Culture

Jacques Ellul : « Anarchistes et chrétiens de tous les pays, unissez-vous ! »

Jacques Ellul trouvait certains des arguments de sa vigoureuse critique de la technique dans sa foi protestante. Sa pensée libertaire prenait aussi sa source dans la Bible. Dans « Anarchie et christianisme », publié pour la première fois en 1988, il s’applique à démontrer qu’il y a « une orientation générale qui est commune et parfaitement claire » entre les anarchistes et les chrétiens. Loin de lui l’idée de convaincre les uns de se convertir ou les autres de se radicaliser, Ellul souhaite cependant présenter ce qui lui semble être le moyen imparable de « mise en question et de prise de conscience, [qui est le] premier pas de l’action » sur des sujets de société que devraient logiquement s’approprier les chrétiens au même titre que les anarchistes – entre autres « la croissance de l’État, de la bureaucratie, de la propagande (déguisée tantôt sous le nom de publicité, tantôt d’information), de la conformisation des individus, de la volonté explicite de les transformer en producteurs/consommateurs, etc. »

La position d’Ellul s’appuie tout d’abord sur un refus total du recours à la violence, à la différence des nihilistes russes puis des anarchistes occidentaux du XIXe siècle (de Mikhaïl Bakounine à Louise Michel, en passant par Errico Malatesta ou bien Émile Pouget) pour qui le terrorisme était conforme à leur conception de propagande par le fait. Le primat pacifique du libertaire gascon s’inscrit dans une conception chrétienne de l’insoumission au pouvoir terrestre, le fidèle devant être avant tout au service d’une application de l’amour, et opposé à tout rapport de violence. La réflexion de l’auteur prend appui sur la distinction fondamentale entre un anarchisme utopique, celui pour qui la participation « au jeu politique […] ne peut rien changer d’important dans notre société », et un anarchisme réalisable dans l’objection de conscience, orienté vers la lutte contre « tout ce qui constitue notre société capitaliste […] et impérialiste », y compris l’administration et la police.

« La foi doit naître comme un acte libre, non contraint, sans quoi elle n’a aucun sens. »

« J’estime que le combat anarchiste, que la lutte en direction d’une société anarchiste sont essentiels, mais la réalisation de cette société est impossible. » Pour Ellul, il est illusoire de penser que l’homme soit naturellement bon. Il s’appuie par exemple sur René Girard pour avancer que, une fois libre de choisir ses actes, l’homme rentre inévitablement dans la convoitise, et la société dans laquelle il vit, dans le désordre généralisé. Il n’en est pas moins que la société occidentale moderne nous corrompt autrement que par le seul intermédiaire des autorités et d’autres institutions auxquelles les anarchistes s’opposent déjà : la société moderne avilie également l’homme au moyen de « la publicité qui [nous] pousse dans la consommation […], de la pornographie déchaînée, du spectacle et de la violence dans les médias. » Or, il apparaît tout à fait valable et juste de se dresser au nom du Christ contre ces éléments de la modernité.

Anarchie contre christianisme

Dans les critiques anarchistes adressées au christianisme, Ellul distingue celles d’ordre historique puis celles d’ordre métaphysique (« Ni Dieu, ni maitre »). Les premières s’expliquent par la très légitime accusation des liens étroits qui unissent la religion et la guerre, que ce soit dans les textes bibliques sur le herem, en passant par Charlemagne, les Croisades ou plus tard les guerres de religion entre catholiques et protestants. Dans de tels contextes, la finalité consiste ni plus ni moins à éradiquer l’ennemi en tant que représentant de ce qui n’est pas la Vérité, de ce qui lui est contraire. Sur ce point pourtant, Ellul nuance avec habileté : il en va de même (une guerre inexpiable) pour les « religions nouvelles [telles] la Religion de la Patrie, la Religion du Communisme, la Religion de l’Argent, par exemple. » Il reste impardonnable, pour le penseur sincère et le chrétien critique qu’est Jacques Ellul, qu’une religion reposant sur l’amour du prochain ait pu se servir du salut des âmes comme un prétexte aux armes et au sang.

« L’Église a été royaliste sous les rois, elle est devenue impérialiste sous Napoléon pour devenir républicaine sous la République. Le mieux, c’est qu’elle est devenue marxiste dans les pays communistes ! »

Sur le plan historique, une deuxième critique que peuvent formuler les anarchistes à l’encontre du christianisme est sa collusion avec l’État. Ce qu’on appelle « l’alliance du trône et de l’autel » est en effet établie dès le IVe siècle avec l’empereur Constantin. Malgré les tentatives de dissocier le pouvoir en deux domaines, l’un spirituel et l’autre temporel, il s’avère en réalité que « le pape était l’évêque de l’intérieur et l’empereur, l’évêque de l’extérieur » et que les deux pouvoirs étaient complémentaires. Telle était la doctrine de l’Église officielle : obéir ou désobéir au roi équivalait à obéir ou désobéir à Dieu. Ellul rappelle néanmoins que cette alliance pour le moins contre-nature provenait exclusivement du haut clergé et de la direction des Églises, qu’elles soit orthodoxes ou même luthériennes. D’ailleurs, les représentants du petit clergé ont souvent choisi de se ranger du côté de leurs fidèles lors des révoltes populaires et paysannes du XIVe au XVIe siècles (on pense par exemple à Thomas Müntzer pendant la Réforme ou à Jacques Roux pendant la Révolution française). Le propos d’Ellul vient donc appuyer et justifier les critiques des anarchistes sur l’histoire et la morale de l’Église.

