Culture

Le monde arabe déchu d’Amin Maalouf

Si nous connaissons l’écrivain franco-libanais Amin Maalouf pour ses romans historiques tels que « Samarcande » ou « Léon l’Africain », qui nous ont plongés dans les merveilles de l’Orient millénaire, sa série d’essais sur le monde contemporain mérite tout autant notre attention. Dans « Le dérèglement du monde » (2009) puis dans « Le naufrage des civilisations » (2019), celui-ci met son érudition au service d’une compréhension profonde et lucide des événements qui bouleversent notre époque. Son avis, sage et mesuré, peut servir de repère pour une jeunesse qui entre dans un monde marqué par les bouleversements et les tensions.

Comme les titres de ses ouvrages l’indiquent, l’académicien porte clairement un regard inquiet sur l’état de nos civilisations. Un regard qui est aussi celui d’une génération « progressiste » qui a cru que l’accroissement des connaissances et le développement des sciences et techniques modernes allaient forcément conduire vers plus de progrès humain, plus de solidarité et de compréhension entre les peuples, et enfin, plus d’universalisme.

Or, de l’Orient à l’Occident aujourd’hui, notre monde constitue une désillusion alarmante. Pour lui, le conservatisme triomphe du progressisme dans un mouvement unanime dans divers lieux de la planète. Les crises identitaires, le repli sur soi et le communautarisme enveniment les relations sociales. L’effondrement éthique des plus grandes puissances conduit à une « perte de légitimité » sans précédent dans l’histoire. Après une phase de croissance et de développement liée au libéralisme, les inégalités socio-économiques se creusent et l’individualisme menace les cohésions nationales. Sans parler de la précarité de l’écosystème.

Au cœur de l’obscurantisme moderne

Bien que ces textes soient marqués par un certain alarmisme, il n’en demeure pas moins que l’objet d’Amin Maalouf est bien de proposer des pistes de réflexion afin de sortir de ces impasses historiques. Il garde même une certaine confiance en une certaine « main invisible » ayant toujours au cours de l’histoire permis à notre espèce d’éviter l’effondrement. Mais là où il semble le plus pessimiste et inquiet, c’est lorsqu’il aborde le destin du monde arabo-musulman en ce XXIe siècle qui, sans détour, « s’enfonce encore et encore dans un “puits” historique d’où il semble incapable de remonter ; il éprouve de la rancœur contre la terre entière – les Occidentaux, les Russes, les Chinois, les hindouistes, les juifs, etc., et avant tout contre lui-même. » Mais ne nous trompons pas, derrière les mots durs qu’il utilise pour décrire la tragédie du monde arabe contemporain, il fait preuve au long de ses ouvrages de beaucoup d’humanisme, de compassion et de tendresse envers cette civilisation millénaire dont il considère être issu.

« Les crises identitaires, le repli sur soi et le communautarisme enveniment les relations sociales. »

Une idée maitresse que l’auteur peut nous laisser déduire de ses ouvrages est que l’un des drames centraux du monde arabo-musulman au cours du XXe siècle est d’avoir perdu le sens de l’Universel. C’est-à-dire, pour la civilisation d’Al Khawarismi (inventeur de l’algèbre) ou d’Averroes (philosophe médiéval majeur), d’avoir perdu sa vocation à rayonner et à produire un apport (intellectuel, philosophique, scientifique, etc.) pour l’ensemble de l’humanité, bien au-delà de ses frontières. De même, de s’être isolé du reste du monde et de refuser les apports universels produits par d’autres civilisations que la sienne. Un tel positionnement condamne ainsi cette région du monde à se « désamarrer » de ses semblables en humanité et à errer sans fin de façon solitaire.

Au cours de la période postcoloniale, le monde arabo-musulman n’a été capable de ne produire aucun concept d’envergure universelle, quel que soit le domaine. Malgré un passé extrêmement brillant et riche, celui-ci a été d’une stérilité intellectuelle constante, contrairement aux mondes indien ou chinois qui ont, au cours de la même période, réalisé ce que d’aucuns qualifient de véritable « renaissance civilisationnelle ».

