Politique

Après la farce, il est l’heure de changer la donne

L’élection d’Emmanuel Macron, la nomination de son gouvernement et la large majorité de sa coalition à l’issue du premier tour des élections législatives auquel moins de la moitié des électeurs ont participé, trois événements qui appartiennent au même registre : la farce. Cela pourrait porter à rire s’il n’y avait pas cette crise multiforme. L’urgence est donc à l’élaboration d’une alternative cohérente qui puisse se dresser face au Capital.

Avec du recul, il ne faut pas avoir peur de le dire, l’élection présidentielle – qu’on présentait comme la plus importante de la Ve République – fut une farce. Oui, l’élection d’Emmanuel Macron ressemble bel et bien à ces pièces de théâtre d’inspiration bouffonne mettant en scène des personnages grotesques. Tout a été fait pour qu’Emmanuel Macron l’emporte. Alors certes, on ne peut nier le charisme de cet homme de 39 ans, ni son talent, lui qui est passé par l’Institut d’études politiques de Paris et l’École nationale d’administration, et qui eut comme professeur Paul Ricœur et Étienne Balibar. mais, dans ce jeu tragique, les médias sont venus jouer les trouble-fêtes. L’élite médiatique a été séduite par le côté libéral et européiste d’Emmanuel Macron. Du fervent libéral Xavier Niel – co-propriétaire du groupe Le Monde, et de L’Obs – à Patrick Drahi, propriétaire de Libération, et de L’Express, et principal actionnaire de Free, en passant par Bernard Arnault, propriétaire de LVMH, et Vincent Bolloré, directeur du groupe Canal + ; nos chers “ puissants” se sont invités à la fête, et ont concouru au triomphe de leur poulain. Ainsi, la campagne a oscillé entre le bal incessant des couvertures de L’Express, mais aussi de L’Obs et de Challenges, où trônait le candidat d’En Marche, et les sondages qui, à chaque fois, ont véhiculé le scénario Le Pen-Macron. À cet égard, Le Monde diplomatique rappelle dans un article que « le 16 mars, un communiqué de la société des journalistes [de Challenges, c’est dire le niveau de cooptation !] appelait à plus de retenue vis-à-vis de l’homme. »

Les chaînes d’information en continue ont consacré une bonne partie de leurs soirées au “phénomène Macron”. Là encore, Le Monde diplomatique est éclairant puisqu’il rappelle de façon pertinente que « Le 21 février 2017, l’hebdomadaire Marianne a ainsi calculé qu’en quatre mois BFM TV avait retransmis quatre cent vingt-six minutes de discours de M. Macron au cours de ses meetings, contre quatre cent quarante minutes pour ses quatre principaux adversaires réunis. » Pari réussi, le héros de la farce l’emporte au deuxième tour le 7 mai 2017, avec 66 % des suffrages exprimés devant Marine Le Pen, après un entre-deux-tours mâtiné d’antifascisme et de faux-semblants républicains.

L’impossibilité d’une différence, exceptée celle du Front national

Cet entre-deux-tours n’a donc pas échappé à cette logique de la farce, tant il fut prévisible. Les anticorps de l’intelligentsia parisienne se sont immédiatement mis en marche. Prévisible la quinzaine antilepéniste, prévisible la moraline d’une grande partie de la classe politique et ses « discours moraux et pédagogiques, discours d’instituteurs et de donneurs de leçons, de gestionnaires et de programmateurs » (Jean Baudrillard). Là aussi, les médias ont eu leur rôle. Pendant les quinze jours de l’entre-deux-tours, ils ont abreuvé de façon hystérique l’espace public d’éditoriaux et d’articles, dénonçant le péril fasciste et le jeu des abstentionnistes. Pour preuve, Franz-Olivier Giesbert, dans Le Point, écrivait le 4 mai « Ne pas voter Macron, c’est voter Le Pen ! »

On ne peut que dénoncer, et avec force, ce paternalisme abject. On peut dénoncer, aussi, le traitement réservé à Jean-Luc Mélenchon. À mesure que le candidat de la France insoumise opérait une impressionnante remontée dans les sondages, des articles ont commencé à fleurir partout, “démontant” le programme du candidat de la gauche radicale. Articles relayés par ailleurs sur les réseaux sociaux, faisant ainsi émerger les idées selon lesquelles Jean-Luc Mélenchon serait un danger pour la démocratie, que son élection marquerait le retour du communisme, que le pays pourrait, s’il était élu, être en proie à la faillite.

