Société

Vincent Cocquebert : « On sous-traite à une jeunesse fantasmée les grands défis d’aujourd’hui et de demain »

Vincent Cocquebert est journaliste et rédacteur en chef de Twenty, magazine consacré à la jeunesse. Il vient de publier aux éditions Arkhé « Millennial burn-out : X, Y, Z… Comment l’arnaque des “générations” consume la jeunesse ». Il revient avec nous sur cet ouvrage.

Les “millennials” – aussi appelés aussi “génération Y” – nés entre 1980 et 2000 sont l’objet de nombreux fantasmes : ouverts, écologistes, “slasheurs”, narcissiques, accrocs au numérique, festifs, etc. Pourtant, prévient Vincent Cocquebert dans Millennial burn-out, le “jeunisme” relève plus du marketing que de l’analyse sociologique. Essentialiser la jeunesse permettrait de mieux l’ubériser, explique le journaliste, pour qui la jeunesse diverse et clivée en différentes classes sociales ne ressemble en rien avec les descriptions qui en sont faites dans les magazines.

Le Comptoir : En quoi la classification en générations relèverait-elle du marketing ?

Vincent Cocquebert : Les générations en tant que telles n’ont pas de tout temps été mobilisées pour opérer des classifications marketing. C’est un mouvement. Les générations, au sens biologique, ont existé de tout temps et sont présentes chez Platon comme dans la Bible. Durant le XIXe siècle, on essaye de capter un air du temps grâce aux générations intellectuelles. Ainsi de Wilhem Dilthey et son étude du romantisme allemand. Ensuite, au lendemain de la Première guerre, des penseurs comme François Mentré ou Karl Mannheim tentent de réunir des acteurs d’une période donnée, au-delà de leurs différences économiques ou culturelles. C’est donc à travers cette idée d’un “événement fondateur” que se créerait selon Mannheim ce Zeitgest au sens d’esprit du temps, générant une “conscience de génération”, un peu comme il y aurait une “conscience de classe”. On a vu ensuite, notamment via Mai 68, la mise au centre des “jeunes” dans cette notion de génération avant qu’elle ne devienne réellement une classification purement marketing au début des années 1990. On est donc passé des générations sociales aux générations médiatiques des années 1980 (génération Bof, génération Mitterand, etc.) pour arriver aux générations marketing que l’on observe aujourd’hui à travers notre obsession commerciale pour les “millennials” (1980-2000) et aujourd’hui ceux qu’on nomme la “génération Z” (2000 à aujourd’hui). C’est simple, hormis les médias qui, par ludisme éditorial, aiment bien voir des générations un peu partout (génération MBappé, génération Louane, génération climat, etc.), 90 % du discours générationnel provient d’études marketing en vue de les faire travailler et consommer au mieux.

« La société change, se modernise et fait voler en éclat les référents symboliques. »

Comment expliquer que les jeunes intéressent autant depuis Mai 68 ?

Les représentations de la jeunesse ont beaucoup évolué dès la fin du XIXe siècle. On est en effet alors passé de l’adolescence perçue comme un âge criminogène à celui de tous les possibles. Et dès la fin des années 1960, grâce à la culture rock et son merchandising bâti sur une dynamique de transgression parentale ou du moins de distinction (le conflit des anciens contre les modernes version pop en somme) et l’introduction de l’argent de poche, la jeunesse devient un marché.

Mais l’obsession pour la jeunesse que l’on voit alors apparaître n’a pas que des motivations mercantiles. Car la société change, se modernise et fait voler en éclat les référents symboliques (de développement économique, d’épanouissement existentiel, de transmission ou de hiérarchie sociale). « La société française vit alors une restructuration majeure qui entraîne et nécessite à la fois une main-d’œuvre plus qualifiée, une division du travail accrue, des formes de représentation politique plus démocratiques », écrit l’historienne Yolande Cohen. D’où, comme le note la sociologue Ludivine Bantigny, de multiples inconnues sur la direction civilisationnelle à prendre. Incertitudes que la société semble vouloir sous-traiter à la jeunesse en même temps qu’elle lui en fait porter le chapeau. « L’on pouvait d’ailleurs à bon droit interpréter ces discours sur la jeunesse comme une manière d’échapper à des exigences ou des défis nés de l’évolution en attribuant aux “générations montantes” la charge ou l’intention d’y répondre ». Le résultat c’est qu’on a là pour la première fois “généré” une génération a priori, non plus après coup, en la présentant comme une masse d’étudiants révoltés, alors qu’il n’y avait alors que 15 % de bacheliers.