Al Mutanabbi

Le monde arabe s’est enfermé dans un obscurantisme tel qu’il annihile toute possibilité de créativité intellectuelle. Comme le dit si bien Amin Maalouf, dans le contexte arabe actuel, Al Mutanabbi – brillant poète arabe du Xe siècle dont le nom signifie « celui qui s’est autoproclamé prophète » – n’aurait jamais pu écrire ses vers car il aurait été qualifié d' »apostat » et de « marginal ». De même Averroès, immense philosophe médiéval qui soutenait une approche de la religion fondée sur la rationalité grecque, n’aurait pas pu s’exprimer car ses idées auraient été d’emblée qualifiées d’hérétiques. Et il en va ainsi pour tous les esprits universels qui ont fait la grandeur de la civilisation musulmane : tous aujourd’hui auraient vu leurs travaux brulés au bucher !

Cet obscurantisme moderne, au-delà d’être stérilisateur de la pensée, conduit toujours selon Amin Maalouf bon nombre de personnes vers le désespoir et le nihilisme, comme l’ont démontré les événements tragiques dont ont été témoins la Syrie et l’Irak au cours des dernières années.

Un processus post-colonial en question

Mais cet état des lieux est loin d’être le fruit d’une fatalité ou d’une destinée. Il est le résultat de politiques et d’idéologies qui ont grandement marqué l’histoire du monde arabe au XXe siècle. En effet, dès l’indépendance des états arabes, des idéologies à forts relents démagogiques vont dominer la scène politique. Les nationalismes arabes évolueront partout en dictature et imposeront une pensée unique, qui écrasera tout le pluralisme intellectuel et culturel de leurs sociétés. Leur politique mènera à un fort repli sur soi et à un isolement vis-à-vis des idées qui ont traversé le reste du monde, en particulier occidentales.

« Le monde arabe s’est enfermé dans un obscurantisme tel qu’il annihile toute possibilité de créativité intellectuelle. »

Avec l’émergence des mouvements extrémistes et religieux à partir de 1980, les idées de rupture avec l’universalisme se feront plus radicales encore. Les mouvements islamistes tiendront un discours à teneur essentiellement identitaire et réactionnaire. Ils vont prôner la lutte contre l’influence des valeurs étrangères dans les pays musulmans, quand bien même celles-ci seraient éminemment universelles. De plus, ils vont promouvoir le retour à une forme de religiosité particulièrement obscurantiste et choisiront un mode d’action souvent violent. C’est ainsi qu’en Algérie, durant les années 1990, les extrémistes du Front islamique du Salut (FIS) ont assassiné nombre d’intellectuels francophones et ont eu pour projet d’interdire les écoles et les langues étrangères ainsi que le cinéma, le théâtre et les arts. Quel triste dessein !

Drapeau du FIS

L’extrémisme religieux du XXe siècle a donc cherché à creuser un véritable fossé entre le monde arabe et le reste du monde. Au-delà des effets désastreux que cette pensée a pu produire dans les pays arabes, elle sert d’argument facile pour alimenter tous les discours racistes et xénophobes – en Occident et ailleurs – qui considèrent la culture arabo-musulmane comme étant insoluble dans la modernité et nous dressent vers l’impasse du « conflit de civilisations ». L’étude de l’histoire moderne du monde arabe permet donc de mieux comprendre les raisons de l’impasse civilisationnelle dans laquelle il se trouve : son leadership politique. Car ne nous trompons pas : les dictateurs arabes, autant que l’islamisme radical, ne doivent leur succès qu’à leur opportunisme et leur démagogie face au désespoir des populations. En effet, les peuples arabes ont vécu la modernité avec beaucoup de souffrance. La domination et la brutalité coloniale, puis les échecs de la cause palestinienne, les ont réduits à un rôle de perdants de l’histoire. De plus, leurs conditions socio-économiques difficiles les exposent à davantage de frustration. Il devient alors aisé pour tout démago cynique de souffler sur ces braises, afin d’exalter ce qu’il y a de pire dans l’âme humaine.