« Accorder toute autre valeur à la différence Mélenchon, c’est rouvrir la possibilité, que le système, aidé de son monstre, s’efforçait de maintenir fermée : la possibilité de faire autre chose. » Frédéric Lordon

Avant le premier tour, l’éditorialiste Christophe Barbier affirmait dans L’Express : « Si vous êtes en colère, si vous voulez crier plus que choisir, si votre volonté première est de bloquer les institutions et de mettre à bas l’économie, votez Marine Le Pen ou Jean-Luc Mélenchon. » Il ajoutait : « L’une comme l’autre feront chuter la Ve République, détruiront soixante ans de construction européenne et basculeront le pays dans l’isolationnisme le plus fatal. » L’objectif était simple : jouer sur le catastrophisme, sans faire valoir un argumentaire sérieux. Frédéric Lordon dans Le Monde diplomatique a parfaitement analysé ce procédé en affirmant : « On peut remuer en tous sens le fumier de l’éditorialisme, on n’y trouvera rien qui, en dernière analyse, ne se ramène à ceci : Mélenchon, c’est Le Pen. » Une partie du pouvoir médiatique a donc opéré de fâcheuses simplifications. À regarder les différents programmes, la vision de Jean-Luc Mélenchon est pourtant à rebours de celle de Marine Le Pen. Faire preuve d’autant de paresse intellectuelle est bien dommageable. Néanmoins, « on comprend l’urgence et la grossièreté du procédé : accorder toute autre valeur à la différence Mélenchon, c’est rouvrir la possibilité, que le système, aidé de son monstre, s’efforçait de maintenir fermée : la possibilité de faire autre chose. » (Frédéric Lordon). L’objectif d’une partie de la classe médiatique était de diaboliser la gauche radicale, de la décrédibiliser. Objectif finalement rallié, puisque la France insoumise n’a pu atteindre le second tour de l’élection présidentielle.

La seule différence acceptée durant cette élection, c’était, jusqu’à l’entre-deux-tours, celle du Front national. En témoigne les nombreuses apparitions, parfois jusqu’à l’exagération, des représentants du parti d’extrême droite ; au premier chef, M. Philippot. Mentionnons aussi les nombreuses unes, traitant à outrance de l’islam et de l’immigration, qui n’ont fait qu’exacerber les tensions. En somme, tantôt la classe politique s’adonne à la diabolisation du Front national, quand elle est aux abois ; tantôt elle l’instrumentalise, elle le favorise, elle le nourrit, elle le rend possible, elle le fait exister. Oui, le Front national est le parfait jouet et rejeton du système.

Médias français et démocratie

L’élection d’Emmanuel Macron à la présidence de la République offre divers constats. Le premier étant l’état critique dans lequel se trouve les médias français, caractérisés entre autres par un processus de concentration sans précédent. Pour Aude Lancelin, « Il est certain en effet que la situation dans les médias s’est spectaculairement dégradée […], jusqu’à faire chuter la France au 45e rang du classement 2016 de la liberté de la presse établi par Reporters sans frontières, quelque part entre le Botswana et la Roumanie. Le tout à cause, contentons-nous de citer l’organisme international sur ce point, d’une poignée d’hommes d’affaires ayant des intérêts extérieurs au champ des médias qui ont fini par posséder la grande majorité des médias privés à vocation nationale. »

