Politique

Souvenirs d’un premier tour d’élection présidentielle à Marseille

On se souvient du fameux discours de Jean-Luc Mélenchon à Marseille le 9 avril dernier. Un discours revigorant. Un mois après, ce texte revient sur le petit vent insoumis qui a traversé la cité phocéenne jusqu’au premier tour de l’élection présidentielle et sur l’amertume du second tour. 

Au pied de la Porte d’Orient, à quelques heures des résultats du premier tour des présidentielles, on pouvait lire l’horizon dans le regard de ces visages, deviner l’enthousiasme dans ces mains volatiles, habituées à accompagner cet accent coloré. On sent qu’ici, à Marseille, le cœur a battu pendant la campagne. Par-dessus le mouvement incessant des marins qui rentrent au port encore ensoleillé, aux côtés de la brise du soir, flotte encore la poésie du discours du candidat de la France insoumise. Une attente qui dilate les secondes puis l’agitation dans l’air se confirme enfin : Jean-Luc Mélenchon l’emporte à Marseille avec 24,82 % des suffrages, Marine Le Pen est 1,16 point derrière.

Assis près du Vieux Port, Samir se rappelle les récits de sa mère, reconstitue cette enfance d’errance. Une mère contrainte à suivre les pas de sa propre mère ; des pas pleins de rêve, d’un ailleurs plus fertile, d’un ailleurs aux mains ouvertes. Partir, fuir, s’arracher à l’abîme. Trouver un peu de verdure, un autre rivage. Atteindre un nouveau port d’ancrage. L’enfant s’accroche à la jupe de la mère pressée de survivre, pour qu’elle lui sèche ses larmes, panse la blessure ardente de ce père laissé sous les cendres. L’errance possède cette cadence précipitée : c’est un tourbillon vertigineux ; et cet enfant ne demande qu’à ralentir pour peut-être pouvoir rire un peu.

Les couleurs grecques, l’accent aux nuances italiennes, ou bien les saveurs algériennes et marocaines sont autant d’épices de l’épiderme de la cité phocéenne. L’identité nomade est enracinée, l’attente de l’exil endurée.

Samir, comme tant d’autres, fait partie de cette “deuxième génération”. Il est « descendu à Marseille » du quartier nord où il habite pour « sentir la température d’un moment historique ». Sa grand-mère, arrivée à Marseille avec ses marmots, a longtemps vécu suspendue, pensant un jour pouvoir rentrer “au pays”. « Moi, j’ai choisi de prendre racine ici », commente Samir.  Il a des yeux sombres et écarquillés, comme s’il voulait dévorer le monde. « Et j’ai bien sûr voté Mélenchon ! » ajoute-t-il avec entrain.

Samir a grandi dans le quartier de la Busserine. Tout en reconnaissant la difficulté de la vie quotidienne, la nécessaire résistance aux stéréotypes d’“Arabes-musulmans”, il y est fort attaché et entrevoit la possibilité qu’offrent les liens sociaux historiques de ce quartier. Il a participé à un collectif de défense du centre culturel de la Busserine, menacé de fermeture par le maire Front national des 13e et 14e arrondissements, et a suivi avec enthousiasme la campagne des Insoumis. Pour lui, le vrai cauchemar, c’est Marine Le Pen : « elle est xénophobe, antisémite et islamophobe. Mais tout ça, elle le maquille bien, tente même de lui donner un caractère social. » « Pourtant nous, qui vivons la politique du Front national depuis les municipales de 2014, connaissons les dessous. Je peux vous le garantir : il n’en est rien du social ! », continue-t-il. C’est d’ailleurs l’une des raisons qui l’ont poussé vers Jean-Luc Mélenchon qui, selon lui, est le seul à véritablement combattre la montée du Front national avec un programme clairement « social, humain et démocratique, défenseur de tous les maltraités de ce système économique pilleur ».

Arrivé en troisième position à Marseille avec 20,44% des suffrages, Emmanuel Macron est loin d’être dans le cœur de ces Marseillais-là. Au vu des résultats nationaux et de ce que l’entre-deux-tours promettait, ils flairaient déjà la ristourne politique, sachant très bien qu’ils seraient appelés à voter pour lui pour “faire barrage” au Front national. « Ce dont nous avons besoin dans nos quartiers, c’est d’éducation, de travail. Macron, le grand banquier, a-t-il la moindre intention de s’y atteler ? », s’indigne Samir, connaissant déjà la réponse.