Les peuples arabes n’ont pas encore rencontré de meneurs suffisamment sages et clairvoyants, mais surtout faisant preuve d’humanisme et d’empathie, pour les accompagner sur le chemin de leur « résilience ». Cette « résilience historique » existe bel et bien, en témoigne la reconstruction de l’Allemagne et du Japon, après leur destruction totale lors de la Seconde Guerre mondiale. C’est tout le meilleur que nous souhaitons aux jeunesses du monde arabe pour enfin retrouver leur place dans l’universel.

Redouane Kermane

Nos Desserts :

Catégories :Culture

3 réponses »

  1. Merci au comptoir pour votre travail enrichissant sur le monde arabe.

    Je suis également pessimiste quand à l’avenir à moyen terme du monde arabe, l’évolution des mentalités en cours dans les jeunesses arabes montrent que la question de la réforme de l’islam va se poser inéluctablement. Et autant dire que se sera sanglant. Une évolution sympa à la mai 68 est possible mais j’en doute fortement.

  2. Encore faudrait-il savoir de quels « valeurs universelles moderne » nous parlons.
    Car il faut aussi constater l’echec de certaines valeurs « imposées » à l’occident qu’il n’est même plus possible de critiquer au sein même de ces dites démocraties. Que le monde arabe se soit fermé à ces valeurs ne m’indique que leur volonté de rester souverain d’eux-mêmes sur certains sujets sociaux. Par exemple, leur refus, moi je l’admire lorsque je vois la décadence des valeurs familiales en occident.. Lorsque je vois l’individualisme et la bêtise triompher même chose. lorsque je vois le pouvoir et la dictature de certains lobbys s’imposer aux gouvernements élu par le peuple et pour le peuple dans les démocraties, la encore je les comprends. Ces mêmes lobbys qui conjointement avec les grandes banques exportent la guerre au moyen Orient, ou en Amérique du Sud, au nom des citoyens d’un pays alors que ceux-ci ne sont même pas consultés, même chose.. Bref, personnellement, qu’Ils se tiennent debout ne m’ indispose pas le moins du monde. S’ils sont perdant, c’est que ceux qui tiennent à les briser ( comme à l’armée ) sont puissants. Leur puissance tient en bonne partie dans le contrôle qu’ils exercent sur les ressources mondiales. Ressources qu’ils n’ont pas acquises de façon très legitime, ni tres honnête, mais par des guerres qu’ils entretiennent en fournissant armes et renseignements, par de la corruption, et par toute sortes d’autre façon toutes plus immondes les unes que les autres que l’on découvre peu à peu. On entends aussi souvent parler « d’agenda » pour le monde, un agenda fixe par les financiers… Cette agenda fait des gagnants (peu) et des perdants ( nombreux). Cet agenda ne tolere pas les dissidents, il les ecrases. Alors, même si les Arabes ne sont pas gagnants, pour ma part, je me vois mal leur en faire la reproche.

  3. Bonjour,
    Je n’ai lu aucun essai de A Maalouf, bien que connaissant un peu ses thèses pour l’avoir écouter sur les ondes… Il reste une question, lancinante et qui revient sans cesse sous toutes les plumes : comment une si grande civilisation (naissance de l’Islam au VII°s) a pu « tomber si bas » (pour aller vite bien sûr) et depuis quand ?
    Encore une fois sans être spécialiste, mais en pensant sur la longue durée : la civilisation musulmane (ou islamique) ne serait-elle pas entrée en faiblesse, puis en déroute puis etc… à partir du XVII° siècle, de l’ouverture par les espagnols, les portugais,… de nouvelles routes commerciales qui peu à peu vont concurrencer puis remplacer la fameuse route de la soie par laquelle les « arabes » servirent de liens entre occident et orient, s’enrichissant au passage (pas seulement commercialement mais aussi culturellement) ?
    Ce serait, une des explications (matérialiste) du déclin civilisationnel dont on parle sans cesse ? Il peut certainement y en avoir d’autres, mais cette piste me semble essentielle et peut-être première, initiaile.
    Bien à vous « comptoir… parlement du peuple »!
    Clément

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s