’on pouvait croire acquise à Jean-Luc Mélenchon, quelles leçons tires-tu de ces résultats aussi improbables dans ta circonscription qu’à l’échelle nationale ?

Juan Branco : On s’est lancés, en conscience, dans la circonscription la plus difficile de Seine-Saint-Denis pour la France insoumise, sociologiquement de droite. On s’est, en plus, retrouvés avec des taux d’abstention bordant les 90 % dans certains bureaux de vote,  dans les villes les plus pauvres de la circonscription. Classes populaires, jeunes, issus de l’immigration, tous ces “défauts” à l’heure de se mobiliser politiquement étaient la raison même de notre engagement dans ce territoire. Clichy-Sous-Bois, point de départ des émeutes de 2005, est encore aujourd’hui dans un état catastrophique : c’est peut-être en France le lieu où le besoin de politique est le plus évident, le plus urgent. Du ramassage des ordures qui jonchent les sols au réaménagement des copropriétés où les ascenseurs ne fonctionnent plus depuis des années, en passant par l’absence de transports en commun, les problèmes de salubrité et de santé publique, avec des épidémies de tuberculose récurrentes, quand même, il suffit de pointer un doigt au hasard pour identifier une urgence.

Et pourtant, l’élite politique locale, qui fonctionne en vase clos, semble se contenter des “efforts” qui ont été faits par l’État ces dix dernières années et s’accommoder de la dépossession de tout moyen d’action effectif. Je me suis retrouvé face à quatre élus locaux au bilan plus que contestable, qui ne visaient qu’à prolonger une carrière politique parfois initiée il y a vingt ans. C’est le cas du candidat En marche, finalement élu, et qui avait été jusque-là en charge du Logement à Clichy-Sous-Bois tout en habitant lui-même à… Coubron.

Difficile, dans ces conditions, d’en vouloir à des abstentionnistes dont j’ai fini par être, au second tour, surtout lorsqu’on s’enferre dans une campagne nationale aussi catastrophique. En partant avec quatre militants seulement – ce qui dit quelque chose du niveau de déshérence politique de la circonscription, et peut-être de la mort de cette modalité d’action –,  nous avons fait 14 %, trois points au-dessus du niveau national, avec seulement 3500 voix sur près de 70 000 inscrits.

L’autre grande découverte, c’est le niveau massif de désocialisation politique. La société française se raccroche encore aux JT et à BFM TV au niveau national, mais tous les autres échelons politiques, dès que l’on s’éloigne des centres urbains, sont complètement désertés. L’inexistence de médias locaux, la couverture anecdotique de la campagne par les médias nationaux, et celle on ne peut plus pauvre du seul média qui aurait pu faire la jointure, Le Parisien, mais aussi l’absence tout simplement de dispositifs de socialisation qui ne soient pas liés à des réseaux clientélistes, empêchaient de se distinguer en tant que candidat, et de donner un sens local à l’élection. Même au sein des marchés, il y avait quelque chose de fascinant : on convainquait individuellement une personne, puis une autre, mais dans le rapport, tout indiquait d’avance que ce votant supplémentaire n’en apporterait aucun autre. Le niveau d’isolement dans les villes moyennes est sidérant. Et quant aux villes les plus pauvres, c’est un fonctionnement où à force d’abandons, la société s’est autonomisée, et vit en autarcie, “villageoisement”. Impossible d’y percer les barrières pour ramener les individus à la politique, dès lors que l’on sort de la présidentielle ou de l’ultra-local. À la fin, les rares personnes qui ont voté sont celles qui avaient gagné au premier tour – et je comprends la satisfaction à renouveler l’expérience d’une “victoire” –, la frange la plus dure et politisée de chaque électorat, et à la marge, les quelques centaines de personnes que l’on réussit à convaincre via une campagne de terrain, au prix d’immenses efforts.

Comment as-tu été approché par Jean-Luc Mélenchon et la France insoumise et quel premier bilan fais-tu de l’action de ce rhizome qui a contribué à balayer le Parti socialiste ? En quoi tes précédentes activités et cet engagement politique sont-ils liés ?

 Jean-Luc Mélenchon m’a approché une première fois en mars 2016, après une longue discussion sur la question algérienne. Je considère cette question comme la véritable souche du Front national, et ce à cause du non-règlement mémoriel de ce conflit. Il connaissait mon parcours. Il a découvert que j’étais né “en face de lui”, sur la côte andalouse de laquelle on aperçoit Tanger, et nous nous sommes fait une sorte de check-up politique mutuel cinq heures durant dans un café, en novembre. C’était avant tout une rencontre intellectuelle, et je trouve le procédé assez extraordinaire en un sens : une fois un tel balayage mis en œuvre, le rapport établi est d’une grande solidité.