Conscient du mensonge bien endimanché d’Emmanuel Macron, de la continuité des politiques de précarisation qu’il représente, de la fracture de la société française ainsi que de la démolition sociale qu’un quinquennat d’En Marche ! promet d’entériner, Samir ne semblait pourtant pas pouvoir tout à fait assumer le vote blanc ce soir de premier tour : « Et si le diable fasciste habillé en Prada passait ? Si à notre tour, derrière ma grand-mère, nous étions condamnés à reprendre la course folle de l’exil ? » Une lueur de colère mêlée à de la tristesse se décelait dans ses yeux : « Je ne sais pas encore, c’est une décision qui mérite évidemment réflexion. Nous ne sommes plus tout à fait en 2002 et nous sommes bien placés ici pour savoir que l’extrême droite a commencé à s’infuser. » Quoi qu’il en soit, pour lui, une chose était déjà claire : « Au quotidien, nous, nous luttons contre Ravier et ses politiques FN, alors qu’on ne vienne pas maintenant nous donner des leçons de morale ! » À cet instant-là, à l’écart des grands mots, ce qu’il semblait vouloir exiger, c’était le silence. Un silence pour se recueillir et penser la tempête qui suivrait inéluctablement. Un silence pour se rappeler ce grand-père enseveli sous les cendres en Algérie, et dont l’absence semble encore infester son monde. La décision qui jaillirait finalement de ses tréfonds réclamait des heures silencieuses, loin des inventeurs de bruits nouveaux. La voix de la sagesse parle bas, tout bas.

C’est un peu sans boussole que, ce soir-là, le soleil déclinait derrière le Vieux Port, entre l’enthousiasme d’une vague émergente de gauche et la réalité des temps à venir, celle d’un entre-deux-tours à donner la nausée et la glaciale impression de retrouver la platitude des débats. Au second tour, Marseille, comme le reste du pays, a décidé de voter contre Marine le Pen. Emmanuel Macron y est arrivé en tête des suffrages avec 64,42%. L’abstention s’élève quant à elle à 30,67%, contre 25,46% au premier tour. Passés les chiffres s’installe rapidement le sentiment de devoir retenir notre victoire, de ne pas l’annihiler. Maintenir cette gauche qui existe, cette force qui couve. Une force pleine de jeunesse, qui embrasse un tiers des 18-24 ans essentiels aux luttes de demain. S’affirmer – loin du moutonnier Front républicain – pour porter nos idées encore plus loin et affronter intelligemment les tentatives de défiguration que cette campagne n’a cessé de subir.

Ce qui s’annonce nécessitera donc une réponse collective organisée pour sortir enfin de cette duperie – Macron versus Le Pen – dans laquelle on nous jette d’une manière ou d’une autre tous les cinq ans. Unis, nous devrons mettre toutes nos forces dans la rue et dans les législatives de juin – notre troisième tour – pour consolider cette puissance transformatrice et neutraliser l’extrême droite et tout ce qui la produit. Unis, nous devrons réunir, autour des véritables valeurs de gauche, ceux que la société a séparés et que Marine Le Pen n’a eu de cesse d’essayer de récupérer. Deux combats majeurs – et enchevêtrés – semblent donc devoir s’intensifier : d’abord, celui qui consiste à désamorcer les desseins d’une extrême droite dont l’existence sert le centre “républicain” ; ensuite, celui contre l’anémie provoquée par quinze ans de gouvernement de droite, une anémie qu’Emmanuel Macron se propose déjà de perpétuer, où le pire trouvera toujours un terrain propice en dépit des envolées antiracistes quinquennales. C’est cette volonté que nous devrons proclamer jour après jour, pas seulement dans l’isoloir. Nous pourrons, alors, espérer enfin rompre avec cette fâcheuse tendance à prolonger un présent qui n’a pourtant pas de futur.

Maria Baresch

Nos Desserts :

1 réponse »

  1. Oui, s’unir; mais, si c’est seulement pour voter, on continuera à compter les votes à chaque nouvelle éléction et retomber dans la désillusion y la démobilisation…
    C’est au quotidien qu’il faut lutter, pas se résigner à voter et à attendre…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s