Toujours plus dépendants de l’économie – et notamment des aides étatiques – les médias perdent chaque jour de leur autonomie, et deviennent toujours plus proches du champ politique dominant. Un mouvement qui a débuté il y a quelques années déjà, puisque pour Serge Halimi et Pierre Rimbert, « Là où les oppositions entre Le Monde, Le Figaro, Libération, RTL ou France Inter d’avant le tournant de 1983 balisaient un espace idéologique assez vaste, les médias dominants campent désormais, à quelques sujets de société près, sur le même terrain. » Il est à voir, et à entendre, les voix invitées à débattre sur les plateaux de BFM TV, toujours les mêmes, issues de la doxa dominante. Les médias peuvent ainsi sans difficulté diffuser partout, et en boucle, leur idéologie et imposer, et c’est le plus notable, leur vision de la réalité. Ainsi, à l’ère des techniques de manipulation de l’opinion, à l’heure où les puissants détiennent les principaux médias, l’échange d’arguments, le débat, deviennent de plus en plus biaisés. L’espace nécessaire en démocratie pour échanger des idées complexes s’est fortement réduit.

Infographie réalisée par Marie Beyer et Jérémie Fabre pour Le Monde diplomatique

Finalement, c’est la démocratie en général qui se trouve être dans un état atone. D’ailleurs, une question se pose d’emblée : est-il encore pertinent de parler de “ démocratie “ ? S’il subsiste un certain nombre de formes démocratiques : les droits de l’homme, la pluralité des partis, l’indépendance de la justice, il est permis d’en douter. Deux thèses semblent bien décrire le régime dans lequel nous vivons. D’abord, celle de Colin Crouch décrite dans Post-Démocratie, son essai publié en 2013. Selon l’auteur anglais, nous serions donc en post-démocratie, c’est-à-dire dans une ère où le débat public se résume à un spectacle étroitement contrôlé et géré par des équipes de professionnels et où le citoyen joue un rôle passif, silencieux. Le pouvoir citoyen est ainsi confisqué dans le cadre d’une “gouvernance” supranationale (lobbies, organismes internationaux). Force est de constater que nombre de pays, à l’instar de la France, ont pris cette trajectoire. La deuxième thèse décrit le régime dans lequel nous vivons comme celui de l’oligarchie. C’était celle développée par Cornelius Castoriadis, celle qui lui fait dire en 1986 (reproduit dans Une société à la dérive : entretiens et débats, 1974-1997, publié en 2005) : « Il y a un régime politique qu’on appelle démocratie, mais qui n’est pas la démocratie. Tout philosophe politique classique aurait dit que ces régimes, ce sont des oligarchies. C’est le même personnel, pas même 1 % de la population qui dirige, qui est coopté, de façon quasi héréditaire. » Personnel qui – dans ce cas, les députés français de 2012 – aura passé 67 % de leur vie adulte en politique, contre 46 % pour ceux de 1978, rappelle Le Monde diplomatique. Les auteurs de cet article mettent par ailleurs en lumière un autre phénomène frappant, celui de l’absence des classes populaires : 1 % d’employés et d’ouvriers siègent à l’Assemblée nationale alors que les ouvriers représentent la moitié de la population active. Ainsi, la démocratie française débouche finalement sur l’oligarchie. L’État représentatif organise la dépossession. S’il permet la tenue d’élections, celles-ci ne sont néanmoins que luttes pour le pouvoir et le prestige. La démocratie vantée à longueur de temps est dévitalisée, et n’est finalement en pratique, qu’une coquille vide.

Le seul et vrai paradis, le paradis libéral

« Les riches veulent rester riches et les puissants puissants. C’est le seul projet de cette classe, et c’est la seule raison d’être de son Macron. » Frédéric Lordon