Je sais que je ne me serais jamais engagé pour un candidat socialiste, ni pour un autre candidat tout court, a fortiori Macron, envers qui une sociologie superficielle pourrait me projeter d’office. Impossible cependant pour moi de faire un bilan, au-delà des larmes arrachées lors du discours de Marseille en avril. La structure est encore extrêmement immature, elle manque de moyens, et surtout, elle n’a en rien exercé le pouvoir. On vit une période intéressante où les transformations technologiques commencent à bouleverser les modalités de conquête du pouvoir – à défaut de l’exercice de ce dernier, qui reste encore largement fossilisé. Tirer un bilan maintenant serait cependant absurde. Lorsque l’on fera l’archéologie de la société qui vient, on rira de l’amateurisme avec lequel ces transformations ont été menées et vécues, et l’on prendra pour la France l’année 2017 comme première étape d’une longue transformation ayant pris source dans la révolution numérique. La France insoumise, comme En marche, ou encore le Mouvement 5 étoiles en Italie, Podemos en Espagne… ne sont que des expressions encore un peu difformes, incertaines et littéralement monstrueuses d’un bouleversement dont on vit seulement les prémisses.

En parlant de tes précédentes activités, on peut dire que les désillusions ne manquent pas. La campagne socialiste de 2012, le passage par le Quai d’Orsay et l’expérience à la Cour pénale internationale ont probablement préparé cet engagement…

Oui, j’ai un rapport ambivalent mais assez récurrent au système, que je n’ai pas peur d’intégrer à condition d’avoir les moyens de le mettre en tension, quitte à pousser à la rupture, ce qui est intervenu quasi-systématiquement. Mais non pas pour le plaisir de la rupture : par conviction profonde, à chaque fois, qu’il y avait possibilité de l’éviter et de pousser au bout de sa logique l’instance que j’ai intégrée. La désillusion de la Cour pénale internationale (CPI) –  qui m’a tout de même menacé, par lettre, de procès à La Haye, au même titre que les criminels de guerre et les criminels contre l’humanité, si je publiais ma thèse et mon ouvrage chez Fayard –  est venue en quelque sorte à contretemps, me préservant des affres qu’aurait pu causer la perception d’une trahison si grande à l’âge de vingt ans. Quand le procureur me demande de partir après que j’ai obtenu la signature par la Tunisie du Statut de Rome (celui de la Cour), c’est tellement absurde que c’en est amusant. Je pars presque en rigolant.

Il en est de même s’agissant de mon expérience auprès d’Aurélie Filippetti en 2012. Seulement, quand elle me vire après m’avoir fait plancher pendant six mois sur une alternative à la Hadopi (Haute autorité pour la diffusion des œuvres et la protection des droits sur Internet, mise en place sous Nicolas Sarkozy), parce que c’était la condition pour qu’elle obtienne son poste de ministre de la Culture, avant de tout jeter à la poubelle en conservant la formule « acte II de l’exception culturelle » – que j’avais trouvée – pour faire plaisir à un ami du président (Pierre Lescure), ça me fait moins rire. J’ai mis du temps à m’en remettre.

Ta thèse sur la Cour pénale internationale est une critique sans concession. C’est même une critique du droit international pénal. Peux-tu nous résumer la manière dont ta confiance initiale dans ce système fut entamée ? Malgré l’affaire Germain Katanga, crois-tu à une autre Cour pénale internationale comme certains parlent d’une « autre Europe » ?