Surtout, les études de l’époque dressent plutôt le portait d’une jeunesse un peu effrayée de ne pas trouver sa place dans la société. Depuis, l’archétype du “jeune” et les valeurs, parfois erronées, qu’on lui prête (progressiste, optimiste, fluide, aventureux, en quête de nouveauté, etc.) sont devenues celles de notre société, du moins celles vers lesquelles il faudrait tendre. Et aujourd’hui plus que jamais, on continue de sous-traiter à une jeunesse fantasmée les grands défis d’aujourd’hui et de demain, comme c’est le cas à travers la figure de Greta Thunberg pour le climat ou celle d’Emma Gonzales pour le contrôle des armes à feu.

Greta Thunberg

Les jeunes devraient être ouverts au monde, tolérants, individualistes, connectés, écologistes, favorables au multiculturalisme, etc. Des valeurs portées par Emmanuel Macron. Pourtant, en 2017, 30 % des 18-24 ans ont voté pour Jean-Luc Mélenchon, 21 % pour Marine Le Pen, contre seulement 18 % pour l’actuel président. Comment expliquer ce paradoxe ?

Ce n’est pas vraiment un paradoxe si l’on considère que la jeunesse n’est pas un groupe social mais un moment de l’existence basée sur la quête de soi et la construction de son être en devenir. Une période de tâtonnements donc, où l’on va dès lors tenir des positions ou postures plus extrêmes dans une démarche d’affirmation identitaire. À cet âge, on adore ou on déteste, l’adolescence n’étant pas vraiment la période des consensus. Raison pour laquelle on observe chez les jeunes ruraux comme chez la jeunesse urbaine, au-delà d’une forte abstention de ces classes d’âge qui ne faiblit pas, un rapport à la contestation plus radical qu’il ne l’était. L’étude du CNRS sur la radicalité des lycéens d’Olivier Galland et d’Anne Muxel parue l’année dernière avance que, toutes religions confondues, un tiers d’entre eux estimerait normal de participer à une action violente pour défendre leurs idées.

« Les effets de génération sont rares puisque les grandes transformations que l’on vit aujourd’hui (travail, numérique, mœurs etc.) infusent évidement l’ensemble du corps social. »

N’avons-nous pas plaqué sur les jeunes ce que nous considérons comme désirable pour l’avenir ? Les “générations” sont-elles le fruit des “illusions du progrès” ?

Ce qu’on observe, c’est qu’à chaque basculement de civilisation (post-industrielle pour 1968, post-moderne pour les années 1990 avec l’invention du “millennial”), on invente une grille de lecture générationnelle de la jeunesse qu’on plaque sur elle mais qui correspond en réalité bien plus au monde comme on aimerait qu’il advienne plutôt qu’à sa réalité. Dans une société comme la nôtre de fin des idéologies où ne subsiste que la dystopie transhumaniste, nous sommes de plus en plus à nous montrer sceptiques face à ce mythe du Progrès. Mythe en berne que l’on va alors tenter de faire incarner de manière hystérique dans une jeunesse forcément vertueuse et salvatrice.

Avec l’uniformisation des modes de vie et la culture de masse, ainsi que l’accélération des innovations technologiques, il est possible que certaines références soient communes à une tranche d’âge, mais pas aux autres. De plus, certaines tranches d’âge subissent les mêmes mutations sociales (précarité, etc.). Ne pensez-vous pas qu’il existe quand même des aspects générationnels ?

Il en a existé. La jeunesse de Mai 68, tout au long de sa vie, a ainsi voté plus à gauche. Ce qui est de moins en moins vrai aujourd’hui. On peut alors parler d’“effet de génération”. Mais je crois que dans un monde qui tend vers une certaine “fin des âges” avec au centre cette figure d’enfant éternel à trottinette comme matrice de civilisation, nous sommes aujourd’hui un peu tous “millennials”. Je ne dis évidemment pas que les gens et les périodes sont similaires, simplement que dans une société du jeunisme, on observe beaucoup plus “d’effets d’âge” (par exemple, le premier facteur de discrimination dans l’entreprise, c’est l’âge) et “d’effets d’époque” (comme l’ubérisation). Les effets de génération sont rares puisque les grandes transformations que l’on vit aujourd’hui (travail, numérique, mœurs, etc.) infusent évidement l’ensemble du corps social.

Nos Desserts :

Catégories :Société

2 réponses »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s