L’autre constat, outre l’état atone de la démocratie, est finalement l’état même du système. Car, à l’heure d’une crise civilisationnelle sans commune mesure (crise à la fois politique, économique, écologique, morale, intellectuelle), une partie des Français a élu à la tête du pays un homme incarnant le système. Frédéric Lordon illustre cela avec acuité : « Chez Macron, cependant, le vide n’est pas contradictoire avec un plein dont, pour le coup, on comprend que, s’il faut montrer quelque chose au dehors, le vide lui soit hautement préférable. Car c’est le plein de l’oligarchie, le plein du projet de persévérance d’une classe, au moment précis où tout la condamne, comme en témoigne une époque qu’on sent rendue en son point de bascule. Dans ces conditions, pour que le plein oligarchique se maintienne envers et contre tout, il fallait en effet impérativement un candidat du vide, un candidat qui ne dise rien car ce qu’il y aurait à dire vraiment serait d’une obscénité imprésentable : les riches veulent rester riches et les puissants puissants. C’est le seul projet de cette classe, et c’est la seule raison d’être de son Macron. » Et la victoire d’Emmanuel Macron est ainsi le gage de la perpétuation du système. Si vous avez aimé le quinquennat Hollande, vous aimerez la suite, avec une touche encore plus prononcée de modernité, tout ça démultiplié par une communication incessante. Tout ce que la société du spectacle aime à donner voir. Perdants de la mondialisation, fuyez. Le libéralisme débridé qui vous mine risque de se renforcer.

N’en déplaise à toute la cohorte des éditorialistes prête à tout pour défendre son modèle, le libéralisme, considéré comme une religion depuis les années 1980, n’est pas une aubaine pour tout le monde. Alors que la croissance a été érigée comme sainte, elle bénéficie surtout aux métropoles mondialisées. Pour la France périphérique, l’adaptation du modèle français aux contraintes de l’économie mondiale contribue à sa perte. À l’heure de l’impératif de productivité maximale, et du culte de l’innovation, la concurrence contribue à créer un climat de guerre économique de tous contre tous. Et les conséquences en sont considérables, d’où la colère de l’électorat populaire face à l’état présent des choses. Le stress est le quotidien de nombreux salariés. Les suicides sont de plus en plus fréquents (l’Observatoire national du suicide en dénombre pas moins de 10 000 par an). Victimes du libéralisme économique, ces individus – ouvriers, employés, cadres – sont pour Dany-Robert Dufour des résistants : « Nous postulons que tous ces “retraitants” sont des résistants, qu’ils le sachent ou non : ils mettent en œuvre une forme d’incrédulité à l’égard du récit “édifiant” du Marché. » (L’individu qui vient… après le libéralisme, 2015)

Le rouleau-compresseur néolibéral n’est pas prêt à s’arrêter en si bon chemin, puisqu’il lui faut faire disparaître toutes les rigidités. En ce sens, Emmanuel Macron, ami de Bercy, et des hautes sphères dirigeantes de Bruxelles et de Berlin ne décevra pas ses pairs. Ainsi, il devrait poursuivre l’adaptation du modèle français aux contraintes de l’économie mondiale, et donc, du capitalisme mondialisé. Comme tout bon libéral qui se respecte, il souhaite amplifier le processus de “modernisation” en soumettant le pays à de nombreuses réformes libérales. Pour cela, il a nommé Bruno Le Maire au ministère de l’Économie, connu pour avoir un mépris certain quant au modèle français : « Quand on me parle de modèle social à la française, je rigole ». L’ancien candidat à la primaire de la droite et du centre avait d’ailleurs, durant la campagne pour cette primaire, porté l’instauration de mini-jobs à la française, rémunérés 433 euros par mois. Le gouvernement prépare purement et simplement un choc de précarité, qui pourrait provoquer des dégâts sociaux considérables. Et les médias s’étonneront après, comme de coutume, de la gronde de la France périphérique, qu’ils qualifieront de “repli sur soi”, de “peur de l’Autre”.

La paire Macron-Le Maire souhaite ainsi s’attaquer au Code du travail et mener une « simplification drastique », pour aller plus loin que la loi El Khomri. Macron appelle de ses vœux au “mouvement” et au “réalisme” – on note ici l’intégration de la toute la rhétorique néolibérale, qui a été magistralement étudiée par Éric Hazan dans LQR : la propagande du quotidien, publié en 2006. Réalisme quant au soi-disant embonpoint du Code du travail, ou au fait que les employeurs ne pourraient pas embaucher facilement.