Quand j’entre à la Cour pénale internationale, en stage avant que le procureur me recrute, j’ai à peine vingt ans, et honnêtement, je porte en moi une adhésion assez naïve à un système qui n’a pas encore démontré de graves inconséquences, du moins d’apparence. Je me retrouve rapidement à un poste sans responsabilités mais avec une vue à 360 degrés sur l’institution, en tant qu’assistant spécial du procureur par intérim. Ça dure deux mois, avant qu’on m’envoie à Paris pour faire la liaison avec la zone francophone pendant que je finis mes études, ce qui me permet d’avoir accès au fonctionnement d’ensemble de l’institution. Je traite l’affaire Katanga comme une chose entendue : tous les préjugés inconscients qui peuvent habiter un jeune issu d’une élite occidentale jouent pour étouffer toute incertitude sur le bienfait de l’action de la Cour. Trop “haut”, trop inexpérimenté, je rate tout de la chose. Ce n’est qu’à Yale, trois ans plus tard, alors que j’hésite encore sur la direction à donner à ma thèse, en écoutant en direct le verdict de l’affaire – dont la lecture du résumé prend plus d’une heure – que je me sens un peu plus interloqué à chaque élément énoncé. Je connais parfaitement le fonctionnement des élites françaises, et en particulier leur mode de raisonnement. Or le juge-président de l’affaire, Bruno Cotte, en est un produit presque pur. Tout de suite, je repère les sophismes, failles, masques qui parsèment un raisonnement d’apparence implacable.

Je décide alors du tournant à donner à ma thèse, et de la concentrer sur cette affaire, que je démonte méthodiquement, pas à pas. Un scandale ahurissant : on a tout de même fait nommer un chasseur d’okapis général de la République démocratique du Congo à 25 ans (Germain Katanga), pour ensuite l’envoyer à La Haye et le détenir sans raison pendant neuf ans, permettant au président congolais Joseph Kabila de prétendre qu’il coopérait avec la CPI, et qu’il respectait ainsi sa part des accords négociés sous l’égide de la France après la mort de son père. Lorsque Luis Moreno Ocampo, l’ancien procureur de la CPI, de passage à Yale, découvre que je me concentre sur cette affaire, il fait envoyer la cavalerie pour tenter de censurer mon ouvrage, décalant de deux ans sa publication. Je me retrouve, toutes proportions gardées, du jour au lendemain potentiellement à la place de Katanga, ce qui m’échaude définitivement.

Dans ta jeune expérience de docteur en droit international, tu as notamment conseillé le fondateur de Wikileaks Julian Assange, poursuivi aux États-Unis pour espionnage. La libération aux États-Unis de Chelsea Manning, qui fut l’une de ses sources, et le classement sans suite de l’enquête pour viol en Suède changent-ils quoi que ce soit à son sort ?

La fin de l’affaire suédoise est une victoire extrêmement importante : outre le fait qu’elle libère Assange d’un stigmate lourd qui l’a isolé, par le truchement d’une accusation d’une violence inouïe, au sein même de la communauté des droits de l’homme, elle permet de mettre les États-Unis enfin face à leur responsabilité. Il faut prendre conscience du confort de la situation pour les autorités étasuniennes jusqu’ici : souhaitant détruire une organisation qui menaçait le cœur de leur pouvoir, mais incapables de le faire par voie légale – cela les aurait obligées à s’attaquer au New York Times en même temps qu’à Wikileaks, puisque l’un et l’autre ont publié les mêmes informations –, ils ont utilisé la vieille manière. L’isolement du dissident, forcé à se réfugier dans une ambassade, pour une affaire qui en plus touchait à son corps, c’est-à-dire au cœur de sa légitimité, afin de tuer dans l’œuf toute institutionnalisation de l’organisation. L’effet a été réel, et Wikileaks a failli mourir, et reste aujourd’hui une organisation artisanale, extrêmement dépendante de son fondateur. Mais qui aurait pu penser, au sein d’une bureaucratie vieillissante, qu’un appareil comme celui-ci trouverait dans une ambassade, territoire immune juridiquement, son terrain de jeu idéal au lieu de connaître le sort des dissidents de l’Est, c’est-à-dire mourir à petit feu ?

En faisant sauter ce verrou, les États-Unis et le Royaume-Uni doivent maintenant assumer ce qui est une évidence, mais qui pouvait jusque-là être niée institutionnellement : que l’enfermement d’Assange est bien le fait de ses activités politiques et non d’une quelconque affaire de droit commun. Le front s’ouvre à nouveau et renverse la tension qui jusqu’ici portait de façon écrasante sur Assange et Wikileaks. C’est maintenant aux autorités étasuniennes de s’expliquer, et au Royaume-Uni de justifier la détention du seul prisonnier politique reconnu comme tel par l’ONU au sein de l’Europe occidentale… Idem en ce qui concerne la France : François Hollande avait pris prétexte de l’affaire suédoise pour refuser d’accorder l’asile à Assange, après les révélations selon lesquelles ses prédécesseurs et lui étaient directement espionnés par la NSA (National Security Agency, service de renseignement américain), ainsi que toute entreprise française participant à des appels d’offre d’un montant supérieur à 250 millions d’euros. J’attends de voir quelle sera la raison invoquée par Macron…

As-tu des craintes concernant le statut des lanceurs d’alertes et, plus généralement, la liberté d’information en France depuis l’arrivée au pouvoir d’Emmanuel Macron ?