Quant à l’aspect métaphysique de la critique anarchiste contre les religions, il peut se résumer à dire que Dieu en tant que Seigneur ou maître suprême muni d’une toute-puissance par les théologiens fortement imprégnés de monarchie, n’a pour les anarchistes pas plus de légitimité que les hommes de pouvoir, les autres maîtres. Ellul propose une autre lecture de la Bible, où « Dieu crée parce que, étant amour, il est nécessaire qu’il y ait qui à aimer, autre que lui ! […] Dieu ne se déchaîne pas en puissance, mais s’exprime uniquement par la parole, ce qui implique dès le début qu’il est un Dieu pour la communication […] et le rôle premier de l’homme, c’est d’être le répondant à l’amour de Dieu. » La parole est d’ailleurs ce qui caractérise la création de l’homme.

« Il y a une opposition radicale entre la Majesté de Dieu et toutes les puissances et pouvoirs de la terre (d’où l’erreur considérable de ceux qui disent qu’il y a une continuité entre le pouvoir divin et les pouvoirs terrestres…). »

La Bible, source d’anarchie

Du point de vue d’Ellul, de nombreux extraits bibliques pointeraient vers l’anarchie au sens d’an-arkhé, c’est à dire l’absence d’autorité, et non au sens courant d’une absence d’ordre. Ce propos se fonde aussi bien sur l’Ancien Testament que sur le Nouveau. Dans la Bible hébraïque, l’importance des prophètes en tant qu’opposants au pouvoir politique et à la parole royale coïncide avec l’idée selon laquelle la spiritualité entretient d’étroits liens avec l’insoumission. À travers la lecture de l’Ecclésiaste, on peut d’ailleurs imaginer que ces prophètes, en tant que porteurs et défenseurs d’une “parole de Dieu”, aient voulu exprimer un constat sur la parole disant « tout est vanité et poursuite du vent » que s’avérait représenter, pour eux, l’autorité politique. Sur ce point, on peut lire dans l’Évangile de Luc (6.7) que Jésus oppose à la « puissance et la gloire [des] royaumes » terrestres – qui ne sont que facteurs de division (diabolos) entre les êtres – le « royaume des choses invisibles » pour reprendre les mots de Nicolas Berdiaev, c’est à dire un royaume céleste, d’amour et de liberté.

L’espoir qu’entretient le peuple israélite et particulièrement les Juifs pieux durant la dynastie hérodienne, entachée de guerre civile, de débauche et de corruption, n’est pas différent : ils souhaitent la venue d’un personnage providentiel qui « rendrait une vraie liberté au peuple juif en même temps qu’il établirait un pouvoir spirituel, et non pas temporel et militaire ». Car, si Ellul prend le soin de rectifier les théories d’un “Jésus guérillero” ou d’un Jésus dont le peuple attendait qu’il chasse les Romains, il rappelle que ce dernier n’a jamais préconisé la violence dans son refus d’accorder une quelconque légitimité au pouvoir. « Dans les textes qui se rapportent à Jésus face aux autorités politiques et religieuses, nous trouvons donc de l’ironie, du mépris, de la non-coopération, de l’indifférence et parfois de l’accusation ! Il n’est pas un guérillero, il est un contestataire “essentiel” ! »

Le propos du sociologue français est d’autant plus riche qu’il humanise à plusieurs égards le rapport que l’on peut avoir, croyant ou non, au christianisme et à Dieu. Les motifs de contestation du pouvoir terrestre s’entremêlent avec ceux d’une inféodation unique à Dieu ; un rapport sur lequel les convictions personnelles des premières communautés chrétiennes semblent s’être fondées et qui marque l’abysse qui les sépare de l’histoire de l’Église officielle. Ainsi, il apparaît manifeste qu’une “orientation commune” peut s’établir entre les exigences chrétiennes initiales de liberté et de justice et la contestation non-violente de tous les pouvoirs propre à l’anarchisme : voilà quelles sont les clés offertes par Jacques Ellul pour penser une convergence des luttes résolument pertinente, que l’Histoire attend et qu’elle et a jusqu’ici trop ignorée.

Elliot Serin

Nos Desserts :

Catégories :Culture

Tagué:

6 réponses »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s