Macron passe cependant plus pour un fanatique qu’un réaliste, eu égard au bilan de trente années de flexibilisation du marché du travail. De fait, ce bilan montre que le chômage ne baisse pas, malgré une dérégulation en continue qui a permis et qui permet aux employeurs de recourir à toujours plus de contrats flexibles (intérim, temps partiels), mais aussi de se séparer facilement des CDI (un tiers des CDI sont rompus dans la première année, selon le ministère du Travail en 2015). Il est, dans le discours dominant, des lois économiques auxquelles on ne peut toucher. Lois économiques qui, à bien des égards, exigent toujours moins de régulation et de solidarité.

« L’écologie contre les marchands » (Castoriadis)

Socialement ravageuses, on l’a vu, nos sociétés capitalistes sont écologiquement dévastatrices. Le regretté Zygmunt Bauman mettait en lumière cela et affirmait dans La vie liquide en 2013 : « La polarisation est aujourd’hui bien trop avancée pour qu’il soit encore possible d’augmenter la qualité de vie de la population mondiale jusqu’au niveau de celle des pays occidentaux les plus privilégiés. » Car si sur Terre, tout le monde vivait dans le même confort qu’un citoyen d’Amérique du Nord, nous aurions besoin de trois planètes pour satisfaire les besoins de tous. Dany-Robert Dufour a lui aussi pointé les dégâts du libéralisme et affirme : « Il existe en effet une contradiction majeure entre le principe pléonéxique (toujours plus de richesse) et le réel qui fait déjà, fera bientôt, limite au fantasme de la richesse infinie. » L’exploitation toujours plus grande des ressources de la planète pour satisfaire les besoins d’une population en croissance perpétuelle provoque ainsi des dégâts toujours plus conséquents. Pour preuve, selon un rapport du Fonds pour la nature (WWF), la Terre aurait perdu en quarante ans la moitié de ses populations d’espèces sauvages. Dany-Robert Dufour rappelle aussi qu’un tiers de l’alimentation mondiale dépend de la pollinisation par les insectes, de quoi faire réfléchir toute personne, même les libéraux… Le productivisme provoque en sus une pollution qui s’accroit de jour en jour. Selon The Lancet, une revue médicale, la pollution atmosphérique a été à l’origine de 1,2 million de morts prématurés en Chine en 2010. Pour Dufour, « En moins de 300 ans, le défi sophistique au sens commun posé par le libéralisme économique révèle ses limites : le réel des grands équilibres écologiques, qu’ils soient culturels ou naturels, se rappelle au bon souvenir de ceux qui le déniaient. Ceux qui croyaient pouvoir se faire “comme maîtres et possesseurs de la nature” (Descartes) se révèlent comme des apprentis sorciers. »

La nomination de Nicolas Hulot au ministère de l’environnement est un épisode cocasse, celui du bouffon qui participe encore une fois de la farce. Car si on ne doute pas de l’engagement de M. Hulot dans la prise de conscience écologique, il reste que sa présence est à bien des égards insolite. Que fait une personnalité de ce genre auprès de fanatiques néolibéraux ? Notre époque est marquée par la politique du symbolisme. Il semblerait que cet épisode soit là pour le confirmer.

Le poste de premier ministre est assuré par un libéral, de surcroît pro-nucléaire (Édouard Philippe). Et le portrait du personnage nous montre bien tout l’archaïsme du libéralisme de Macron, qui ose pourtant se parer des atours de la modernité. En effet, E. Philippe a été directeur de la communication et directeur des affaires publiques d’Areva de 2007 à 2010. Le communiqué du 15 mai intitulé « Sortir du nucléaire » affirme « Il a donc défendu les actions d’une entreprise qui, au Niger, a pollué irréversiblement les territoires des peuples autochtones et baigné dans les scandales financiers. » Édouard Philippe a par ailleurs voté contre la loi de transition énergétique, et celle sur la “reconquête” de la biodiversité. À l’heure où les libéraux crient chaque jour au réalisme, assigner le poste de premier ministre à M. Philippe relève, comme l’aurait dit Castoriadis en son temps, de « crétinisme ».