Le pouvoir d’Emmanuel Macron se construit sur une verticale autoritaire par fondement. Je ne suis pas plus inquiet sur ces sujets que sur d’autres : nous aurons au pire des cas une monarchie très relativement éclairée, avec des abus peut-être plus nombreux, mais surtout une cohérence qui démultipliera la puissance de l’État. Le risque d’arbitraire ne sera finalement qu’un corollaire d’un fonctionnement institutionnel qui a était destiné à se déployer de la façon dont Macron l’envisage. J’avais fait en décembre 2016 une série de tweets expliquant en quoi le pouvoir “macronien” ne pourrait qu’être caporaliste. C’est l’avantage des tentatives de pensée du politique qui ne s’appuient pas sur les expressions du pouvoir mais sur leurs fondements et leurs dynamiques structurelles. Que la presse s’excite soudain sur l’écume d’un phénomène inévitable, sans le rendre intelligible ni tenter d’en rechercher les causes, dit beaucoup de la pauvreté dans laquelle nous baignons. Je l’ai remarqué à mon échelle, avec le traitement médiatique auquel j’ai eu le droit ces dernières années : j’attends toujours le moindre portrait ou article s’intéressant à un de mes écrits, et non pas simplement à l’accumulation de labels, écume qui excite les vendeurs d’encarts mais aplatit la moindre perspective. Il m’a fallu m’engager dans des expériences particulièrement radicales, et faire un effort de mise en visibilité superficielle des ruptures qui qui m’ont écarté des institutions les plus conventionnelles où je suis passé, pour que soit mise en avant une forme de singularité qui pourtant n’apparaît que sous une forme de marketing, sans que jamais ne soit interrogé ce qu’impliquaient et révélaient les choix que j’ai faits.

Pour le reste, la principale source d’inquiétude porte selon moi sur la nature profondément oligarchique du pouvoir “macronien”, exclusivement constitué par l’accumulation de réseaux d’influence successifs sous le regard bienveillant des puissances de l’argent dépendantes des pouvoirs publics. Il fallait voir Xavier Niel m’annoncer en janvier 2014, les yeux brillants, que son ami Macron voulait devenir président de la République. Les couvertures “poutiniennes” de L’Obs et compagnie qui ont suivi ont sans doute tout à voir avec le hasard.

Il est un peu tôt pour la commenter, mais à quel genre de politique étrangère t’attends-tu dans les prochaines années ? Identifies-tu une quelconque rupture ?

Emmanuel Macron a dit à plusieurs reprises sa proximité de pensée avec Dominique de Villepin, mais ni lui ni Jean-Yves Le Drian n’ont un rapport comparable, même minimal, au monde qui nous entoure. Le provincialisme ringard de notre classe politique et de ses sphères afférentes, notamment la médiatique, n’est à mon sens que souligné par la pamoison qu’ont suscitée les premiers baragouinages en anglais de M. Macron, avec un accent à couper au couteau doublé d’un écrasement de toute interrogation sur la pertinence d’un effacement, même ponctuel, de la langue française au profit d’une stratégie de communication.

J’ai depuis longtemps cette idée que si un jour les hasards de la destinée m’amenaient à devenir Président de la République, mon premier voyage m’emmènerait à Haïti, afin d’y demander pardon au nom de notre pays et permettre le lancement d’une procédure de réparations extraordinaire. Je n’aurais jamais pensé que la question algérienne resterait encore en suspens dans dix à vingt ans, mais tout indique que ce sera le cas, et il y aurait dès lors d’évidence à faire sur ce sujet, dans un sens similaire. Si j’en parle, c’est que l’une comme l’autre de ces initiatives apparaissent comme des radicalités aujourd’hui inenvisageables dans l’espace politicien français. Elles font pourtant partie de ces rares initiatives qui pourraient bouleverser le rapport à notre histoire et, dès lors, au monde de façon durable, avec peut-être la mise sous tutelle des principautés et archiduchés qui nous entourent et une recomposition géopolitique de notre espace immédiat, notamment autour de la Méditerranée, par une reconstitution d’instances de pouvoir partagés sous domination française. Dès lors, les “ruptures” scénarisées ici ou là n’auront à mon sens qu’un effet d’écume pour notre pays. Je ne sous-estime pas la valeur qu’aurait une rupture avec la politique néoconservatrice menée par nos autorités depuis dix ans, y compris à l’échelle mondiale. Car si l’impact du basculement initié sous Sarkozy a été quasi-nul en termes culturels et symboliques, ce qui explique qu’il est passé inaperçu pour la plupart des observateurs, ses effets sur le monde et ses rétro-conséquences sur la France d’un point de vue purement matériel – je ne considère pas que les Attentats aient eu une importance symbolique fondatrice, j’en parle assez largement dans mon petit ouvrage D’après une image de Daesh publié chez Lignes – ont eux été bien réels. Mais cela est, à l’échelle de l’Histoire, de l’ordre de la gestion.