Emmanuel Macron souhaite investir 50 milliards d’euros dans la transition écologique. Cependant, son attrait pour l’écologie s’arrête là, puisque ce dernier s’est dit en faveur du Ceta (quant au “réalisme” d’être “écologiste” et de prôner le libre-échange généralisé, il paraît inexistant) mais aussi pour l’ouverture de mines dans l’Outre-mer. Emmanuel Macron, qui s’est empressé de répondre à Trump après l’annonce du retrait des États-Unis de l’accord de la Cop21 par un « Make our planet again », est l’exemple de la récupération de l’écologie par le capitalisme. Visionnaire, André Gorz avait perçu cela dès 1974 en affirmant « La prise en compte des exigences écologiques conserve beaucoup d’adversaires dans le patronat. Mais elle a déjà assez de partisans capitalistes pour que son acceptation par les puissances d’argent devienne une probabilité sérieuse. […] Un capitalisme qui s’accommode des contraintes écologiques ou une révolution économique, sociale et culturelle qui abolit les contraintes du capitalisme et, par là même, instaure un nouveau rapport des hommes à la collectivité, à leur environnement et à la nature ? Réforme ou révolution ? » Prophétique.

Déconstruire le récit néolibéral

Les 19 % de la France insoumise et de Jean-Luc Mélenchon sont un signe d’encouragement, l’illustration même qu’il se passe quelque chose, que l’oligarchie incontestable, intouchable, peut être contestée, et de la même manière, touchée, bousculée. Ces 19 % obtenus même après le peu de couverture médiatique de la campagne de la France insoumise et le dénigrement qu’a subi Jean-Luc Mélenchon. Dénigrement qui montre que certains sont prêts à tout, même à se travestir intellectuellement pour faire triompher leurs idées. Les comparaisons faites entre Jean-Luc Mélenchon, et Poutine, Chávez, ou Castro en sont les exemples. Nombre de ses détracteurs ont ainsi fait une lecture très discutable de l’Amérique latine et ont négligé la complexité du continent, son histoire notamment. Aussi, les accusations répétées de poutinophilie sont-elles peu crédibles et sont bien souvent proférées afin de tenter de démontrer une prétendue sympathie du candidat pour les régimes autoritaires. Or, il n’en est rien. Jean-Luc Mélenchon n’a jamais soutenu ouvertement le régime de Moscou. Il est d’ailleurs amusant de voir la sympathie avec laquelle une partie de l’élite médiatique a considéré l’accueil de Vladimir Poutine à Versailles par Emmanuel Macron. Il est aisé d’imaginer le traitement exactement inverse de la même scène avec Jean-Luc Mélenchon

Il est ainsi urgent, aujourd’hui, au regard de la crise que nous vivons, de mener avec vigueur, la bataille des idées. Il est urgent de concourir à la formation d’un projet philosophique cohérent. Le programme de Jean-Luc Mélenchon porte en lui de nombreuses limites, notamment du point de vue économique : sa relance keynésienne est fondée sur une vision à court terme, qui à long terme, n’est pas viable. Mais il est un début. Un début à toute tentative de révolution. Les premiers balbutiements d’une telle révolution ne pourront apparaître que si la vraie gauche – d’ailleurs, on peut se poser la question, à la suite de Jean-Claude Michéa, de savoir si le terme de gauche est encore opérant – pense et construit un récit qui permettrait à une partie du peuple « d’imaginer un avenir commun, afin que l’exploitation de l’homme par l’homme ne soit plus l’unique horizon » (La gauche et le peuple, lettres croisées avec Jacques Julliard, 2014).

Les idées, portées par une littérature conséquente, ne manquent pas pour concurrencer et déconstruire le récit néolibéral. Il s’agit d’investir un imaginaire social à rebours de celui néolibéral, qui viendrait bousculer le mythe selon lequel tous les désirs humains proviennent des besoins économiques, en d’autres termes, que la seule chose qui vaille, c’est la production et la consommation. Face à l’état de dépossession, on pourrait par exemple porter, à la suite de Castoriadis, le projet d’autonomie individuelle et collective : « Une société où tous les citoyens ont une égale possibilité effective de participer à la législation, au gouvernement, à la juridiction, et finalement à l’institution de la société. » Nous sommes là aux antipodes de l’état présent des choses puisque le fait majeur de notre temps est contenu dans le manque de temps pour s’occuper de la politique ; toute la structure de la société tendant à empêcher les individus d’y participer, du travail jusqu’au droit. Par « son mode d’urbanisme tentaculaire, fondé sur la mobilité perpétuelle des individus, et la transformation de ces anciens quartiers populaires en mosaïque de vie solitaires » (Jean-Claude Michéa, Le complexe d’Orphée : la gauche, les gens ordinaires et la religion du progrès, 2011), le capitalisme bureaucratique qui régit l’ensemble de la vie sociale, tend à détruire les lieux traditionnels de socialisation, et d’association, et à en faire des coquilles vides. Un tel projet est le gage d’une réelle émancipation mais présupposerait que les institutions soient réformées. Des institutions qui permettraient enfin aux individus de participer. Des institutions qui mettraient la citoyenneté au centre. Cette dernière, largement biaisée aujourd’hui, pourrait être accompagnée d’une formation théorique mais aussi et surtout de « mesures conçues pour assurer la distribution la plus large de la responsabilité économique et politique, dont l’exercice est encore plus important qu’une formation théorique pour enseigner à bien juger, à parler de manière claire et convaincante, à avoir la capacité de décider et à être prêt à accepter les conséquences de nos actions » (Christopher LaschLa révolte des élites et la trahison de la démocratie, 1995).

Le Corbusier, La ville “radieuse”

À la suite d’Orwell, Jean-Claude Michéa appelle de ses vœux une société « libre, égale, et décente » qui « encouragerait – dans le respect des équilibres écologiques – la coopération pacifique des individus autonomes plutôt que la guerre de tous contre tous, et dans laquelle aurait par conséquent disparu la nécessité absurde de “produire pour produire et d’accumuler pour accumuler” (Marx) ». Mais pour être à l’avant-garde d’un tel projet, il faut opérer un véritable effort intellectuel, moral, psychologique, pour comprendre l’exaspération des classes populaires. Effort auquel la gauche a renoncé au nom du “Progrès”, de la “compétitivité”, de la “révolution des mœurs”, bref, d’une soit-disant “marche en avant de l’Histoire”. Cet effort se doit d’être aux antipodes du mépris sans égal dont certains font preuve envers l’électorat populaire – mépris qu’avait déjà perçu Christopher Lasch qui disait « Les Américains du milieu, dans l’idée que s’en font ceux qui fabriquent l’opinion cultivée, sont désespérément minables, ringards et provinciaux, ils sont peu au fait des évolutions du goût ou des modes intellectuelles, ils sont obnubilés par la littérature de gare, les romans d’amour ou d’action, et abrutis par une surdose de télévision. »

Nous vivons une drôle d’époque. Une basse époque dirait Castoriadis. La gauche de gouvernement, avec le Parti socialiste, a continué durant le quinquennat Hollande, sans vergogne, sa mue néolibérale et autoritaire, malgré des habits républicains – et là, l’état d’urgence, avec toute la rhétorique guerrière d’un Valls, mais aussi, les répressions durant la loi El Khomri sont éloquents. On ne devrait guère s’en étonner, eu égard à l’histoire, tant la gauche s’est souvent travestie. Adolphe Thiers et dans une moindre mesure Guy Mollet en attestent. Avec Emmanuel Macron, tout porte d’ailleurs à croire que tout est prêt pour que tout empire. Mais il n’est pas d’entreprise chimérique, même lorsque l’emprise du Capital « cette gigantesque machine à broyer l’humanité » (Michéa) est si profonde. Gageons comme l’a fait Castoriadis il y a trente ans que « ni l’expansion de l’économie capitaliste, ni le gouvernement, ni les lois de l’histoire, ni le Parti, ne travaillent jamais pour [les hommes]. Leur destin sera ce qu’ils voudront et pourront faire. »