Avec cette entrée dans une Assemblée nationale relativement monocolore, comment envisages-tu l’avenir de la France insoumise ?

C’est à eux qu’il faudra le demander. Pour ma part, je suis heureux de l’élection de Jean-Luc Mélenchon et de François Ruffin. Après, cela me semble assez indifférent. Les batailles ne se joueront d’apparence pas là, même si la capacité de la France insoumise à s’affirmer comme un acteur de poids, capable de canaliser et de concentrer la contestation au pouvoir de Macron, sera décisive pour la survie du système. J’attends avec une certaine impatience les mobilisations de la rentrée autour de la Loi Travail. Il y aura à mon sens une course de vitesse entre l’exécutif et les forces de contestation massées autour des syndicats et de la France insoumise, d’un côté, et celles anarcho-autonomes qu’a réussi à fédérer Julien Coupat, dont la figure m’intéresse et m’intrigue d’autant plus qu’elle prétend à une anti-souveraineté qui sera à mon sens très rapidement démentie, de l’autre. Les Black Blocs et les réseaux anarcho-autonomes auront-ils l’intelligence de se fondre dans la masse des cortèges, jouant de l’affaiblissement des institutions encadrant ces mobilisations et leur délégitimation à la suite de leurs mauvais scores électoraux, pour créer une nouvelle stratégie de la tension ? Celle-ci, à la faveur d’une ou plusieurs morts “en civil” et de l’aporie dans laquelle se sera mis de lui-même le système, avec une majorité écrasante, un gouvernement par ordonnances et une délégitimation des interlocuteurs telle que toute concession deviendra inenvisageable ouvrirait la porte à un bouleversement massif. N’oublions pas l’intérêt à long terme des zones à défendre (ZAD) dans cette perspective : virtuellement indélogeables, ces territoires pourraient parfaitement accueillir demain le leader d’une contestation radicale – ma référence à Julien Coupat s’explique ici – qui aurait décidé de sortir du bois, tout en se soustrayant à la force publique, pour devenir l’incarnation d’un combat devenu, par la force d’une répression exagérée, populaire et majoritaire dans une population opposée aux méthodes et au fond d’une réforme adoptée sans débat.

Les conditions d’un bouleversement majeur ne sont pas encore présentes, et je crois que la large élection de Jean-Luc Mélenchon jouera un rôle déterminant dans la non-réalisation de cette perspective. Mais la bêtise de ce pouvoir, la nomination d’un être aussi grégaire et bas-de-plafond que Gérard Collomb à l’Intérieur et les délires démiurgiques d’Emmanuel Macron et de ses proches pourraient faire des “miracles”…

Nos Desserts :

2 réponses »

  1. Bonjour, et d’abord, bravo pour la qualité de vos articles.

    Juan Branco a en tous cas raison sur un point, lorsqu’il dit que la « capacité de la France insoumise de canaliser et de concentrer la contestation au pouvoir de Macron, sera décisive pour la survie du système ».

    Et c’est bien, ce que personnellement je lui reproche, même si ses idées sont éminemment sympathiques. Ce « système » doit-il vraiment survivre ?

    Juste un bémol pour le titre de cet article : la Grande Bretagne n’est pas la seule à détenir des prisonniers politiques. En France, Georges Ibrahim Abdallah, pourtant libérable depuis longtemps, croupit toujours en prison. Sans même parler de tous ceux, militants, syndicalistes et autres opposants aujourd’hui assignés à résidence, sous prétexte de guerre aux terroristes, qui eux, courent toujours.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s