Clément Plaisant

Nos Desserts :

Catégories :Politique

5 réponses »

  1. Et bien objectif 2022 maintenant ça va être long..
    Mais avant sa il me semble que ces élections ont symbolisés de manière flagrante la toute-puissance de la télévision d’où la nécessité, comme l’a déjà proposé Ruffin, de créer une chaîne télé d’informations alternatives qui aura pour fonction de faire de l’éducation populaire (historique, économique, géo-politique, etc..) et de servir de relais aux luttes sociales.

    Jaurès avait créer l’Humanité il nous faut aujourd’hui notre chaîne de télé, il me semble que tout restera figé sans ça.

  2. Il est…Plaisant pour le vieux-con que je suis de rencontrer ce qui me paraît presque être…une renaissance de la pensée (philosophique, politique, économique, sociale). On semble s’étonner aujourd’hui –voire s’inquiéter, parfois avec quelques raisons– de l’augmentation incessante de l’abstention aux législatives. Ce n’est pourtant que l’expression en creux de l’extinction de toute forme démocratique, engendrée –pas par « hasard » ou « erreur »– par la construction européenne, succursale de l’immondialisation capitaliste. Aussi, le score de Mélenchon peut en effet représenter le début d’un nouveau souffle transformateur, même si, j’en suis d’accord, le programme –bien qu’ambitieux et relativement cohérent– ne soit pas clairement anti-capitaliste et, comme je l’ai déjà écrit ici, se heurterait malgré tout à l’impossibilité d’être « autorisé » par l’UE dont les fondements « néolibéraux » ne sauraient être contestés. Connaissant la trajectoire politique de Mélenchon, membre du gouvernement de Mitterrand –auquel il semble rester attaché–, ayant participé à la construction de cette Europe, ayant voté oui à Maastricht (quelle clairvoyance!…), on ne peut trop lui tenir rigueur d’avoir du mal à se défaire de « l’Europe ». Aussi est-ce déjà un progrès plutôt estimable qu’après avoir voulu « refonder l’Europe », il en soit arrivé à pouvoir dire et écrire que « l’Europe on la change ou on la quitte ». Pourtant aucun mouvement profondément transformateur ne pourra se construire et se développer sans la reconquête des souverainetés populaire et nationale –donc sans sortie de l’UE et de l’euro– et sans la construction d’une société s’efforçant de résister aux puissances financières. En ce sens, la sortie de l’UE et de l’euro d’autres pays, pourrait rendre les choses moins difficiles…(car les macs du CAC ne sont pas enclins aux cadeaux…).
    Méc-créant.
    (Blog: « Immondialisation: peuples en solde! »)

  3. Permettez-moi de ne pas partager votre analyse l’élu de la finance n’est ni charismatique ni talentueux. Il est le fruit d’un système de classe et le pion de ses apporteurs de capitaux. Les baratins des médias ne m’ont pas encore aveuglée.
    Ainsi qu’à réussi le talentueux ? Dans sa vie professionnelle des fusions et acquisitions comme tant d’autres parasites, la belle affaire ! Dans sa vie de fonctionnaire les cars et la promotion de l’ubérisation, je reste pantoise devant tant d’originalité et de créativité. C’est vrai quoi la dérégulation personne n’y avait jamais pensé.
    De quoi a-t-il donc bénéficié ? Des moyens de ses commanditaires qui ont besoin d’une marionette à leur main. C’est là sa seule qualité pour le reste à l’intérieur c’est du son, de l’arrogance, de l’avidité, une haute estime de soi, de la manipulation, de la dissimulation et un penchant dangereux pour un autoritarisme que ne désavouerait pas le fn bref un immature.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s